Les créations composites de Suzanne Moxhay : Des techniques du cinéma utilisées en photographie

moxhay-5-745x596

Qu’obtenez-vous lorsque vous combinez le « matte painting », des fragments de photos anciennes et de photos de magazines? Des oeuvres d’art numériques. L’artiste britannique Suzanne Moxhay réunit ces techniques pour créer des œuvres d’art complexes, surréalistes et intrigantes. Pour commencer il est bon de savoir ce qu’est le « matte painting ». Selon Wikipédia:

Le matte painting est un procédé cinématographique qui consiste à peindre un décor sur une surface plane en y laissant des espaces vides, dans lesquels une ou plusieurs scènes filmées — ou photographiées — sont incorporées. […] Ce système est très économique car il permet d’étendre à l’infini les arrières-plans sans avoir à construire des décors pharaoniques, c’est-à-dire en trois dimensions ou même à échelle réduite. De nos jours, le matte painting est produit numériquement.

Suzanne crée donc ses oeuvres d’art en utilisant une technique venant du cinéma . En outre, elle utilise des découpes de toutes sortes, souvent des livres et des magazines du milieu du XXe siècle, mais aussi des photos contemporaines qu’elle collectionne, ainsi que ses propres photos et peintures. Elle prend des morceaux de ces matériaux et les combine méticuleusement sur une feuille de verre. De cette façon, elle crée une scène qu’elle peut photographier. Tout en utilisant cette technique, elle manipule également ses images via des logiciels comme Photoshop.

6 à 7 photos par années

Cette technique exige beaucoup d’efforts et de temps. Suzanne nous dit qu’elle produit 6 à 7 photos par année. De plus elle précise qu’elle se permet de travailler intuitivement avec ces matériaux. La création d’une image composite l’incite à créer la prochaine, donc elles sont en quelque sorte connectées, émergentes les unes des autres. Le but final est de faire en sorte que le spectateur se questionne et participe à leur construction au niveau de l’imaginaire.

Elle nous explique :

Dans mes dernières oeuvres composites, j’ai exploré le concept de confinement spatial que j’ai conçu à partir de fragments de photos et de peintures. Les architectures sont déconstruites par des éléments anormaux, notamment des sources lumineuses contradictoires, une perspective anormale ou des paradoxes d’échelle. La lumière produit des ombres dans de mauvaises directions, les murs ne se rencontrent plus dans les coins et des zones de mes images, comme un mur ou un ciel, se couvent d’ombres ou de lumière. Ce qui ajoute des paradoxes architecturaux complexes.

Voici quelques-uns des travaux de Suzanne:

moxhay-1-745x616

Corridor-1000px-745x542

moxhay-3-745x495

Vespertine-1000px-745x539

moxhay-4-745x466

moxhay-2-690x745

45-Copse-745x615

Au sujet de la photographe

Suzanne Moxhay vit et travaille à Londres au Royaume-Uni. Elle détient un diplôme d’études supérieures en beaux-arts. Ses oeuvres d’art ont été exposées à la fois au niveau national et international. Plusieurs de ces oeuvres ont été publiées dans des magazine comme The Guardian, The FT, A-N Magazine et Art World Magazine. Si vous souhaitez en savoir plus sur Suzanne et ses œuvres d’art, vous pouvez visiter son site internet.

crédit photo : Suzanne Moxhay