Nicole Struppert : La géométrie dans la photographie de rue

NicoleStruppert_1

Nicole Struppert est une des rares photographes de rue qui s’attarde essentiellement aux structures géométriques et moins aux passants. Elle voit le monde en formes et en lignes géométriques. Elle nous explique pourquoi elle a choisi de personnaliser un genre en photographie qui ne correspond pas à la définition que l’on donne normalement à la photographie de rue.

Son premier appareil photo

Étant enfant, lorsque j’ai eu en cadeau mon premier appareil photo, je photographiais presque tout le temps. Je me souviens, quand j’avais 20 ans – j’ai passé mon été à Hawaï. Mon père m’avait donné son Rollei 35 pour ce voyage. C’était l’une de ces journées qui restent gravées à jamais. Mes amis et moi avons passé une journée parfaite, en se promenant dans la forêt tropicale et nageant dans une cascade – c’était formidable. J’ai pris en photo ce moment béni simplement pour en avoir des souvenirs. Lorsque je suis rentré chez moi, j’étais curieuse de voir mes images, mais le film ne se rebobinait pas correctement et je n’ai pas eu d’images de cette journée mémorable. J’étais tellement déçu que j’ai arrêté de prendre des photos pendant quelques années !

D’où lui vient son inspiration

La plupart du temps je me promène – j’attends de voir quelque chose qui me parle. Mes photos expriment toujours ma façon dont je vois le monde; je pense que cela vaut la peine de l’enregistrer et de garder cela précieusement. Quand il s’agit de compositions architecturales, je regarde à travers mon viseur et essaye de trouver des perspectives inhabituelles; ce que les autres n’auraient pu voir. Mon but est de photographier des moments intimes et ce, même si je dois prendre en photo des plans architecturaux. Vous trouverez toujours un angle spécial dont vous êtes le seul à voir. C’est ce que je nomme des moments intimes car cela se passe entre vous et votre environnement.

MaxxiRome_NicoleStruppert-13

La composition

La composition vient de mon intuition – tout ce que je capture vient directement de mon cœur. Je m’inspire de tant de choses différentes. J’étudie beaucoup le travail d’autres photographes, de designers, d’architectes et j’essaie de me demander; qu’est-ce qui me parle dans cette scène? Je réfléchis beaucoup et utilise Pinterest pour épingler des trucs sur mon tableau de bord pour donner un sens à ce que j’aime.

static1.squarespace.com

Son équipement

J’utilise plusieurs boîtiers. Cela dépend si je travaille avec des objets ou sur des projets plus personnels. Je préfère travailler avec des appareils légers. Je photographie le plus souvent en lumière naturelle et je n’aime pas les boîtiers qui ont trop de fonctions de leur menu. C’est la raison pour laquelle j’aime travailler surtout avec le Leica M8 et le Fuji x100s. Ces deux appareils photo sont axés sur l’essentiel; ils sont compacts, discrets, intuitifs à simple à maîtriser – le match parfait pour mon genre de photographie quoi !

7

Moins un boîtier est doté de fonctionnalités et plus vous aurez de la facilité à transmettre votre vision des choses. C’est comme trouver le bon partenaire – une fois que vous l’avez trouvé – vous devriez le garder. Peu importe la marque. Le plus important est de vous sentir à l’aise avec votre appareil. Je ne suis pas une fan d’une marque; si un appareil me convient, alors je l’achète. Vous devriez faire la même chose. Ne vous souciez pas si votre appareil est fait pour les amateurs ou les professionnels, le plus important c’est d’avoir un outil qui vous permettra de transmettre votre vision des choses.

Un dernier conseil

J’ai travaillé de nombreuses années dans le marketing et j’adorais mon travail – mais je me sentais un peu fatigué de la direction que prenais cette entreprise. Le virage s’est produit quand j’ai été confronté à quelques problèmes de genou. J’ai dû réapprendre à marcher. Ne faites pas cette erreur, ne demeurez pas dans un travail qui abimera votre santé. Ayez le courage de passer à autre chose.

static1.squarespace.com

Par exemple, j’ai toujours rêvé de voyager dans le monde et de devenir une photojournaliste. Mais je n’ai jamais pensé que je pouvais y arriver. J’ai eu quelques amis qui ont toujours dit que je devais faire quelque chose avec mes photos; c’est à ce moment que j’ai décidé de faire un gros changement dans ma vie; j’ai commencé à étudier l’art numérique, le design et l’architecture. Pendant ce temps, je me pratiquais à photographier.

51

Tout cela mis ensemble, a rendu ma décision plus facile. J’ai travaillé dur pour que cela fonctionne, j’ai pris beaucoup de photos dans les rues et j’ai travaillé pour améliorer mes compétences. En 2012, j’ai obtenu un contrat pour une grosse agence en photographie. Mon premier emploi consistait à prendre en photo la vie des athlètes qui participaient aux Jeux Olympiques à Londres. Depuis, je travaille comme photojournaliste, j’enseigne et je vais bientôt partir vers de nouvelles destinations dans le monde, vers de nouveaux projets. Ne faites pas comme moi, ne perdez votre temps à travailler dans un domaine qui ne vous convient pas. Osez faire le saut. C’est le meilleur conseil que je peux donner.

Au sujet de l’auteur

Nicole Struppert a commencé dans le marketing et la publicité. Elle a toujours été une personne visuelle avec une passion pour la photographie, l’art, le design et l’architecture. Après ses études à l’Université des Arts de Londres, elle a transformé sa carrière pour se consacrer à la photographe. Elle se concentre sur des compositions architecturales géométriques et minimalistes. Ses photographies témoignent de son regard pour la forme, la composition et l’observation de la vie contemporaine. Elle capte l’essence des paysages urbains et des gens. Vous pouvez découvrir son travail en visitant son site internet, sa page Facebook et Twitter.

crédit photo : Nicole Struppert

Laisser un commentaire