Le Pecha Kucha : Comment une contrainte peut vous aider à devenir un meilleur photographe

photo_1

Le Pecha Kucha est une technique associée à la projection de 20 diapositives se succédant toutes les 20 secondes. Cette expression nous vient du mot japonais « ペチャクチャ », qui veut dire « bavardage ». Cette technique du 20 X 20 fait en sorte qu’une personne se doit de développer un sens de la narration ayant du rythme tout était concis. Depuis l’avènement du numérique, nous n’avons plus à nous préoccuper des limites d’avoir 12 ou 36 poses, comme ce fut le cas à l’ère de l’argentique. Nous avons pris la mauvaise habitude de mitrailler une scène en espérant avoir une bonne photo parmi toutes celles que nous avons prise.

Pensez passion et non portfolio

Le Pecha Kucha nous enseigne le contraire; se limiter à 20 photos que nous pourrions présenter en 20 secondes. Comment cette technique peut-elle faire de nous de meilleurs photographes ? Simplement en nous obligeant à « réfléchir » avant de déclencher, mais également en nous imposant une limite quant aux nombre de photos que nous pouvons prendre. Imaginez avoir un appareil photo dont le nombre de pose serait limitées à 36 par exemple; avant de déclencher, vous prendriez votre temps, vous analyseriez la scène, la façon dont la lumière met en valeur votre sujet; en somme, vous ne mitrailleriez plus sans réfléchir et sans modeler votre image puisque vous auriez seulement 20 ou 36 poses à votre disposition.

Le Pecha Kucha, est destiné à vous imposer une contrainte afin que vous preniez le temps de « construire » votre photo. Cette étrange technique japonaise conçue par les architectes de Tokyo Astrid Klein et Mark Dytham vient du fait que les gens ayant une grande créativité, ne cessent d’expliquer leurs projets. Donnez-leur un diaporama PowerPoint et ils vous l’expliqueront durant des heures. Le principe de base du Pecha Kucha est: « moins vous en dites, plus votre présentation devient intéressante ». Pourquoi ? Parce que vous ne noyez plus les gens d’informations superflus.

photo_3

Cette technique vous oblige à être concis, précis et clair parce que vous avez à votre disposition seulement 20 secondes pour présenter vos 20 diapositives. Par conséquent, chaque seconde devient précieuse. C’est limitation peut être utilisée en photographie. Comment ? En n’ayant plus la possibilité de prendre un nombre infini de photos, dont quelques-unes seront bonnes, mais plutôt en vous imposant une limite par exemple de 20 photos.

Créez et non mitrailler

la pratique du Pecha Kucha en photographie vous oblige à penser différemment, à supprimer les excès, et au final, à obtenir des photos qui seront l’expression d’une réflexion profonde, et non le fruit d’un mitraillage. Vous redécouvrirez les joies de « créer » une image et de penser à ce que vous faites avant de déclencher.

Alors, quelle est la meilleure façon de commencer à utiliser la technique du Pecha Kucha ? En ayant un objectif clair, un but précis avant de prendre une photo. Posez-vous ces questions: pourquoi je veux prendre cette scène en photo ? Le spectateur ressentira-t-il quelque chose en la voyant? Si vous ne parvenez pas à répondre à ces questions, comment voulez-vous qu’une personne qui regarde votre photo s’y intéresse ! Une autre bonne façon d’utiliser cette technique est d’analyser une scène, de visualiser par exemple les images que vous pouvez faire, pour au final, n’en conserver qu’une seule. Rappelez-vous, vous n’avez que 20 poses ! Si vous ne pouvez pas créer une bonne photo venant d’une scène, alors passer à autre chose.

photo_7

Cette technique est issue des présentations que faisaient des cadres lors de colloques sur différents sujets. La photographie est une forme narrative s’appuyant sur l’aspect visuel des choses. Il faut donc que vos photos racontent une histoire. D’ailleurs, ne dit-on pas qu’une photo est émouvante, nostalgique, triste, percutante, repoussante, mélancolique, bienfaisante (…). La fragmentation émotive formalisera vos photos et lui permettra de prendre vie, de raconter une histoire.

La technique Pecha Kucha, vous oblige à développer une fragmentation émotive sans occulter l’essentiel. Assurez-vous que chaque image soit « interpellantes » qu’elle soit une fragmentation émotive claire, et qu’elle soit discernable et rapidement compréhensible. La narration empirique et le visuel doivent se compléter. Le but n’est pas de montrer toutes les merveilleuses techniques que vous connaissez, mais de créer une « information narratives visuelle » – ou plus simplement une photo – de manière à ce qu’elle soit en résonance avec spectateur, pour qu’il puisse dire au final: « Je sais exactement ce que ce photographe a voulu transmettre. »

Le Pecha Kucha n’est pas fait pour tous les photographes. Il peut être parfois impossible de l’appliquer concrètement. Mais si votre but est de créer une photo ayant impact émotif, elle vous sera d’une grande utilité, car vous apprendrez à « construire » une image en vous imposant des limites. Vous ne pourrez plus mitrailler une scène en espérant obtenir « au hasard » une bonne photo, vous apprendrez que la photographie est un art qui ne s’improvise pas, qu’il faut se pratiquer et savoir prendre la bonne image au bon moment et ce, sans avoir à utiliser le dernier gadget de vote appareils photo.

Une bonne composition et non des gadgets

Si vous pratiquez la photographie en adoptant une approche plus « artistique » que technique, tous ces gadgets ne servent à rien. C’est la raison pour laquelle lorsque vous devez choisir appareil photo, vous devriez choisir celui qui en a le moins. Ainsi vous pourrez vous concentrer plus facilement sur ce que vous faites, sans avoir recours à des fonctionnalités du tout dernier modèle qui vient de sortir. Si pour vous la photo est un art et non seulement un ensemble de règles et de techniques, le Pecha Kucha peut vous permettre de progresser, car, comme il a été mentionné, vous n’improviserez plus, vous apprendrez à créer une photo car vous serez limité à 20 poses.

photo_5

Le numérique est une évolution de la photographie qui est merveilleuse, mais elle a rendu les photographes paresseux car ils ne sont plus limités par le nombre de poses. Ils savent qu’ils peuvent prendre autant de photos qu’ils le désirent. Cette évolution vient avec sa contrepartie; ce que vous gagnez en fonctionnalité, vous le perdez en qualité. Le Pecha Kucha est une technique qui vous reconnecte à l’essentiel de la photographie en vous imposant des limites afin que vous puissiez redécouvrir tout le potentiel de cet maîtriser cet art.

Au sujet de l’auteur

1cdc8f3c4fec487d78e9411a4e66d342Cindy Waldron était une photographe professionnelle de 46 ans basée à Blue Mountains en Australie où elle a été tuée par un crocodile en 2016. Vous pouvez lire ses derniers messages en visitant sa page Facebook. Ce texte est un résumé de cette approche qu’elle utilisait pour prendre et présenter ses photos, et qu’elle résumait en parlant de « Pecha Kucha Nights ». Son site ayant disparu, je ne pouvais pas illustrer cet article avec ses photos, j’ai donc utilisé des images de la nature, lesquelles représentent un peu ce qu’elle faisait.