Les apn de demain : Des scientifiques fabriquent un dispositif électronique sans semi-conducteur

integrated microchip

Des scientifiques de l’Université de Californie à San Diego auraient créé un nouveau type de dispositif microélectronique qui pourrait un jour remplacer les processeurs à base de semi-conducteur à l’intérieur de votre ordinateur ou même de votre appareil photo. Cette nouvelle technologie en est à ses débuts, mais elle implique des recherches assez intéressantes et quelques concepts qui ressemblent à de la science-fiction.

Les ingénieurs de l’UCSD ont créé un dispositif microélectronique optiquement contrôlé qui se compose d’une métasurface composée de nanostructures qui créent des champs électriques de haute intensité lorsqu’ils sont exposés à un laser infrarouge.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Essentiellement, ce nouveau dispositif microélectronique sans semi-conducteur pourrait un jour résoudre un problème auquel les microprocesseurs modernes sont confrontés. Un processeur fonctionne en canalisant des électrons à travers un labyrinthe microscopique pour frapper des commutateurs marche-arrêt des milliards de fois par seconde. Le problème est que ces électrons sont constamment en collision avec les atomes dont sont composés les semi-conducteurs. Il y a donc beaucoup d’électrons qui sont perdus dans le processus.

TechSpot nous explique :

Ce nouveau dispositif microélectronique tente de résoudre ce problème en travaillant comme un tube à vide il y a plusieurs décennies, mais a une micro-échelle. Les nanostructures en forme de champignon sur le dispositif comprennent une métasurface sur le dessus d’une plaquette de silicium avec une couche de dioxyde de silicium les séparant. Lorsque cette structure est soumise à une faible tension continue et à un laser infrarouge à faible puissance, elle est capable de créer des champs électriques de haute intensité qui peuvent « libérer » les électrons dans l’espace.

Tout cela signifie que cette technologie expérimentale peut potentiellement permettre de manipuler plus d’électrons à la fois, avec moins d’interférences. Cette découverte permettrait de concevoir des processeurs très performants. En utilisant ces nouveaux processeurs, il deviendrait possible de concevoir des appareils photo computationnels. Cette nouvelle approche de la photo requière des processeurs très puissants afin de reconstituer une image à partir d’informations visuelles « non-organisées », comme c’est le cas avec les capteurs traditionnels qui reconstituent une image à partir d’informations organisées venant de millions de pixels.

Ce n’est pas demain que nous verrons ce type de dispositif dans le dernier smartphone ou le prochain Mac, mais c’est un concept intéressant et certainement une façon intéressante de s’attaquer à un problème quasi insurmontable auquel devra faire face les techniciens de demain qui travaillent à concevoir des appareils photo toujours plus performants.

[via]