Comment Kodak a découvert une information tenue secrète par le gouvernement

Nuclear-explosion-v2

En juillet 1945, le gouvernement américain a fait exploser la première bombe nucléaire du monde, ouvrant la voie à l’ère atomique. Initialement, la nature et la puissance des explosions ont été gardées secretes, mais l’industrie de la photographie a fini par obtenir certains détails, notamment à cause de maïs radioactifs.

Les films étaient affectés

En 1946, Kodak commencé à se plaindre que ses films étaient étrangement sombres après avoir été produits dans leurs usines. Les films photographiques sont très sensibles à l’énergie radioactive. Kodak a étudié la question pour finalement découvrir que la source du problème venait de feuilles de maïs de l’Indiana qui étaient utilisées comme rembourrage lors de l’expédier des films. Ces lots de feuilles avaient été contaminés par de l’iode-131, qui est un isotope radioactif produit au cours de la fission du plutonium L’équipe de Kodak a rapidement compris qu’une partie de l’État de l’Indiana avait été exposée aux retombées radioactives des essais de Trinity, qui était le nom de code du premier essai d’une arme nucléaire réalisé par l’Armée américaine le 16 juillet 1945 dans le cadre du projet Manhattan.

Sans titre

Cela indiquait que l’iode radioactif avait peut-être entré dans la chaîne alimentaire et que les retombées s’étaient dispersées très loin du centre d’essais. Cet isotope radioactif peut causer le cancer de la thyroïde, en particulier chez les enfants. Et c’est exactement ce qui est arrivé à des milliers d’enfants américains.

Une information tardive

Mais ce n’est pas tout, en 1951, les tests se sont accélérés, notamment dans le bassin hydrographique Frenchman Flat. Kodak a détecté des niveaux anormalement élevés de rayonnement à travers le pays à Rochester dans l’État de New York. Après que ses plaintes furent rejetées par la Commission de l’énergie atomique, l’entreprise a menacé de poursuivre le gouvernement. Ce dernier a fini par accepter de fournir à Kodak et à d’autres fabricants, des préavis ainsi que l’importance des retombées radioactives – des informations qui auraient pu potentiellement limiter des milliers de cas de cancers. Ces essais nucléaires furent sciemment gardés secrètement, sacrifiant ainsi le bien-être humain pour le bien de la science. Il fallut donc attendre environ une décennie avant les fabricants photographiques soient mis au courant des détails de ces tests, et que l’on accorde la même attention au grand public.

En conclusion

C’est un chapitre sombre et triste dans l’histoire des États-Unis, durant lequel le gouvernement a délibérément et sciemment exposé ses habitants à des niveaux dangereux de rayonnement radioactif. Les seules entreprises qui finirent par découvrir ces retombés nocifs ont été les fabricants de films, notamment Kodak.

[via]