Selon une étude les portraits seraient influencés par un « biais spatial » inhérent à nos sociétés

portraits_1

Nous savons qu’en photo, il existe une multitude de règles de composition. L’une d’elles est la règle des tiers, qui suppose qu’un sujet ou un objet, placé sur un point fort sur une ligne imaginaire, sera plus agréable à regarder car la composition semblera plus équilibrée. C’est la raison pour laquelle, autant en photographie qu’au cinéma, les sujets sont décentrés, afin qu’ils soient placés sur l’une de ces lignes de force.

Toutefois, selon une étude menée par la chercheuse, Simone Schnall, directrice du laboratoire Cognition et Émotion de l’Université de Cambridge, les portraits les plus appréciés par les observateurs, seraient ceux de trois quarts et dont les sujets regarderaient vers la droite.

Plus progressive et dynamique

Une personne photographiée de cette façon, serait interprétée inconsciemment comme étant plus progressive, plus dynamique et tournée vers l’avenir; des qualités personnelles qui sont très recherchées, pratiquement dans tous les milieux et plusieurs cultures dans le monde. En effet, selon cette étude, les sujets dans une photo qui regardent vers la droite sont perçus comme plus puissantes que ceux qui regardent vers la gauche. En d’autres termes, la façon qu’une personne est représentée dans un espace, influence les impressions des observateurs, comme si nous imaginions que cette personne se déplacerait le long d’un chemin imaginaire, l’emmènerait du présent vers des réalisations futures. Voici une vidéo qui nous montre que ce « biais spatial » existe même au cinéma.

Cela inclut également la façon dont les actions les plus simples sont interprétées. Par exemple, lorsqu’un joueur de foot compte un but en se déplaçant de gauche à droite, il est analysé inconsciemment comme étant plus énergique, plus fort et au final; comme étant le vainqueur. Alors qu’un joueur se dirigeant dans le sens opposé sera perçu comme faisant partie de la « mauvaise équipe », malveillante et indisciplinée. De même, lorsqu’une publicité de véhicules nous montre une voiture se déplaçant vers la droite, les participants à cette étude ont jugé que cette automobile devait être plus rapide, plus performante et de meilleure qualité.

Les peintres de la Renaissance

Ce «biais spatial» peut également être une façon de juger le statut social d’une personne. Des analyses faites à partir de centaines de peintures réalisées par les grands maîtres ont démontré que les personnes dominantes étaient peintes de façon à ce qu’ils regardent vers la droite. Par exemple, dans nos sociétés patriarcales, les peintures de femmes, nous montrent la joue gauche et sont donc peintes en regardant vers la gauche, en cohérence avec leurs rôles de personnes plus faibles et plus vulnérables. En d’autres termes, les personnages traditionnellement faibles et soumis, sont placés dans un espace les montrant comme étant moins dominants, plus timides et plus résignés.

Desktop13Deux peintures de Rembrandt (1606-1669)

Cependant, à partir du 15ème siècle jusqu’à nos jours , cette polarisation des genres dans les peintures est devenue moins représentative du statut social ou des qualités personnelles, en parallèle avec l’évolution de la société alors que le rôle des femmes changeait.

D’où cela provient?

D’où provient ce «biais spatial»? Y a-t-il une raison innée de préférer les personnes regardant vers la droite? Ou serait-ce tout simplement la façon dont les gens ont été éduqués? Des études interculturelles indiquent qu’il existe effectivement une variabilité. Par exemple, pour les locuteurs arabes et hébraïques, le modèle est complètement inversé: les personnes et les objets tournés vers la gauche sont jugés plus dynamiques et plus authentiques. Cela suggèrerait que le «biais spatiale» pourrait se développer en outre, en fonction de la direction de l’écriture. En lisant un livre de gauche à droite, nous avons le sentiment de progresser dans l’histoire. Nous pourrions formuler ce biais en disant que: « ce qui arrivera n’est pas encore arrivé. »

Toujours selon cette étude, un photographe qui prend un portrait, aurait avantage à placer son sujet de façon à ce qu’il regarde vers la droite, car ainsi, outre les autres règles de composition, la personne photographiée paraîtra plus énergique, plus déterminée, qui si elle regarde vers la gauche. Alors, la prochaine fois que vous réaliserez vos portraits, assurez-vous qu’ils reflètent ce «biais spatial» !