La prochaine mouture du E-M5 sera vraisemblablement dotée de la technologie « Sensor Shift »; ce qui permettra d’obtenir une image de 40 mégapixels à partir du capteur de 16 mégapixels du boîtier. Une fonctionnalité intéressante mais qui n’est pas nouvelle, en fait, Olympus à simplement adapté la technologie de stabilisation par déplacement du capteur (SR) que l’on retrouve depuis plusieurs années sur certains boîtiers notamment ceux de Pentax et Sony.

Deux méthodes de stabilisation

En photographie il existe plusieurs technologie pour réduire le flou de bougé, la plus utilisée est par le déplacement des lentilles de l’objectif; Nikon et Canon utilisent cette technique. Une autre technologie permettant de réduire le flou de bougé est par le déplacement du capteur.


Le « Sensor Shift » est en quelque sorte un détournement de la technologie SR

L’avantage de cette technologie c’est qu’elle offre une stabilisation même avec d’anciennes lentilles, contrairement à la stabilisation par déplacement des lentilles qui doit être intégrée à toutes les optiques.

Le « Sensor Shift »

Olympus utilise cette technologie pour produire son fameux « Sensor Shift » en modifiant la façon dont le processeur et le module AF travaillent. Le capteur du futur E-M5II se déplacera non pas pour compenser les mouvements de la caméra, mais pour élargir le « champs de vision du capteur ». Les photons qui seraient normalement perdus entre les photosites, seront intercepter par le repositionnement des photosites; c’est en quelque sorte un « détournement de technologie ».

Le boîtier moyen format Hasselblad H5D-50c qui est équipé d’un capteur de 50 mégapixels utilise cette technique pour produire artificiellement une image de 200 mégapixels.


En déplaçant le capteur, les photosites captent les photons perdus

Les défauts du « Sensor Shift »

Le problème avec les « Sensor Shift » c’est que le sujet photographié doit être immobile et la caméra doit être équipée d’un processeur très performant pour limiter au maximum le temps  d’attente entre deux prises lors du traitement des données générées par la prise de 4 à 7 photos différentes.  Toutefois nous ne savons pas en détail comment Olumpus compte utiliser ce mécanisme.

Par exemple si l’appareil est  équipé d’une stabilisation numérique, souvent utilisée dans certaines caméras vidéo, cela pourrait permettre de rendre cette technologie plus efficiente en permettant de réduire les images fantômes générées par le déplacement des sujets dans le cadre.

Le logiciel PhotoAcute a recours à cette technique, et il faut reconnaître que les résultats sont très convaincants. Attendons voir ce que le futur E-M5II produira comme image et si Olympus aura trouvé une solution pour faire de cette méthode d’extrapolation matériel plus qu’une simple accroche commerciale pour attirer l’attention des utilisateurs.

jupiter2000Boîtiercapteurmicro 4/3olympustechnologie
La prochaine mouture du E-M5 sera vraisemblablement dotée de la technologie 'Sensor Shift'; ce qui permettra d'obtenir une image de 40 mégapixels à partir du capteur de 16 mégapixels du boîtier. Une fonctionnalité intéressante mais qui n'est pas nouvelle, en fait, Olympus à simplement adapté la technologie de stabilisation...