Bienvenue à l’ère de l’art moderne lorsqu’une exposition de photos ne présente aucune photo

art-virtuel

Pouvez-vous vous imaginer dans une exposition de photos avec des murs nus tout autour de vous? L’artiste et designer visuel Lukas Renlund a créé une exposition qui vous nous fait explorer l’art de façon tout à fait inhabituelle – en utilisant votre smartphone. Il voulait explorer la possibilité de convergence de l’espace Internet et de l’espace physique, de sorte qu’il a créé une exposition de photos sans photo. Renlund est un photographe qui a voyagé à travers le monde. Il crée des photos « virtuelles » en mouvement. Il se demandait comment il pourrait afficher son travail dans une galerie. Sa solution: une exposition sans photo!

L’exposition de Lukas intitulées «Une exploration des panneaux d’affichage de demain» propose une alternative et une manière très inusitée de percevoir l’art. Elle est axée sur l’ère de l’information et les gens de cette époque, en combinant la photographie en mouvement avec les technologies modernes. Son exposition, bien qu’elle soit visuelle, n’a pas une seule image sur le mur, ou une seule projection. Il utilise la technologie de balise spatiale et l’application MoPho. Les balises sont réparties à travers la galerie et les visiteurs sont censés utiliser l’application pour visualiser les œuvres sur leurs appareils intelligents.

Renland pousse le concept d’art moderne à son extrême, mais en photographie. Nous avons tous un jour été en présence d’oeuvres d’art qui n’avaient rien d’artistique. Certains connaisseurs diront: «Vous ne comprenez pas l’art.». Bien que j’admets n’avoir jamais été un grand fan de l’art moderne, il y a quand même des limites. Andy Warhol disait au sujet de l’art moderne: «L’art est ce que vous pouvez en extraire.» Donc l’art moderne doit être « perçu et compris » pour qu’elle puisse devenir de l’art. Certains artistes en profitent d’ailleurs pour se moquer de l’art moderne. C’est peut-être de cette façon qu’il faut aborder l’exposition de Renlund. À vrai dire, je n’y comprends rien !

J’espère seulement que cela ne deviendra pas un standard en photographie. Car, quelle est la différence regarder son smartphone chez soi et déambulant pour voir des murs sans photo ? Un critique d’art a déjà dit: « Les artistes continuent de nous offrir leur vision idiosyncrasique de la beauté. Que nous ne puissions parfois pas la voir, ce n’est pas une raison de la rejeter comme une poubelle.» Ça me rappelle cette exposition qui a eu lieu dans ma ville et qui s’intitulait: « Invisible art gallery. », où la galerie était vide. C’est peut-être de cette façon qu’il faut interpréter cette exposition sur la photo sans photo ?

[via]