Nevada Wier : 10 conseils pour personnaliser vos photos de voyages

0ed22dc81fL

Si vous voulez retourner à la maison avec un lot de photos digne des beautés que vous avez visitées durant votre voyage, vous devez sortir de cette mentalité de tourisme et aller au-delà des clichés typiques des cartes postales. La photographe Nevada Wier partage ses techniques afin de créer des photographies qui ne seront pas seulement visuellement attractives, mais qui révéleront un lien plus personnel avec les gens et les cultures que vous rencontrez.

1. Couleur, lumière, action, sujet

Vous avez quatre éléments-clés dans une photographie en couleur: la possibilité d’avoir une belle lumière, de magnifiques couleurs, de l’action et un sujet fascinant. Il n’est pas nécessaire d’avoir tous ces éléments dans une image pour qu’elle soit convaincante, mais vous avez besoin d’au moins deux d’entre eux. L’image d’ouverture d’un batelier faite au lac Inle au Myanmar, offre une belle lumière et une composition soignée. Le batelier et sa réflexion sont placés délibérément dans la partie inférieure droite de l’image. Le geste de soulever est également important. Un geste ou une attitude donne souvent plus de force à une photo dans laquelle se trouve un sujet. Si ce dernier est plutôt passif, vous perdez beaucoup de puissance évocatrice.

2. Créez une image à cause du contraste, non en dépit de celui-ci !

Nos yeux ont une gamme dynamique remarquable; nous pouvons voir en détail dans les hautes lumières et aussi dans les ombres. Un capteur numérique est beaucoup moins performant. Je me suis donc entraîné à «voir» comme mon capteur et mon objectif. Cela m’a permis de faire de meilleure photos.

Lorsque je suis en présence d’une scène dont la lumière à un fort contraste, je regarde attentivement non seulement la lumière, mais aussi les ombres, car si le contraste élevé, je dois faire une image qui fonctionnera à cause du contraste, et non malgré lui, en tentant de balancer tout ça en post-traitement.

e3463

Dans cette image d’une jeune fille solitaire au puits, j’ai entrelacé les lumières et les ombres extrêmes en dirigeant mon objectif vers le soleil, transformant la jeune fille en une silhouette mouvante. En outre, la lumière se reflétant sur l’eau de la rivière derrière elle, était si brillante qu’elle a créé un halo de petites étoiles autour de son corps. J’adore la façon dont l’un de ses pieds est légèrement soulevés, ainsi que le jeu de lumière se reflétant dans les cruches jaunes.

3. Déplacez-vous

J’ai commencé à travailler pour des magazines à l’époque des diapositives. Non seulement l’exposition devait être parfaite, mais également le cadrage. Je ne pouvais pas dire à un éditeur photo d’un magazine, « Vous devez recadrer ma photo ». Par conséquent, j’ai appris à le faire en me déplaçant avant de prendre ma photo. Même à l’ère de la photographie numérique où tout est possible en post-traitement, j’ai conservé cette habitude. Parfois se déplacer de quelques centimètres peut faire toute la différence entre avoir une image qui fonctionne et une qui ne fonctionne pas. Cette image d’une femme à Trinidad à Cuba a été réalisée en me déplaçant près d’elle. Sa tête a été placée délibérément dans le cadre de la porte.

3

Juste avant de déclencher, la dernière chose que je faite fut de faire en sorte que son bras droit ne soit pas coupé par un cadrage trop serré, et que ni la porte ni la tête soient coupées au-dessus. Ce ne sont pas tous les viseurs des appareils photo qui montrent 100% de l’image; certains peuvent montrer seulement 90% à 95%. Cette spécification technique est très importante si vous ne voulez pas vous retrouver avec des photos dont les sujets ne sont pas correctement placés dans votre composition.

4. Utilisez des vitesses d’obturation lentes

En tant que photographe « ambulante », je dois être prêt à photographier à tous les moments de la journée, peu importe les conditions météorologiques. La première question que je me demande lorsque je vois une image ayant photographiquement un fort potentiel est, « Quel est le problème ? » Cette simple question me permet souvent de réaliser des images plus intéressantes parce que cela me force à penser de façon créative, au-delà de ma première impression.

