Pourquoi y a-t-il si peu de femmes photojournalistes et photographes ?

Heidi_Levine_1

J’aime beaucoup l’approche des femmes en photographie. Leur vision est souvent très différente de celle des hommes. Mais pourquoi y a-t-il si peu de femmes qui ont laissé leur marque et qui travaillent pour des magazines « sérieux ». Car en tant que photographe, j’ai remarqué que les femmes sont souvent des modèles et rarement des photographes. Voici ce que le journal The New Times a découvert – et tout semble indiquer que ce sont les hommes qui bloquent l’embauche des femmes photographes.

Les femmes et le photojournalisme

En 1973, Sara Krulwich a visité 29 journaux, à la recherche d’un emploi après avoir obtenu son diplôme de l’Université du Michigan. Elle a rencontré des éditeurs de photos masculins qui se sont surtout moqués de l’idée d’une femme en tant que photographe de nouvelles. Un éditeur, dit-elle, lui a dit que l’embauche d’une femme était « embaucher une demi-personne ».

Quand finalement elle a trouvé un travail temporaire au « Providence Journal », un éditeur l’a coincé dans la chambre noire et a essayé de l’embrasser. Madame Krulwich a finalement été embauchée par le journal « The New York Times » en 1979, un an après le règlement d’un procès au sujet de la discrimination fondée sur le sexe. Elle a été parmi les premières femmes photographes, et elle se souvient que plusieurs de ses collègues ont fait preuve de sexisme à son endroit. Ces difficultés ont duré jusqu’à ce que Carolyn Lee devienne la première femme à diriger le département en 1984.

Les expériences de Krulwich n’étaient pas inhabituelles pour les photojournalistes féminins de sa génération. Quand elle a commencé, les éditeurs de photos étaient presque tous des hommes blancs. Bien qu’il y ait toujours eu des femmes qui ont fait un travail important, malgré une discrimination et un harcèlement sexuel généralisé, c’est dans années 70 et 80 que cette situation a commencé à changer et ce changement n’a pas toujours été facile. Bien qu’aujourd’hui, les femmes constituent la majorité des étudiants dans les programmes de photojournalisme de premier et de deuxième cycle, elles demeurent sous représentées dans ce domaine.

Les femmes sous-représentées

En dépit de ces gains, il y a encore très peu de femmes qui travaillent en mission. Par exemple, les femmes ne représentaient environ que 15 % des inscriptions aux prestigieux prix World Press Photo, selon les statistiques fournies par l’organisation, alors que la majorité des photos qui ont rapporté ce prix en 2016 avaient été prises par des photographes masculins – allant de 80 à 100%.

Ces chiffres ne représentent pas nécessairement un choix fait consciemment des meilleures photos, a déclaré Daniella Zalcman, photographe indépendante. Cela qu’ils suggèrent, a-t-elle dit, que les femmes ne reçoivent pas une grande partie des tâches les plus importantes des journaux ou des magazines et qu’il existe encore des disparités entre les sexes.

Les problèmes auxquels sont confrontées les photographes féminines sont complexes, a-t-elle déclaré, ceux-ci incluent les préjugés « sexo-spécifiques », les pratiques d’embauche, un éventuel fossé de confiance entre les hommes et les femmes, le harcèlement sexuel et le déclin général de l’industrie médiatique.

En réponse à ces défis – et à certains éditeurs de photos qui disent avoir des problèmes pour trouver des photographes qualifiées et expérimentées dans certains endroits et pour certains types d’affectations – Mme Zalcman a créé une base de données de photojournalistes avec cinq années d’expérience, intitulées « Women Photograph« , où le travail de 400 femmes de 67 pays peut être vu.

Elle ne pense pas que cette liste résoudra les problèmes de genre dans le journalisme, mais elle espère pouvoir montrer aux éditeurs qu’il n’y a « pas de pénurie de femmes photographes, juste un manque d’embauche équitable».

