Comment photographier la super lune en toute quiétude

pexels-photo-178837

La plus grande super lune en près de 70 ans fera son apparition dans le ciel le 14 novembre. Ce qui signifie le 15 novembre, vous pouvez vous attendre à voir un flux de photos venant des médias sociaux faites avec un smartphone ou un autre appareil qui ne donnera au final que des images « moches ». Si vous voulez vraiment obtenir de bonnes photos de ce phénomène spectaculaire, voici comment faire.

La préparation

L’heure, l’emplacement et la météo peuvent jouer un rôle important lors d’un « shooting » extérieur. Commencez par identifier où exactement dans votre région de la planète la lune apparaîtra. Une bonne application comme Skypix (2.99 €)  pour IOS vous aidera à trouver son emplacement exact. De plus cette application est offerte en français, ce qui est plutôt rare.

Évidemment l’équipement joue également un rôle important, mais vous n’avez pas besoin d’un appareil très cher pour obtenir de bons clichés de la lune. La chose la plus essentielle en fait est un bon trépied. Un reflex ou un sans miroir avec un objectif zoom sont essentiels pour photographier la lune. Un reflex APS-C d’entrée de gamme fera l’affaire. En effet, ce petit capteur qui équipe ces appareils photo aide réellement grâce au « crop factor ». Ainsi un simple 70-200mm par exemple devient un 105-300mm. Ce qui est souvent bien suffisant pour prendre en photo la super lune. Si vous avez la chance de pouvoir vous offrir un 600mm, vos photos n’en seront que plus spectaculaires.

La mise en place

La photographie du ciel nocturne devrait toujours se faire en mode manuel, ou au moins en mode priorité à l’obturateur. Certains croiront  que leur appareil monté sur un trépied, en utilisant des vitesses d’obturation longues leur permettra d’avoir des photos sans flou de bougé. En fait non. La lune se lève assez rapidement, et jumelée à la rotation de la terre, si vous utilisez une vitesse d’obturation trop lente, vous obtiendrez des images floues.

pexels-photo

Les paramètres d’exposition exacts varient en fonction d’un certain nombre de paramètres. Mark Gee, un photographe qui a gagné plusieurs prix pour ses photos en astrophotographie nous explique qu’il photographie généralement en utilisant une vitesse d’obturation d’environ 1/125 s. Pour les photographes utilisant le mode manuel, une ouverture comme f / 8, minimise la possibilité d’avoir des images floues. Les valeurs ISO doivent être également le plus bas possible. Si vous avez un appareil qui ne bruite pas à 800 ISO, vous pouvez faire quelques testes. Ainsi les paramètres ISO vous aideront à régler votre appareil photo parfaitement en tenant compte de la vitesse d’obturation que vous utiliserez.

Le prise de la photo

Il est temps maintenant de vous concentrer sur votre sujet.  La mise au point manuel sur le ciel nocturne est assez simple. Vous n’avez qu’à positionner la bague de mise au point jusqu’à l’infini. Encore mieux, vous pouvez utiliser l’hyperfocale. Pour la photographie de paysage ou de reportage, la connaissance de la distance hyperfocale, c’est-à-dire la distance entre l’appareil photo et le début de la zone de netteté quand la mise au point est faite sur l’infini, s’avère indispensable. Pour trouver l’hyperfocale il existe plusieurs techniques. La plus simple est de vous rendre sur le site dofmaster et de fournir à cette application en ligne les données nécessaires. Par exemple j’utilise un 55mm à f/16 monté sur un apn Pentax. La distance de la terre à la lune est de 384 400 mètres. En tapant ces données je sais maintenant que l’hyperfocale se trouve à 9.51 mètres. La profondeur de champ s’étendra donc de 4,755 mètres à l’infini.

La finale

Avec une bonne exposition et la mise au point faite sur l’hyperfocale, le reste du travail que vous aurez à faire est minime, mais la plupart des photos de lune peuvent bénéficier de quelques ajustements en post-traitement. L’utilisation du curseur des noirs dans Lightroom ou un autre éditeur RAW vous aidera à assombrir le ciel et à faire ressortir plus de détails qui se trouvent sur la lune.  De plus, le réglage de la balance des blancs peut être nécessaire pour obtenir une couleur plus précise  ou créer une ambiance en donnant à la lune un soupçon de bleu. Depuis que la fonctionnalité « dehaze » est disponible dans Lightroom CC, vous pouvez l’utiliser pour supprimer le voile atmosphérique qui vient trop souvent « diluer » l’éclat des étoiles et de la lune. C’est un autre truc que le numérique nous offre, alors pourquoi s’en priver !

AQS

N’oubliez pas de trouver un endroit libre de toute pollution lumineuse. Prendre des photos de la lune à partir de votre maison ou à travers de la fenêtre, ne vous donneront pas de bons résultats. Vous devez planifier votre « shooting » quelques jours à l’avance, surtout si vous n’êtes pas expérimenté en astrophotographie. De cette façon vous serez plus à même de prendre de bonnes images de la super lune et de les partager via les différents médias sociaux.

En conclusion

Je rajouterai que ces explications peuvent être utiles dans d’autres circonstances. L’astrophotographie ne se limite pas à la lune. je connais un photographe qui prend en photo des galaxies et nébuleuses en utilisant ces conseils. Ses images sont magnifiques. À vous de décider si ces photos vous plaisent ou non.