Bien cette information n’a rien à voir avec la photo, c’est quand même intéressant de savoir que Google Earth utilise maintenant la réalité virtuelle pour permettre aux utilisateurs d’explorer d’une manière innovante la planète terre. Quand il s’agit d’explorer le monde, aucune application n’a une vision plus « globalisante » que Google Earth, qui a longtemps été une façon simple de visiter des lieux auxquels la plupart ds gens n’auront jamais accès. Il est donc parfaitement logique que Google fasse une version VR de Goole Earth.

Google Earth VR est disponible exactement dix ans après le lancement de Google Earth. L’application a commencé comme étant une curiosité pour la plupart des utilisateurs, mais a rapidement évolué en quelque chose de beaucoup plus sérieux. L’avènement du VR est simplement une étape naturelle dans son évolution.

Encore limité à quelques plate-formes

Pour l’instant, Google Earth VR a été lancé avec le HTC Vive, et il offre la possibilité d’explorer les mêmes 507 millions de kilomètres carrés que la version 2D de l’application. Une limitation qui agaçait certains utilisateurs est le fil du HTC Vive. Ce problème a été résolu. Il suffit maintenant aux utilisateurs du HTC de se doter d’un module à ajouter sur l’appareil, lequel devrait être disponible dans 6 mois.

Google Earth VR est gratuit pour jouer via Steam. Alors qu’un HTC Vive est nécessaire pour l’instant. L’application prendra en charge d’autres plates-formes VR l’année prochaine. Les exigences système pour avoir accès à Google Earth VR est un PC relativement puissant, Windows 7 et plus, un processeur Intel Core i5-6500 équivalent ou supérieur, 8 Go de RAM et au moins un GPU Nvidia GeForce GTX 970 ou AMD Radeon R9 Fury.

 

jupiter2000Google
Bien cette information n'a rien à voir avec la photo, c'est quand même intéressant de savoir que Google Earth utilise maintenant la réalité virtuelle pour permettre aux utilisateurs d'explorer d'une manière innovante la planète terre. Quand il s'agit d'explorer le monde, aucune application n'a une vision plus 'globalisante' que...