Les perturbations numériques de Nicolas Baghir

photo1

Très jeune, Nicolas Maslowski, découvre l’univers de la photographie. Son père, un écrivain russe exilé en France, lui offre son premier appareil photo qu’il ne quittera plus.

Photo et musique

Comme de nombreux artistes, l’enfant est introverti et rêveur, et se passionne pour l’image. Tirant parti des possibilités offertes par son appareil, il s’invente un univers. La musique fait également partie de ce qui l’anime, notamment le reggae. En Jamaïque, avec des amis, il crée le label Makasound, ce qui lui permettra de faire découvrir aux Français le Jamaïcain Winston McAnuff.

photo7

La passion pour la photographie ne l’a pas pour autant quittée. Il décroche une première exposition de 32 photos à la Fat Galerie en juin 2014. En novembre 2014, la Galerie des Sans-Galeries lui consacre une nouvelle exposition qui attire plus de 900 visiteurs. Il démarre l’année 2015 avec une exposition en Suisse à Lausanne.

Un style qui s’affirme

Ce qui frappe en regardant les oeuvres de cet artiste, est le style qui est immédiatement reconnaissable et probablement unique. C’est d’ailleurs ce qui distingue le pur amateur du photographe aguerri. Ses dernières oeuvres, « les perturbations numériques », sont comme il le dit, avant tout une recherche sur la beauté picturale, un hommage rendu à la peinture autant quʼà la photographie noir et blanc.

SITE-2578-17-titre-257-817-avant-19

Les arbres sont omniprésents avec parfois quelques silhouettes humaines diffuses, derrière ces imperturbables agitations numériques. L’histoire de l’art considère qu’un peintre parvient à maturité lorsqu’il commence à élaborer son style propre et cesse de copier les maîtres qui l’ont inspiré.

Nouveau dossier18

C’est manifestement le cas de Maslowski en photographie, qui réussit à produire des oeuvres qui s’imposent par leur originalité. Un sentiment de solitude règne sur l’ensemble de cette série, allant des formes les plus figuratives aux plus abstraites, triturées par des fractures irrégulières et sinusoïdales.

Quatre années de recherches

Il a fallu quatre années de recherche et 15 000 photos à lʼartiste pour obtenir ce qu’il voulait. Ses perturbations numériques nʼont de numérique que leur nom car il sʼagit en fait de photographies argentiques tirées à lʼagrandisseur, et non retouchées.

Vernissage et exposition

Les gens intéressés à découvrir un photographe au talent unique sont invités à se rendre au vernissage le 2 décembre 2015 à la Galerie Photo 12 à partir de 19 heures. L’exposition aura lieu au même endroit du 3 décembre 2015 au 16 janvier 2016. Pour découvrir d’autres oeuvres de Maslowski, vous pouvez visiter son site internet et sa page Facebook.

crédit photo : Nicolas Maslowski