Lisez cette publication avant d’acheter un appareil Leica M ou un Rangefinder

m3

Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous mes idées sur le Leica M et, plus généralement, sur le système de Rangefinder. Lorsque j’ai vendu tous mes équipements numériques pour passer aux appareils analogiques, j’ai décidé d’acheter un boîtier télémétrique. Le choix évident pour moi était d’acheter un Leica M6 et un ensemble complet d’optiques pour couvrir une large gamme focale.

J’ai d’abord acheté le boîtier puis j’ai commandé en même temps toutes sortes d’objectifs venant de différents vendeurs. J’ai eu une bonne somme d’argent de mes ventes et me sentais comme un enfant dans un magasin de bonbons! J’ai acheté 5 optiques allant de 21mm au 135mm en pensant que je n’aurais jamais besoin d’acheter d’autres objectifs pour le reste de ma vie. Bien sûr que c’était faux sinon nous ne serions pas là aujourd’hui!

1-m6

Leica M6, crédit

La plus grande erreur que j’ai commise était de ne pas prendre le temps d’en apprendre suffisamment sur les appareils télémétriques avant de faire mes achats. J’aurais dû comprendre que ces boîtiers sont censés fonctionner dans une gamme focale spécifique. Si vous n’avez jamais utilisé un viseur avant, permettez-moi d’expliquer rapidement comment cela fonctionne en 2 points.

1. la mise au pont

Dans le cas du Leica M6, il est livré avec un ensemble de focales prédéfinies qui apparaissent dans la fenêtre du viseur. Cela peut changer en fonction du grossissement du viseur de votre appareil. J’ai la version standard qui a un grossissement de 0.72x (3 versions différentes existent pour le M6). Cela signifie que ce que je vois à l’intérieur de la fenêtre est légèrement plus petit que dans la réalité (c’est toujours très important par rapport aux autres boîtiers). Ce qui vient avec ce grossissement, est un ensemble de lignes qui apparaissent dans le viseur. Ces lignes changent automatiquement en fonction de l’objectif monté. Elles apparaissent en couples:

  • 28mm & 90mm
  • 35mm & 135mm
  • 50mm & 75mm

Pour ceux d’entre vous qui avez l’habitude d’utiliser un reflex (où vous voyez directement à travers l’objectif), cela fait une énorme différence. Avec un viseur, le cadre reste le même et l’image à l’intérieur du viseur ne change pas lors du montage d’une nouvelle optique. Les seules choses qui changent sont les lignes dans le viseur. Notez également que ce système ne fonctionne pas avec les zooms, seulement les focales fixes fonctionneront.

3-

Si vous prenez une photo avec 90mm Summicron par exemple, les lignes correspondantes apparaîtront très petites dans la fenêtre du viseur. Avec cette petite taille viennent des problèmes pour faire la mise au point. Lors de la prise de vue avec de longues optiques, la profondeur de champ est très limitée, en particulier avec de grandes ouvertures, de sorte qu’un mise au point parfaite devient essentielle. Avec un reflex, il est plus facile de déterminer si la mise au point est parfaite ou non, alors qu’avec un viseur, c’est plus difficile car l’image est très petite dans le viseur.

4

C’est encore pire avec ce 135mm. Même s’il vient avec un accessoire pour modifier le grossissement qui se trouve dans le viseur, faire la mise au point avec cette bête devient un art ! Un autre défaut, c’est qu’il rend l’appareil difficile à manipuler car il est complètement déséquilibré. Je décourage fortement quiconque d’utiliser ce type d’optique sur un système télémétrique. Cela peut être utile pour certains d’entre vous, mais je trouve que l’ergonomie et l’expérience de cette configuration sont vraiment médiocres.

5

2. La couverture de la focale

L’autre inconvénient majeur de ce système est la couverture focale. Si la focale que vous utilisez n’est pas de la gamme des lignes prédéterminées, vous aurez besoin d’un viseur externe. Je vais prendre l’exemple du 21mm f/3.4 Super-Elmar que je possède. Cette focale est trop large pour s’adapter à la fenêtre du viseur (le M6 couvre jusqu’à 28 mm) et il n’y a pas de lignes correspondantes, donc je dois me fier sur ce viseur externe très coûteux qui s’insère dans le support du flash.

Ce viseur externe n’est utilisé que pour composer l’image et vous devez toujours compter sur l’autre pour ajuster votre focus. Vous pouvez utiliser l’hyperfocale ou la zone de mise au point, mais ce n’est pas toujours idéal pour toutes les sortes de situations. Composer avec cela n’est pas une expérience très agréable. Tout semble déformé presque comme avec un « fisheye » ou un vieux téléviseur, et vous pouvez même voir le pare-soleil au bas du cadre.

6

Les appareils Leica sont censés être minimalistes et offrir une expérience photographique la plus pure. Pour les raisons déjà évoquées, cela contredit le but et la simplicité du système télémétrique. Une autre optique qui ne me donne pas une entièrement satisfaite, c’est le 50mm Summicron. Ne vous méprenez pas, l’objectif lui-même est incroyable et m’a donné d’excellents résultats, mais je n’aime pas l’utiliser avec ce boîtier. Les lignes sont trop petites.

7

Leica M6 et son viseur, crédit

Le seul objectif que je conserverai est le Summicron de 35mm. C’est celui qui fonctionne le mieux pour moi sur le M6. L’appareil photo n’est pas déséquilibré, et il est simple à utiliser dans le viseur. Si vous êtes plus un utilisateur du 50mm, alors vous devriez regarder le Leica M3 à la place. Il est livré avec un viseur optimisé afin que vous puissiez bien voir ce qui se trouve dans le cadre et la mise au point sera également plus facile à faire.

9

Lorsque j’ai acheté mon premier appareil télémétrique, je pensais qu’il s’agissait d’un morceau de gâteau et que je pourrais travailler avec tous mes objectifs sans problème. Ce n’est que mon opinion et certains d’entre vous peuvent trouver une façon d’utiliser toutes sortes de focales sur les télémétriques, mais cela ne fonctionne pas pour moi.

Mon but n’est pas de vous décourager. C’est un excellent système et j’apprécie vraiment de photographier avec ce type de boîtier, en particulier avec mon Hasselblad Xpan, mais cela ne convient pas à tous photographes. Je veux juste que vous sachiez que ces appareils ont des avantages mais aussi des inconvénients que je n’ai vraiment pas aimés découvrir.

au sujet de l’auteur

Vincent Moschetti est photographe de France. Il a fait ses débuts en photographie en 2013 et a travaillé exclusivement avec des équipements numériques tout en recherchant de nouvelles façons de créer. il a été conquis par la beauté des photos analogiques. À partir de cette découverte, il a décidé de vendre tous ses appareils photo numériques et de photographier avec des appareils analogiques pendant au moins un an.

Vous pouvez suivre Vincent sur son site Web, Instagram, ou sa page Facebook. Cet article est l’opinion de l’auteur et ne correspond pas nécessairement à celle du Blog Photo.