Un film extrait d’une capsule temporelle montre la vie dans le ghetto de Łódź contrôlé par les nazis

photo_1

Comment vous sentez-vous lorsque vous voyez un document historique ? Et qu’en est-il de voir des dizaines d’images qui témoignent du passé ? Une série d’images d’Henryk Ross du ghetto juif Łódź occupé par les nazis pourrait vous permettre de ressentir un lien avec un passé que nous avons trop rapidement oublié. Cette série d’images est très forte et certains d’entre elles peuvent nous émouvoir.

Il ne s’agit uniquement pas de photos de guerre et de destruction, Ross a réussi à documenter la vie quotidienne de centaines de personnes et les conditions de vie dans lesquelles elles survivaient. Il l’a fait secrètement, risquant sa vie. Selon les lois polonaises, ces images sont sous le domaine public et peuvent être partagées. Nous les partageons donc avec leurs incroyables histoires. Mais avant voici une vidéo qui vous permettra de comprendre pourquoi cet homme risqua sa vie pour que plus personne n’oublie:

Henryk Ross était un photographe de nouvelles et de sports en provenance de Pologne. En 1939, les forces allemandes envahirent Łódź, la ville où il vivait et travailla. Dès lors, il est devenu photographe du département de statistique pour le Conseil juif (Judenrat). Son travail officiel était de prendre des photos d’identité et de propagande pour les nazis dans le ghetto Łódź polonais. Mais il a réussi à capturer beaucoup plus, notamment la vie quotidienne des gens et les événements qui se passaient dans le ghetto. Ses photos nous montrent des gens se réconfortants, des parents et des enfants aux regards glacials, la mort et la famine; il a tout photographié. Et ce qui est fascinant, c’est qu’il a conservé toutes ces photos comme un secret tout au long de sa vie.

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-4-58e205b8109f7__880

Ce photographe utilisait son manteau pour couvrir son appareil photo. Il l’ouvrait rapidement quand il voulait prendre une image des conditions de vie de ses amis et voisins, appuyant sur le déclencheur, puis redissimulant son appareil photo. Sa femme Gloria était son assistante; elle regardait autour de son mari avant que celui-ci prenne ses photos.

En 1944, l’Holocauste était à son apogée et tout le ghetto a été vidé de la présence des Juifs. Craignant d’avoir le même sort, Ross faisait ce qu’il avait à faire. Il a pris environ 6000 négatifs, les a mis dans une boîte à tarte et les a enterrés dans le sol près de chez lui. C’était trop dangereux pour les rendre public. Il espérait qu’un jour elles serviraient à montrer l’inimaginable.

En 1945, l’Armée rouge a libéré la Pologne. Et Ross n’a pas oublié le trésor historique qu’il avait gardé enterré dans le sol. Il est revenu et a retrouvé la boîte. Malheureusement, les eaux souterraines et l’humidité ont endommagé plusieurs négatifs. Mais environ la moitié d’entre eux a survécu pour témoigner de la vie des Juifs du Ghetto de Łódź.

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-9-58e205d40b618__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-10-58e205d704388__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-13-58e205df01524__880-1

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-15-58e205e61132d__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-16-58e205e85bdb0__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-19-58e205f2500f0__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-22-58e205fa3221f__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-28-58e2060c6c00c__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-30-58e2061298fd8__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-58e210c503141__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-58e217f8be3da__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-68-58e230a2a82a0__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-58e219df1a310__880

holocaust-lodz-ghetto-photography-henryk-ross-58e2272805d56__880

Ross ayant survécu, il était présent lors du procès d’Adolf Eichmann en 1961. Il est mort en 1991 mais ses photos ont survécu, témoignant de la vie dans le ghetto de Łódź, de la mort et de la souffrance, mais aussi de l’espoir et des joies occasionnelles de ces personnes. Et c’est ce qui les rend encore plus émouvantes. Mais elles sont surtout une réponse au mouvement négationniste qui prend de l’ampleur dans certaines régions de la planète, alors que de moins en moins de Juifs peuvent témoigner des atrocités commises par un groupe d’individus qui croyait qu’une race supposément supérieure devait éliminer des indésirables qui nuisaient à leur étrange idéologie.

[via]