Eric Kim : Pourquoi vous ne devriez jamais participer à un concours sur la photographie

8_korea-got-seoul-6-of-13

Je voulais vous écrire sur les concours de photographie – pourquoi je recommande généralement de ne jamais y participer. Tout d’abord, si vous téléchargez votre photo pour l’un de ces concours, vous devenez soudainement un esclave de l’opinion des autres. La personne la plus importante en photographie est vous-mêmes. Pas les juges. Pas les gens au hasard qui vont évaluer vos photos.

Ne pas donner trop d’importance à l’opinion des autres

Est-ce que je me soucie vraiment de ce que les autres pensent de mes photos? Oui, mais pourquoi? Je me soucie personnellement de ce que les autres pensent de mes photos, mais seulement des opinions de mes proches, mes amis et ma famille. Pour moi, Cindy (sa conjointe) est mon éditeur ultime – ce qu’elle pense de mes photos importe plus que l’opinion des autres.

eric-kim-photography-Cindy-Project-wedding,medium.2x.1476245685

Mais le plus important à savoir est de ne jamais participer à l’un de ces concours sur la photo. Pourquoi? Tout d’abord, je pense que les concours sont bons lorsqu’ils vous forcent à modifier votre portfolio, à choisir votre meilleur travail. Dans le passé, quand j’ai soumis des photos pour des concours, j’ai dû choisir seulement 3 à 5 de mes meilleures photos. Cela m’a donné une excellente occasion de vraiment s’asseoir, d’évaluer mon travail, et de choisir mes images préférées.

DSCF0572

Cependant, participer à des concours de photos a ajouté beaucoup de stress et de frustration à ma vie. J’ai toujours pensé que j’étais un bon photographe, et que je « méritais » de gagner – ou du moins avoir une place place parmi les meilleurs. Mais j’ai découvert en participant à plusieurs concours qu’il y a une grande part de chance. Être de l’autre côté et juger le travaille d’un photographe, désigner celui qui gagne ou qui perd, est basé sur la chance, rarement sur les compétences ou la qualité du travaille du photographe.

Les concours sont toujours biaisés

Si vous croyez que les juges sont toujours impartiaux, vous vous trompez. Ils jugent selon leurs préférences. Si vos photos ne correspondent pas à ce qu’ils aiment, même si elles sont bonnes, vous ne retiendrez pas leur attention et vous perdrez. En d’autres termes, il y a toujours un biais dans ces concours. C’est naturel, mais peu de concours l’admettront. Les goûts personnels des juges sont un facteur déterminant. Par exemple, si j’aime la crème glacée à la vanille et un peu moins la crème glacée au chocolat – je serai partial et je dirai que la crème glacée à la vanille est la meilleure.

aadd8884e17bf3498c9a6b1fad2d79bf

Il en va de même pour la photographie. La crème glacée à la vanille est comme la photographie en noir et blanc, alors que la crème glacée au chocolat peut être la photographie en couleur. Si je photographie en noir et blanc, je pourrais être partial envers les participants qui soumettent des photos en noir et blanc. Il en va de même pour la photographie couleur.

Savoir où et quand s’arrêter

Je m’impose toujours une certaine discipline personnelle, par exemple je vais faire de mon mieux pour éviter les jeux, les concours ou les activités où il y a des «gagnants» et des «perdants». Pourquoi? Parce que dans la vie, il n’y a pas de «gagnants» ou de «perdants». la vie n’est pas un jeu avec des gagnants ou des perdants. Parce que je gagne cela ne signifie pas que je suis un gagnant et parce que je perds, cela ne signifie pas que je suis un perdant. Dans la vie, nous sommes tous des gagnants. Nous ne nous battons pas pour la même tarte. Nous pouvons plutôt créer plus de tartes et créer plus de prospérité, de bonheur et de bonne volonté dans le monde.

img_4094

Ne soyez donc pas esclave des opinions des autres. Si vous prévoyez de participer à des concours de photographie, prenez conscience avant tout que les préjugés sont indissociables à ce système. Et si le fait de ne pas gagner vous déçois, alors ne participez pas. Le plus important est de toujours donner le meilleur de vous-même. Et pour commencer, cherchez à vous plaire avant de chercher à plaire aux autres.

