ADOX : Une nouvelle usine pour suivre la tendance du marché des films argentiques

adox

Fondée en 1860, ADOX serait en train de construire une nouvelle usine afin de produire des films argentiques et divers accessoires. Comme l’ont observé Ilford, Kodak, et d’autres compagnies, le film redevient extrêmement populaire. Tant et si bien qu’ADOX serait en train de construire une nouvelle usine à Bad Saarow, juste à l’extérieur de Berlin, en Allemagne. Cela s’ajoute à l’acquisition d’installations en Suisse il y a quelques mois.

Une demande en croissance

Essentiellement, cela signifie que cette entreprise n’arrive pas à suivre la demande pour les films analogiques. Non seulement la demande ne cesse d’augmenter, mais cet engouement semble vouloir se répandre un peu partout sur la planète. Le nouveau bâtiment d’Adox sera érigé directement à côté de celui existant construit en 2010. La société a connu une croissance depuis la disparition de la division d’imagerie d’Agfa en 2005. Cette nouvelle usine démontre que plusieurs photographes sont de plus en plus attirés par les films analogiques, et ce, au détriment du numérique. Selon une récente déclaration des actionnaires d’ADOX, cette usine leur permettra de:

  • Commencer par l’assemblage d’une nouvelle machine « émulsionnante »
  • Créer un grand espace frigorifique pour les «rouleaux maîtres»
  • Prévoir un espace pour la production de produits chimiques et la transformation en poudre
  • Mettre en place un atelier pour la maintenance des machines et l’usinage des pièces de rechange
  • Incorporer la ligne de production Super8 acquise en 2015 à GK-Film
  • Offrir plus d’espace de stockage
  • Fournir plus d’espace aux laboratoires
  • Optimiser le flux de produits et localiser plus facilement les stocks

ADOX nous dit qu’elle espère que sa nouvelle usine sera prête à produire divers accessoires et films en 2018.

C’est certainement un moment excitant pour les photographes adeptes des films analogiques. Par exemple, depuis quelques années la chimie pour développer ces films était difficile à trouver. Avec cette résurgence, les formules ainsi que plusieurs accessoires seront plus faciles à trouver sur le marché. Selon moi c’est un juste retour du balancier, alors que le numérique avait pratiquement détruit ce segment de la photographie. Plus le choix sera grand et plus les photographes pourront choisir ce qu’ils préfèrent afin de passer de l’analogique au numérique selon leurs préférences

[via]