Pourquoi vous ne devriez jamais vous limiter en photographie

photo-128470781

La photographe Viktoria Haack, nous explique pourquoi être polyvalent en photo est un atout essentiel pour réussir.

Je suis né en Angleterre et vis depuis plusieurs années au Canada. Quand on m’a demandé d’écrire cet article, cela m’a obligé à réfléchir sur ce que la photographie représentait pour moi, et comment j’ai réussi à développer mon entreprise dans le marché ultra concurrentiel que nous connaissons depuis la venue du numérique.

Plusieurs photographes réussissent dans ce métier en se spécialisant dans un genre bien précis. Cependant, ma propre réussite résulte d’une décision consciente d’embrasser le monde de la photographie dans son ensemble.

Durant ma jeunesse en Angleterre, j’’ai toujours détesté m’éparpiller sur plusieurs sujets. J’avais besoin de développer ma compréhension en profondeur. Pour une raison que j’ignore, le contraire s’est produit en photographie. Mes premiers pas dans le monde de la photo portaient essentiellement sur la beauté du paysage autour de moi. Je vivais sur une petite île au Royaume-Uni avec un accès limité au continent ; par conséquent, j’ai dû me contenter du paysage que j’avais devant moi.

photo-51925438-002

Cela m’a permis de forger mon regard de photographe en remarquant les détails. En raison de la nature restrictive de la vie insulaire, j’ai utilisé internet pour m’inspirer et partager ma passion. Cela m’a encouragé à développer mes compétences en photographie. Doucement, mon travail a été remarqué. Mon premier contrat fut de faire des photos promotionnelles pour la National Trust.

En 2007, j’ai déménagé du Royaume-Uni à la petite ville de Salmon Arm en Colombie-Britannique, au Canada. J’ai été impressionné par l’immensité du paysage. Je pouvais enfin assouvir ma passion pour les paysages et les grands espaces.

Sharpened-version6052natgeo1920

J’ai utilisé les médias sociaux pour partager mes images et rapidement les gens de la région ont appris à me connaître. Je faisais des photos pour des entreprises locales, des familles et des couples. Quelques années plus tard j’ai fait plusieurs mariages, et couvert plusieurs événements.

La diversité s’est avéré être un atout majeur pour moi. Cela m’a encouragé à développer mes compétences et à diversifier mes approches. Je pouvais passer d’un genre à un autre très rapidement. Depuis ce temps, depuis que j’aborde la photo sans me restreindre ou m’imposer des limites, mon travail n’est plus le même, et j’adore ça. Un jour je peux faire un mariage et un autre jour co-diriger un atelier sur la photo.

photo-91171031

Mon expérience m’a appris que la diversité permettait à un photographe de multiplier ses chances de réussite. Se cantonner à un seul genre vous permettra de bien le maîtriser, mais vous découvrirez rapidement, que c’est aussi une façon de freiner votre créativité. Pourquoi ? Parce qu’un genre impose ses propres limites. Vous ne pouvez pas constamment réinventer la roue. Il vient un temps où vous atteignez les limites de ce qu’il a à vous offrir. Je suggère toujours à mes élèves de s’intéresser à tous les genres, aussi bien la photo de paysages, la photo de rue, la photo animalière, mais aussi au N&B et même à la photographie argentique.

photo-8031664765289

Savoir être ouvert à tout ce qui peut vous être profitable, est une qualité que tous les photographes devraient apprendre à cultiver. Je vous conseille d’être curieux et prêt à faire de nouvelles expériences. Vous découvrirez que la photo est un univers sans limite qui ne demande qu’à être exploré. Il serait vraiment malheureux de passer à côté d’une myriade de possibilités, uniquement parce que vous n’avez pas su voir l’espace infini qui est devant vous. Comme ce fut le cas pour moi sur mon île en Angleterre.

Au sujet de l’auteur

La photographe Viktoria Haack fait un peu de tout en photo. Elle gagne très bien sa vie grâce en partie à sa polyvalence. Vous pouvez suivre son travail en visitant son site internet, sa page Facebook et Instagram.

crédit photo : Viktoria Haack