A propos de l’auteur

Eric Kim est un photographe de rue et professeur en photographie basé actuellement à Hanoi, au Vietnam. Il s’est donné comme mission de produire le plus de photographies «Open Source» afin de rendre accessible la photographique à tous. Vous pouvez découvrir son travail sur son site internet, sur Facebook, Twitter et YouTube.

crédit photo : Eric Kim

24 commentaires

  1. Bonjour,

    en tant que photographe professionnel, je suis totalement en désaccord avec ce point de vue. Il est important pour un phototographe de participer à des concours. Tous les concours ne sont pas intéressants mais beaucoup sont très sérieux. C’est comme dans la vie, il faut faire la part des choses.
    Expliquer mes raisons serait un peu long. Dans mon blog, j’ai écrit un article qui expliquer quelques raisons pour participer à un concours. Voici le lien :
    https://www.guillenphoto.com/cms/pourquoi-realiser-des-photos-de-concours-partie-1.html

  2. Bonjour,
    J’abonde dans le sens de cet article de Eric Kim :  » Pourquoi vous ne devriez jamais participer à un concours sur la photographie « . Il me semble que ce point de vue reste très logique et plein d’humanité.

  3. Bonjour,
    En fait je suis plutôt en accord avec votre article dans le sens ou participer à un concours n’est pas une fin en soi, ce n’est même pas une question que tel concours soit intéressant ou pas mais plutôt savoir en fait qu’est ce que ça peut m’apporter…personne n’a la science infuse pour faire de « bonnes photos »…participer à un concours photos veut vouloir dire aussi accepter certains dogmes photographique?

  4. Vouloir participer à un concours est un choix personnel et délibéré. Le photographe s’expose. Il sera soumis au jusgement d’autres personnes : photographes ou non. C’est exactement la même chose avec une exposition. Lorsque nous exposons nos clichés, nous nous soumettons au jugement des autres. Nous recevons des opinions agréables et moins agréables à entendre. C’est identique avec un concours.
    Il reste la solution de montrer ses photos sur un site web ou sur les réseaux sociaux. Le problème avec cette solution c’est que peu d’internautes donnent leur avis. Ce n’est pas constructif.

    Je pense que participer à un concours c’est faire faire face à des jugements. Il faut apprendre à faire la part des choses et voir le verre à moitié plein pour progresser. A mon avis c’est essentiel.

    1. Je ne participe plus à des concours depuis longtemps. J’ai rapidement compris que je devais présenter des photos qui plairaient aux juges pour avoir une chance de gagner. Mais chacun est bien sûr libre de faire ce qu’il veut.

      1. c’est en effet le but … proposer des photos qui ne plairaient pas,ce n’est pas très pertinent…
        la question est : suis-je capable de présenter un travail plaisant ?
        tout le reste,c’est du blabla…

        1. Mon intention en photo n’est pas de plaire… donc je ne participe pas à des concours à la « va comme je te pousse » pour ne pas dire autre chose. Mes photos, c’est dans des expo ou des publications qu’on peut les apprécier… ou pas…

          J’adhère à cet article.

  5. Effectivement, les concours peuvent apporter beaucoup de choses au photographe, a commencé par un stress de vie néfaste. La qualité des images ne changent en rien, si l’on demande l’avis et la confrontation, le stress gagnera.

    Après, la photographie a ceci d’extraordinaire, qu’elle représente une intention totalement personnelle à chacun. À bien y réfléchir, il doit y avoir autant d’interprétation que de photographe différents. ( ou pas )

    Pour ma part, il s’agit avant tout d’art. Dans son sens le plus large, à savoir vivre artistiquement. Et dans ce contexte, peut m’importe de soumettre mes images aux forças du concours, je n’y attends rien.

    Non mes images sont mes mots, ma communication personnelle et extrapolée de mon regard. Elles doivent avant tout me plaire. Et lorsque je suis satisfait du résultat, la reconnaissance et la joie de ma cliente à la découverte de – notre – collaboration, devint la cerise sur le gâteau ; signifiant il a compris, nous avons réussi à communiqué.

    Et le stress est resté à sa place, enfoui dans le tiroir obscure de mon ancien bureau de cadre.

    Pietro

    1. Votre commentaire est très intéressant. Votre point de vue se défend totalement.
      Pourtant, je reste sur ma pensée. Les concours sont très intéressants non seulement pour les photographes débutants mais aussi pour les professionnels.

      Pour les débutants, il est difficile d’exposer ou de publier (livres ou articles). Les concours sont un moyen pour eux de comprendre certaines erreurs, de confronter leur travail et surtout de progresser dans leur vision photographique afin de définier et mieux cerner leur regard. Je recommande à tous mes stagiaires cette démarche. Je vous assure qu’ils me remercient tous pour ce conseil. Je pense sincèrement que les concours sont l’un des outils pour développer une démarche artistique.

