« After » : Une esthétique photographique au service de la mémoire du camp de concentration d’Auschwitz

erwv3

Le documentaire de Lukasz Konopa Polonais; « After », nous donne un aperçu d’Auschwitz tel qu’il est vu à travers les yeux des visiteurs, après les années durant lesquels il a été utilisé pour exécuter plus de 1,3 million de prisonniers. En 1979, le camp de concentration d’Auschwitz – une fois exploité par le Troisième Reich pendant les années 1940 – a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO comme étant, pour les générations futures, un point de repère culturel en souvenir de l’Holocauste et comme mémorial à ses victimes.

Le complexe concentrationnaire d’Auschwitz était constitué de trois camps: Auschwitz I; Auschwitz II (ou Birkenau), et Auschwitz III (ou Monowitz), ouvert le 31 mai 1942 en tant que camp de travail. La population du camp principal grossit de 1 000 individus en décembre 1942 à 30 000 prisonniers en mars 1943. « After » réussit à capter les comportements d’un monde fasciné par cet ancien camp de concentration, afin que plus jamais de telle chose ne se produise.

Konopa n’a pas utilisé de musique de fond ou de narration, mais a laissé les scènes parler d’elles-mêmes. Il nous explique:

C’est un peu bizarre de voir les jeunes sourire et prendre des photos alors que ce lieu devrait être traité avec le même respect qu’un cimetière, mais je ne suis pas un juge.

Rappelons en terminant que Lukasz Konopa est un cinéaste polonais basé à Londres. Il fait montre d’une sensibilité dramatique assurée tout en employant des compositions soigneusement arrangées qui invitent à des comparaisons avec la photographie. Ses trois courts, notamment « After », abordent des sujets avec une perspective innovatrice, nous donnant l’impression que nous les voyons pour la première fois. Il utilise la vidéo numérique pour créer une esthétique visuelle qui lui est uniquement.