Lors d’une danse traditionnelle en Inde tropicale, je me suis posé ma question, « Quel est le problème ? ». Il y en avait plusieurs : La lumière du soleil était dure, les danseurs étaient sous un arbre, et ils entraient et sortaient de l’ombre produit par celui-ci. De plus, il y avait de nombreux badauds et buissons qui encombraient l’arrière-plan.

4

Je me suis placé à l’ombre sous un grand arbre afin d’avoir une vitesse d’obturation de 1/15 de seconde, puis j’ai attendu que les danseurs viennent vers moi. Toutefois je voulais essayer quelque chose de vraiment différent, j’ai alors utilisé un filtre à densité neutre variable Singh-Ray, me permettant de jouer avec des vitesses d’obturation plus lentes. À 1/4 de seconde, le flou sur l’arrière-plan n’est plus gênant pour mes sujets. En ajoutant un coup de flash sur les jambes et les torses, cela a donné un éclat de netteté au sein de ce groupe de danseurs tout en intensifiant l’éclat des couleurs.

5. Il y aura toujours de bonnes raisons de ne pas photographier

Croyez-moi, je sais qu’une multitude de raisons existent afin de ne pas prendre de photos. Par exemple : la lumière ne va pas; cette personne va vouloir se faire payer; il pleut; il fait froid; il y trop de nuages; il fait trop sombre; je n’ai pas mon trépied. Mais la véritable raison, je l’appelle « l’inertie ». C’est un ennemi insidieux. Personnellement, je déteste me lever avant l’aube, mais quand je suis en voyage et que je dois photographier, je m’impose cette discipline. Non seulement il y a plus de chances d’avoir une belle lumière, mais c’est aussi à ce moment où le monde se réveille, les villages s’animent et la vie reprend son cours.

5

Je suis allé de nombreuses fois à la fascinante foire de Pushkar Camel. J’adore les scènes tôt le matin lorsque les gens sortent de leurs sacs de couchage et font cuire leur petit-déjeuner. Cependant, cette belle lumière matinale ne dure jamais très longtemps, donc vous devez être là dans l’obscurité et travailler rapidement avant que la magie du matin ne se dissipe. De plus, vous devez être prêt à aborder les gens. Ne présumez jamais que vous savez ce que vos sujets pensent. Selon mon expérience, 90% du gens acceptent d’être photographiés; c’est donc à vous d’être amical, de respect vos sujets et d’être sincère en les abordant.

6. Chorégraphiez votre photo

J’aime vraiment les photos de paysages ruraux, où le fond est tout aussi important que la personne. Lorsque je rencontre quelqu’un que je trouve intéressant et qu’il accepte d’être photographié, je commence immédiatement à regarder autour afin de trouver un arrière-plan intéressant.

6

Dans la province du Guizhou en Chine, j’ai fait la rencontre d’une charmante jeune femme qui portait une robe traditionnelle à cette région. Elle a accepté de se faire photographier. J’ai alors trouvé cette porte entourée de cages à oiseaux. J’ai invité la jeune femme à me suivre. Lorsque le propriétaire de la maison est sorti, j’ai demandé s’il était d’accord; il hocha la tête en signe d’approbation. J’ai alors placé la jeune femme en face de la porte et lui fit signe de tenir sa jupe. Cette photo est un exemple où dans certaines situations, si vous voulez obtenir une bonne photo, il faut parfois chorégraphier sa composition. Il est préférable de prendre de bonnes photos du quotidien des gens sans forcer les choses, mais parfois « aider la nature » peut produire aussi d’excellentes photos.

7. Utilisez une faible profondeur de champ

Il ne suffit pas d’avoir un sujet intéressant; c’est notre mission en tant que photographes de faire une image intéressante d’un sujet intéressant. Nous devons faire plus que simplement reproduire ce que nous voyons. Nous devons photographier ce que nous imaginons et de ce que nous ressentons.

Par exemple nous pouvons utiliser une optique grand-angle afin d’exagérer tout ce qui est plus proche de l’appareil photo ou un téléobjectif pour comprimer une scène. Nous pouvons choisir d’utiliser une faible profondeur de champ et de mettre en évidence un seul élément de l’image, laissant le reste se fondant doucement dans un joli flou d’arrière-plan.

7

J’étais en Islande lors d’une énorme tempête de neige. Je photographiais l’intérieur d’une immense grange où une femme s’occupait de ses chevaux. Après une minute à photographier des images assez ordinaires, j’ai décidé de penser différemment et essayer une approche plus créative. J’ai ouvert mon objectif à f/2.8, puis en mode manuel j’ai fait le point sur la neige qui tombait. J’ai obtenu au final une photo avec le cheval légèrement flou.