      Pour les professionnels, je pense que c’est aussi intéressant. Je suis photographe d’art et je posséde une démarche artistique bien définie et très claire. Chaque projet que je mène suit les lignes de ma démarche. Lorsque je trouve des concours intéressants, je n’hésite pas à y participer pour confronter mes idées et avoir des retours. Parfois, je n’en tiens pas compte mais parfois c’est très constructif que ce soit sur le plan de la prise de vue ou sur le plan du posttraitement.

      Je vais aussi me permettre de citer mon épouse Isabelle qui est photographe de portraits artistiques. Ses portraits sont des oeuvres magistrales qui demandent des jours de travail. Elle est très bien installée et très réputée dans son domaine aux Etats-Unis. Pourtant elle participe régulièrement à des concours internationaux ou locaux. Tout comme moi, elle analyse bien les remarques qui lui sont faites. Elle en garde certaines ou elle rejette les autres. Elle reste la juge de son travail.

      Nous pensons tous les deux que la photographie est une forme artistique qui permet de nous exprimer. Nous traduisons nos émotions, nos sentiments. Mais nous sommes ouverts à tout forme de critique si elle est constructive. Les concours sont pour nous un moyen d’avoir des retours que nous ne recevons pas dans les expositions, la publication de nos livres ou les festivals auxquels nous participons.

      A. Guillen

      1. Votre commentaire est très pertinent. Toutefois, selon moi, il faut savoir s’affranchir des opinions des autres. Malheureusement, tous les juges de ces concours ont leurs préférences en photographie. Si votre photo ne correspond pas à « leurs » critères, vous avez moins de chances de gagner. Je connais un photographe qui a déjà été juge pour un concours, et c’était navrant de le voir juger les photos, non pas selon des critères objectifs, mais selon ses goûts. Pour ma part, je ne participe plus à aucun concours parce que je sais que les juges ne jugent pas vraiment, ils aiment un type de photos. C’est cette différence entre « juger » et « aimer » qui me dérange. S’il n’y a pas d’objectivité dans ce concours, alors pour moi ils ne valent rien. Mais chacun est libre de faire ce qu’il veut et je respecte votre point de vue.

    2. Je partage votre avis lorsque vous dites: « […]dans ce contexte, peut m’importe de soumettre mes images aux forças du concours, je n’y attends rien. »

      C’est aussi ma façon de voir ces concours.

      1. Bonjour,

        nous sommes parfois juges de concours photo. Nous essayons d’être le plus impartial possible. En général, les jurys de concours proposent des grilles d’évaluation très objectifs. C’est rare quand les jurés sont laissés seuls pour les jugements.

        Quand c’est le cas, nous appliquons une grille comportant 10 points. Il sera un peu long de les décrire dans ce commentaire mais nous avons écrit un blog qui décrit notre méthode. Nous l’avions écrit pour aider les personnes à apprendre à juger leurs propres photos sans critère émotionnel ou sentimental.

        La page du blog est la suivante : https://www.guillenphoto.com/cms/comment-definir-une-bonne-photo.html

        J’espère que cet article vous éclairera sur notre position.

        A. Guillen

  6. Au sujet de guillenphoto qui juge les photos sur des critères bien définis : Intéressant votre site. Pourquoi ne pas aller plus loin ? Prenons le premier critère : l’impact. Quels sont les critères qui déterminent l’impact d’une photo (j’en veux 10 !). Même question pour les 9 autres points. Allez au boulot et bon courage. D’autre part, il aurait été judicieux de proposer quelques exemples de photos qui ne rentrent pas dans vos critères et dire en quoi ce ne sont pas de bonnes photos (ah zut, elle pas bien présentée selon les 10 critères qui déterminent ce qu’est une bonne présentation… ah ben ouais, faut expliquer). Allons, tout ceci est fort subjectif. Vous pouvez noter ce que vous voulez, une oeuvre est hors critère et se passe de note, et ce qui en sera une pour vous (oeuvre), ne le sera pas forcément pour moi. Une bonne photo, une bonne oeuvre, ça ne s’explique pas, ça ne se juge pas, ça se ressent. A part ça, votre blog est très bien fait. Serviteur.