Une représentation stéréotypée

Lynsey Addario, qui travaille comme photojournaliste depuis plus de 20 ans, notamment pour « The New York Times », a souvent travaillé dans des situations dangereuses et a été capturée et détenue en Libye par des forces pro-Kadhafi pendant six jours en 2011, ainsi que les journalistes Anthony Shadid, Stephen Farrell et Tyler Hicks. Elle nous explique:

Je ne peux pas croire que nous avons toujours cette conversation. Il n’y a pas de secret, il y a moins de femmes que d’hommes dans cette profession, mais il y a des femmes étonnantes, ayant un grand talent, et je pense que les éditeurs doivent le reconnaître et donner à ces femmes de bonnes histoires sur lesquelles elles pourront exceller, tout en leur donnant l’opportunité d’avoir leur travail publié .

« Pour les gens, un vrai photojournaliste est un homme blanc avec une écharpe autour du cou et un rasoir électrique. Notre travail consiste à contester cette vision, car cette perception est stéréotypée et ne représente pas la réalité. En outre, dans plusieurs cas, être une femme permet de mieux couvrir un événement. C’est le cas de Kiana Hayeri. Bien qu’elle ait rencontré des difficultés lors de l’embauche, elle s’est aperçu qu’elle avait « un meilleur accès aux femmes que les hommes dans plusieurs pays».

La situation est la même dans plusieurs pays

En enseignant des ateliers et des cours, Sim Chi Yin a assisté à une flambée de jeunes photographes asiatiques qui se tournent vers elle en tant que Mentor. Beaucoup d’entre elles ont du mal à être pris au sérieux, en raison de préjugés contre le genre et l’âge, en particulier en Chine.

Elle a rejoint l’Agence VII il y a deux ans. Mais le fait d’être une femme a parfois été une « épée à double tranchant, car « vous voulez être reconnus comme étant un bon photographe, selon vos compétences, pas seulement parce que vous êtes une femme, ou dans mon cas, parce que je suis asiatique.  »

Les défis pour les femmes noires et hispaniques dans le photojournalisme sont encore plus grands, a déclaré Akili-Casundria Ramsess, directrice exécutive de la N.P.P.A. « Je connais littéralement chaque photojournaliste noir aux États-Unis, et je peux les compter sur les doigts de mes deux mains», a déclaré Mme Ramsess, qui a débuté en tant que photographe en 1986 et est devenue l’une des premières femmes noires en photographie lorsqu’elle a été engagée par l’Orlando Sentinel en Floride.

Il faut que cette situation change

Maggie Steber est devenue la première éditrice de photo féminine au bureau de New York de « The Associated Press » en 1973 et photographe depuis plus de 35 ans. Elle est connue pour son enseignement et son mentorat, en particulier chez les femmes.

La mère de Mme Steber était un scientifique qui a élevé sa fille seule, en lui disant : «tiens ta tête haute, travaille dur, soit honnête et ne fait jamais de différences expéditives entre les hommes ou femmes». « Et j’ai essayé de vivre selon ces règles, ce qui est sans doute la raison pour laquelle je n’ai pas la patience d’être décrite comme femme photographe, car mon métier n’est d’être une femme photographe, mais d’être simplement une photographe. Elle nous explique:

De toute évidence, je suis une femme, mais je me considère comme un photographe qui se trouve être une femme. La façon dont mon genre forme ma perception des choses, est important et je ne peux le nier, mais j’ai l’impression que cela met les femmes dans une catégorie à part, comme s’il y avait « eux et nous ». Il faut que cela cesse et que les femmes soient reconnues à leur juste valeur.

Elle termine en disant: « Oui, nous avons toujours ce genre de discussions, mais le fait est que ces discussions doivent se faire ».

Au sujet de l’auteur

James Estrin a été un photographe indépendant jusqu’en 1987 pour les magazines Life, Time, Newsweek, Forbes, U.S. News and World Report, People Magazine et Paris Match. Il travaille pour le journal « The New York Times » depuis 1992.

crédit photo : Heidi Levine / International Women’s Media Foundation

source : The New York Times