J’aime expérimenter et exercer mes muscles créatifs. Cette photo est un exemple de la façon dont vous pouvez transformer une jolie scène hivernale, en une image qui s’éloigne de la simple représentation factuelle.

8. Ajoutez de la profondeur

Il existe essentiellement deux types d’images photographiques: les plus simples et les plus complexes. Dans une image simple, il y a habituellement un sujet et un arrière-plan. Une image plus complexe se traduit par des couches successives d’objets et de personnes. La photographie complexe est difficile à réaliser parce qu’elle nous force à travailler avec une multitude de sujets.

8

Dans le sud de l’Inde, en jetant un œil à l’intérieur d’une porte, j’ai vu un groupe de trieurs d’ail. La lumière était dure, mais elle était diffusée au travers de la porte, illuminant la pièce sans fenêtre. J’ai commencé à photographier les hommes. Comme ces derniers traînaient les sacs vers la porte, je me suis déplacé afin que je puisse voir les trois couches qui se présentaient devant moi : les sacs d’ail, l’action d’un homme faisant glisser ces sacs, et enfin une troisième couche montrant des hommes faisant le tri. Il y avait également le fond de la chambre, mais selon moi il ne compte pas comme étant une couche, mais il permet de fixer la scène, de donner son sens à ma photo.

Intentionnellement j’ai utilisé une vitesse d’obturation suffisamment lente pour donner une impression de mouvement à l’homme tirant le sac sur la deuxième couche, mais assez vite pour arrêter l’action des hommes faisant le tri. J’ai composé mon image en mettant en valeur surtout la première couche car elle était la mieux éclairée par le soleil et la plus proche de mon objectif. Les couleurs complémentaires aident à peaufiner l’ensemble de la composition.

9. Impliquez-vous

Pour vraiment avoir du plaisir en voyageant, j’ai appris à ne pas être un observateur passif, mais d’être en contact étroit avec mes sujets. Être un participant actif et découvrir une nouvelle culture permet de créer des images plus intimistes. Bien sûr, certaines cultures sont plus faciles à photographier que d’autres, et ne vous attendez pas à ce que les gens acceptent d’emblée de se faire photographier. Vous devez gagner leur confiance, être ouvert à de nouvelles expériences et collaborer avec vos sujets.

9

Il y a quelques mois, j’étais à un festival en Chine, un groupe de femmes me fit signe de se joindre à elles à leur table. Bien sûr j’ai accepté. En utilisant mon objectif grand-angle et entre deux bouchées de repas, j’ai photographié ces femmes qui riaient. Le résultat fut une image plus intimiste, et ce, simplement en participant à une activité aussi naturelle qu’un bon repas entre amis.

10. Apprenez à utiliser votre appareil en situation de faible luminosité

Je transporte rarement avec moi un trépied, à moins que cela ne soit absolument nécessaire. Cependant, je photographie souvent à l’intérieur de maisons ou après le coucher du soleil. J’ai appris un certain nombre de techniques pour maintenir mon appareil photo stable.

10

Pour cette scène, j’ai appuyé mon appareil sur le cadre d’une porte, j’ai ouvert à f/1,4, puis j’ai déclenché de nombreuses fois. Une de mes photos était nette. J’ai simplement pris mon temps en cherchant une façon d’obtenir une image pleine de douceur sans devoir utiliser des valeurs ISO trop élevées ou un trépied. Si vous développez des techniques vous permettant de photographier dans de telles conditions, vous augmentez vos chances d’avoir des photos de voyages uniques, car n’oubliez pas, en voyage, vous ne savez jamais à quel moment tous les éléments seront réunis pour produire la photo magique, celle qui fait rêver tous les photographes.

Au sujet de l’auteur

24348306799_a6ec4a70a8_oNevada Wier est une photographe multi-récompensée qui sillonne la planète depuis de nombreuses années. Son travaille a été publié dans plusieurs grands magazines, notamment : National Geographic, Geo, National Geographic Adventure, National Geographic Traveler, Islands et Outdoor Photographer. Pour découvrir son travail et d’autres magnifiques photos, vous pouvez visiter son site internet.