Le WiFi : source d’énergie des futurs appareils photo ?

Un des grands défauts des appareils photo numériques est leur faible autonomie. Des chercheurs pourraient avoir trouvé une solution à ce problème.

Certaines entreprises offrent des grips, souvent vendus séparément, permettant ici d’accroître l’autonomie des appareils. Cette solution ne peut malheureusement pas s’appliquer à tous les boîtiers, tels que les compacts ou les apn bas de gamme.

Le WiFi comme source d’énergie

Des chercheurs viennent d’inventer un système qui pourrait être utilisé dans un proche avenir avec la plupart des appareils photo numériques. Le système en question est appelé en anglais « power over wifi » et permet littéralement d’avoir un boîtier sans pile. Ce système a été développé par Vamsi Talla et ses collègues du laboratoire de recherche de l’Université de Washington à Seattle.

L’équipe s’est rendu compte que la puissance d’un signal WiFi est suffisante pour alimenter un petit appareil. L’inconvénient est que les signaux sont émis sous la forme de pulsations radios, donc la petite « fenêtre de temps » où une fréquence spécifique est active n’est pas assez longue. Pour résoudre ce problème, l’équipe a modifié des routeurs WiFi afin qu’ils émettent un « bruit » sur des canaux non actifs. La puissance recueillie a été suffisante pour alimenter un apn.

Des impacts sur la santé

Bien que cela semble prometteur pour certaines applications, plusieurs études ont démontré que les émissions WiFi peuvent causer des problèmes de santé. Par exemple en mai de cette année, une équipe de chercheurs du Dalla Lana School of Public Health University of Toronto, ont découvert, en se basant sur l’étude Cerenat, et sur la littérature scientifique provenant d’autres sources, que ces champs devraient être classées comme cancérogène pour l’humain. Ils peuvent par exemple être la cause du développement de gliomes ou de méningiomes. Des données supplémentaires doivent être collectées sur l’exposition aux téléphones mobiles et routeurs WiFi afin d’évaluer leur impact sur la santé publique.

L’invention de Talla pourrait bien ne jamais voir le jour, si d’autres études démontrent dans les années à venir, que les champs WiFi sont dommageables pour la santé.

[via]