Le photojournaliste Abe Van Dyke a été arrêté par le Milwaukee County Sheriffs Department en voulant photographier une manifestation qui avait lieu dans la ville de Milwaukee aux États-Unis.

Vendredi dernier, tôt le matin, il a vérifié la page Facebook d’une organisation nommée « Coalition For Justice »; un groupe luttant pour les droits de Noirs qui dénonce les arrestations abusives qui ont lieu un peu partout aux États-Unis à l’encontre de la communauté noire, comme ce fut le cas par exemple pour Dontre Hamilton, un homme de race noir qui dormait dans un parc et qui a été arrêté alors qu’il ne troublait pas l’ordre public et qu’il n’avait commis aucun délit.

Selon ce groupe, lorsque un droit élémentaire comme se reposer sur un banc de parc devient illégale, il y a quelque chose qui ne va pas dans ce pays des libertés individuelles.

Lorsque les manifestants ont commencé à marcher, il a demandé à un camarade photojournaliste où il devait aller pour pouvoir suivre les manifestants et prendre de meilleures photos. Après avoir trouvé le bon emplacement, il a commencé à photographier la foule.

Après un moment, il a remarqué que plusieurs shérifs de Milwaukee étaient arrivés sur les lieux et bloquaient une sortie de l’autoroute vers laquelle se dirigeait les manifestants.

À sa droite il a remarqué que des gens se faisaient arrêter.

Une personne filmait la scène avec son smartphone

Il a entendu un officier demandant un autre policier si les médias était autorisé à photographier et à filmer; il a répondu en disant d’arrêter tout le monde. Il s’agit de sa dernière photo (ci-dessus) avant qu’un policier lui passe les menottes aux poignets.

Un shérif lui a ordonné de déposer son appareil photo, Van Dyke a obtempéré tout en répondant « mon nom est Abe Van Dyke et je suis un photojournaliste indépendant. Mes photos sont envoyées à Demotix. Je tiens à parler à un avocat du NPPA parce que je suis un photojournaliste ». L’officier n’a pas répondu et l’a amené dans un fourgon de police.

Dans le fourgon, il a remarqué qu’un manifestant avait réussit à se défaire de ses menottes. Il demandé a ce protestataire de prendre une photo et de la mettre sur Twitter et Facebook. Il savait que plusieurs de ses amis pourraient s’inquiéter à son sujet.

Puis il a été conduit à la prison de la ville où on lui a remis une copie du mandat d’arrestation.

Il ne blâme pas les policiers pour l’avoir arrêté, ils faisaient juste leur travail, mais il les avait averti plusieurs fois qu’il était un membre des médias et qu’il souhaitait parler à un avocat de la NPPA. Selon lui, ses droits constitutionnelles et la liberté de presse ont été tout simplement bafoués sans raison valable.

Van Dyke à l’intention de se porter plaindre. Il a été démontré plusieurs fois dans le passé qu’aux États-Unis il n’est pas illégal à des journalistes de se tenir dans des endroits illégaux ou de participer à des manifestations non autorisées si le but est de photographier et de rapporter les faits pour un journal ou une agence de presse.

Van Dyke a finalement reçu deux contraventions totalisant 662,80 $ / 570 euros. Il a maintenant un dossier criminel permanent qui lui nuira pour le reste de sa vie. Tout cela pour avoir fait son travail sans contrevenir à aucune loi, ni avoir résisté à son arrestation.

crédits photo :  le photojournaliste Van Dyke
fg

jupiter2000PhotographephotojournalismeUSA
Le photojournaliste Abe Van Dyke a été arrêté par le Milwaukee County Sheriffs Department en voulant photographier une manifestation qui avait lieu dans la ville de Milwaukee aux États-Unis. Vendredi dernier, tôt le matin, il a vérifié la page Facebook d'une organisation nommée 'Coalition For Justice'; un groupe luttant pour...