Ben Von Wong crée un puissant projet post-apocalyptique mettant en vedette Donald Trump

co2_america1

La photographie peut-elle changer le monde? C’est la question que plusieurs personnes se demandent. Ben Von Wong est l’un de ces photographes qui ne recule devant rien pour faire passer ses messages. Il a créé un projet épique: « Mad Max rencontre l’Amérique de Trump ». Ce projet vise à sensibiliser les gens à la pollution de l’air, après que Von Wong ait entendu parler de l’engagement récent du président Trump à ramener le charbon. Il s’est posé cette question: à quoi ressemblerait le monde si nous avions de nouvelles mines de charbon?

Des villes polluées au charbon

Le président Trump a décidé de ramener le charbon, alors qu’il y a un site internet vendant de l’air frais embouteillé, destiné aux villes polluées en Chine. La principale cause de pollution de l’air est le charbon, car il produit plus de 40% du CO2 mondial. Lorsque Von Wong a exploré ce sujet, il a même découvert que son ancienne école à Pékin avant un sas et des filtres à air dans les salles de classe. C’est à ce moment que son idée de photos post-apocalyptiques lui est venue.

co2_trumps10

La séance photo a eu lieu à Ferropolis en Allemagne. C’est une ancienne mine qui a été transformée en musée en 1995. Les propriétaires de ce lieu, ont eu la gentillesse de reconnaître la signification et l’effort autour de ce projet, en autorisant l’équipe de prendre leurs photos.

co2_31

co2_41

Ben Von Wong nous dit que la peur qu’il pourrait décevoir ses admirateurs ne disparaît jamais. Mais ce n’est rien comparé au sentiment qu’il avait de ne pouvoir changer quoi que ce soit dans un monde hors de contrôle. Il a créé un projet photographique significatif qui étonne, et peut-être même dérange – mais il nous force à essayer de faire un changement de notre mode de vie.

Le message de ce photographe n’est pas tant politique, mais plutôt environnemental. Il croit que tout le monde, d’un bébé au président, à le droit d’avoir de l’air pur. Et ce projet lui a montré qu’il n’est pas seul à penser ainsi.

crédit photo : Ben Von Wong