La Fujinon XF 56mm f/1.2 R : un test entre la version avec filtre est sans filtre d’apodisation

Sur le site de « Fuji Rumors« , le photographe Rico Pfirstinger a comparé la nouvelle lentille Fujinon XF 56mm f/1.2 R APD superbokeh avec sa version sans filtre d’apodisation. Rappelons qu’un filtre d’apodisation est une technique de filtrage optique destinée à créer des bokehs très doux.

Cette lentille a été présentée par Fuji en septembre 2014 lors de la Photokina à Cologne. Cette version dotée d’un filtre d’apodisation n’a pas été conçue dans le but de remplacer la version régulière; c’est simplement une option supplémentaire pour les photographes portraitistes qui désirent avoir des images très douces.

Pourquoi utiliser un filtre d’apodisation

Pour commencer, il est bon de savoir que ce filtre est non amovible, et que son effet est assez similaire à ce que peut produire un diaphragme ouvert à une très grande ouverture.  Alors, quelle est la grande différence entre ces deux objectifs ? C’est simple; les lamelles des objectifs normaux présentent souvent des bords « durs », bien visibles sur une photo. Le filtre d’apodisation permet un dégradé plus doux, ce dégradé produit au final un bokeh lisse dans les zones hors focus.

Cet effet diminue à des ouvertures plus petites que f/5.6. À de très petites  ouvertures, ce filtre n’a aucun effet. C’est pourquoi Fuji recommande d’utiliser le Fujinon XF 56mm f/1.2 R APD superbokeh entre f/1.2 et f/2 pour que l’effet soit bien visible.

Un test

Afin d’illustrer clairement la différence entre un objectif régulier 56 mm et le SuperBokeh, voici deux photos défocalisées. Voici le résultat avec l’objectif régulier de 56mm :


XF56mmF1.2 R @ f/1.2, JPEG Provia

Voici le résultat avec l’objectif doté du filtre d’apodisation:


XF56mmF1.2 R APD @ f/1.2, JPEG Provia

Le résultat est bien visible, mais qu’en est-il avec de vrais sujets ? Afin de bien voir la différence, j’ai pris cette photo dans mon salon, l’appareil était en mode manuel, avec la mise au point faite sur une bougie. Voici le résultat sans filtre à f / 1.2 :


XF56mmF1.2 R @ f/1.2, JPEG Provia

Voici le résultat avec le filtre :


XF56mmF1.2 R APD @ f/1.2, JPEG Provia

Dans cet exemple, les différences entre les deux lentilles sont moins prononcées. Toutefois, la version avec le filtre est un peu plus lisse.

Même si les différences entre ces deux lentilles ne sont pas particulièrement évidentes, toute amélioration est une bonne chose. Alors pourquoi ne pas utiliser uniquement la version avec le filtre d’apodisation ? C’est que ce filtre présente quelques désavantages :

  • La luminosité de la lentille est réduite entre f/1.2 et f/5.6. Par exemple, si l’objectif avec filtre est à f/1.2, cela donnera en réalité une ouverture de f/1.7. Cela nécessitera l’utilisation de vitesses d’obturation plus longue ou des réglages ISO plus élevés.
  • Le filtre a également un impact négatif sur les performances de l’autofocus. Par exemple l’AF par détection de phase ne fonctionne plus du tout, et les performances de l’AF par détection de contraste sont réduites dans la pénombre.
  • La version avec filtre est beaucoup plus chère que la version régulière, il faut donc être vraiment un fan des bokehs ultra doux.

Conclusion

Ce petit test maison démontre assez bien à quoi vous pouvez vous attendre si vous choisissez le Fujinon XF 56mm f/1.2 R APD superbokeh. Côté performances, la lentille de 56mm régulière est la gagnante. Pour des photos ne nécessitant pas des performances maximales de l’AF, et si vous faites souvent du portrait, la SuperBokeh pourra plaire à certains.

Le prix de la version avec filtre est de 1600 $ / 1350 euros, et 1000 $ / 850 euros pour la version sans filtre.

crédits photo : Rico Pfirstinger