Ryan McGuire : Un maître du « color grading »

182H

Dans un précédent article, j’avais abordé brièvement la technique du « color grading » qui consiste à la base à uniformiser les couleurs d’un film. Mais ce terme peut définir également l’application d’une couleur dominante, ou le subtile mélange de plusieurs couleurs, afin de susciter au final des émotions chez le spectateur.

Les couleurs et les émotions

Les couleurs sont une forme de communication non verbale. Leur signification n’est pas statique et peut changer d’un jour à l’autre selon l’humeur d’un individu. En photographie, les couleurs ont un impact sur celui ou celle qui regardera une photo. Prenons l’exemple du jaune, une couleur que j’aime bien. Si le jaune prédomine dans une de vos photos, le spectateur ressentira un sentiment de joie ou d’excitation d’une intensité qui variera selon les individus.

En psychologie, nous savons que cette couleur stimule le côté logique du cerveau et l’acuité mentale. Elle favorise également l’émergence d’idées créatives en dynamisant le processus analytique et notre raisonnement logique.

Nous savons qu’au cinéma, le jaune est utilisé très souvent dans les comédies. Dans la vidéo ci-dessous de la série Blow Up, vous pouvez voir des extraits de films dans lesquels les couleurs – notamment le jaune – sont utilisées pour attirer l’attention, ou créer un effet comique.

Savoir combiner les couleurs

Un photographe doué peut utiliser le « color grading’ afin de rendre ses photos plus « punchées » et générer des émotions. C’est le cas du photographe Ryan McGuire, qui est passé maître dans l’art de combiner les couleurs. Cet autodidacte maîtrise très bien la technique du « color grading » et l’utilise abondamment dans ses photos. Voici quelques exemples.

189HH

238H

234H

229H

213H

209H

156H

188H

78H

108H

169H

178H

117H

Un art qui ne s’improvise pas

Ce que fait McGuire peut paraître simple et même banale, mais pour arriver à créer des photos aussi colorées sans que l’ensemble ne ressemble à une bouillie, démontre d’une part qu’il a beaucoup de talent, mais aussi que l’utilisation des couleurs en photo est une véritable discipline que peu de gens maîtrisent.

Savoir composer une photo, supprimer le bruit, ajuster les différents paramètres tels que l’accentuation ou le contraste, savoir choisir le bon objectif en fonction du sujet, déboucher les ombres ou corriger les hautes lumières ne suffit pas. Savoir jouer avec les couleurs est rarement enseigné par les photographes pour une raison très simple; très peu maîtrisent cet art.

C’est la raison pour laquelle au cinéma les directeurs photo talentueux sont très recherchés. Roger Deakins, engagé pour travailler sur le film culte Blade Runner, est l’un de ces rares phénomènes qui réussi à créer des ambiances percutantes en jouant à la fois avec l’éclairage, la composition des images, mais aussi les couleurs. En France on peut citer le nom de Bruno Delbonnel, qui a réalisé les superbes images du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain .

Vous pouvez suivre le travail de McGuire en visitant sa page Facebook ou son site internet.