  7. Discussion intéressante. Néanmoins, le point de vue de base de cet article ne peut que me faire bondir sur place. On ne peut pas sérieusement affirmer que participer à des concours c’est s’exposer à un stress, ou forcément à une inévitable injustice qui pourrait nous démotiver. Cette idée de devenir « esclave » du regard des autres alors qu’on fait un métier qui fait appel au regard (et au jugement) de l’autre, est forcément absurde.

    Je pense qu’il faut juste se poser les bonnes questions de base.

    Il y a : « Pour qui je fais ce métier »
    Il y a : « Pour quoi je fais ce métier ».

    La réponse à la première réponse, devrait toujours être d’abord « pour moi ». Même lorsqu’il s’agit d’une commande hyper technique, précise et peu artistique, même si la photo que l’on produit est issue d’un domaine ou d’un thème qui ne nous touche pas spécialement à la base, le professionnel fait de la photo avant tout pour lui. Et le fait de participer à des concours ne devrait jamais changer ce point de vue super subjectif et qui est presque de l’ordre de la jouissance solitaire. Nous travaillons avant tout pour nous. Mais nous ne nous arrêtons pas là. Nous travaillons (ou créons plutot), aussi pour l’autre.
    C’est à travers mon regard que ma photo naît, mais c’est à travers le regard des autres qu’elle prend vie réellement, et qu’elle se déploie et trouve son utilité universelle.

    Sans ça, à mon avis, la photographie passe dans le domaine du hobby ou de la thérapie (ou de l’auto flatterie).

    Ne pas la soumettre au regard et au jugement de l’autre, et à fortiori de « juges » professionnels, ou d’un client (pour moi c’est pareil), au moins à un moment donné de sa pratique, c’est rester dans la sphère de l’amateurisme (ce qui n’est pas péjoratif, mais il faut bien s’en rendre compte).

    J’ai conscience que ces dernières années, l’ouverture des concours à l’international et les demandes de frais de participation à ces concours ont de quoi démotiver les plus aguerris, mais de temps en temps, comme dit précédemment, je fais ce travail sur moi-même et mon travail: je sélectionne, j’essaie de sortir la substantifique moelle de mes images, afin de sortir ce qui pourrait concourir. Et rien que s’obliger à faire cette sélection, c’est déjà très positif je trouve.
    ça permet également de tirer une ligne conductrice, un courant suivant les thèmes proposés, en voyant le travail des autres et en essayant d’en faire la synthèse. On voit des tendances qui s’affirment. C’est très intéressant.

    Quant à l’intérêt de « gagner » un concours photo, ou d’être dans les finalistes au moins (je préfère les concours qui prennent en compte le statut de Finaliste aussi), sans parler de la visibilité exceptionnelle que ça crée, ça a aussi une incidence directe sur la cote de son travail, quand on est artiste et qu’on expose/vend ses images, évidemment. On peut légitimement réévaluer à la hausse le prix de l’oeuvre qui aurait gagné un concours.

    Après, la réponse à la deuxième question, le « pourquoi », sera vraiment différente pour chaque personne. Mais forcément, on aura un spectre très large entre d’un côté « pour vivre de ça » jusqu’à « pour le plaisir de créer ».

    Moi je sais que je peux être à la fois un photographe de commande et un artiste photographe.
    Donc mon opinion est très ouverte.
    Mais je pense surtout ici qu’il faut aussi remettre dans son contexte la personne qui parle. Il s’agit d’un photographe vietnamien, avec une mentalité très asiatique aussi à première vue, d’où l’ouverture de son travail à l’Open Source, et ce refus, semble-t-il presque maladif, à la concurrence.

    Et pourtant, elle a du bon aussi, quand on arrive à la maitriser, et qu’elle reste saine et constructive.

  8. Bonjour, il m’est arrivé d’être juré pour la FFP…
    Lors des sessions je n’ai jamais jugé avec mes préférences, ce n’est pas à votre cœur de parler mais à votre raison.
    Ce qui m’a amené à privilégier des clichés que je n’aimais pas.
    C’est l’argumentaire qui prime pas la plaisance.
    Mais ça c’est ma façon de juger, à moi ! 🙂
    Pour le reste, j’abonde dans votre sens même si je crois que l’avis des autres est important. La photo est une pratique solitaire 🙂 dont le résultat se doit d’être partager.
    Bien à vous
    Dan

    1. Je ne sais pas si tous les juges font comme vous; j’en doute ! J’en connais qui jugent des photos selon leurs préférences.