Les selfies : l’ultime « égotrip »

selfie

Une image surréaliste a été publiée dimanche à la une du New York Post, on y voit un groupe de touristes se prenant en photo alors que derrière des pompiers tentent de maîtriser l’incendie qui a causé la mort d’une vingtaine de personnes dans le quartier d’East Village à New York.

Le New York Post a consacré sa une à ces touristes qualifiés par le journal «d’idiots du village». La photo s’est propagée très rapidement sur les réseaux sociaux.

Comment expliquer cette tendance

Les selfies sont très populaires, il existe même des accessoires spécialement conçus afin de faciliter la prise de selfies. Certains fabricants vont même jusqu’à offrir des appareils destinés à une clientèle adepte des autoportraits; le Cyber-shot DSC-KW11 de Sony qui ressemble à une bouteille de parfum est un bel exemple. Mais comment expliquer cette tendance qui gagne en popularité partout sur la planète.

Des chercheurs se sont penchés sur ce phénomène, selon eux dans un monde dominé par l’image et le flot incessant d’informations qui nous arrivent de toutes parts, les selfies sont un moyen d’assumer nos identités, qui nous montrent tantôt sérieux, tantôt drôles, malheureux ou déjantés.

Des réseaux sociaux ont été créés pour amplifier cette mode; un bon exemple est Snapchat, qui permet aux utilisateurs d’afficher leur état d’âme aux reste du monde via un instantané qui sera détruit au bout de quelques secondes. Une façon de redynamisation son ego.

Ces autoportraits éphémères ne sont pas qu’une simple démarche narcissique, mais aussi une façon de rechercher l’approbation des autres. « Souvent, quand je poste un selfie sur ma page Facebook, c’est pour vérifier combien de “j’aime” je vais avoir sur ma photo, ça me booste le moral », confirme une internaute.

L’autoportrait d’antan est devenu l’égoportrait de la génération numérique. En cette ère (dé)connectée, le selfie symbolise l’égo décomplexé. Avec lui, le culte de la personnalité numérique atteint des proportions sans précédent. Merci Instagram!

crédits photo : New York Post