Les couvertures du TIME signalent de grands changements dans la photographie professionnelle

La photographe Luisa Dörr fut chargée par le TIME de photographier 46 femmes influentes et 12 couvertures du magazine. Le TIME appela ce projet: FIRSTS Project. Le directeur de la photographie de ce prestigieux magazine aux États-unis, Kira Pollack, a découvert le travail de Luisa par hasard sur Instagram et a immédiatement su qu’elle était faite pour ce projet. Un journaliste du Time l’a interrogé. Voici un résumé de cette interview, qui est une traduction libre de l’article publié par le TIME :

Les photos du Time

Time : Quand êtes-vous devenu photographe ?

Luisa : Lorsque j’étais adolescente, je voulais être conceptrice, mais j’ai découvert la photographie à l’âge de 22 ans. J’ai étudié la photographie à l’Université luthérienne du Brésil. J’ai débuté comme photographe de mariages parmi beaucoup d’autres choses.

Time : Quand avez-vous commencé à utiliser un iPhone et qu’est-ce qui vous plaît sur cet appareil ?

Luisa : J’ai acheté mon premier iPhone en 2012. Ce n’était qu’un complément à mon travail à l’époque. Mais les attentes en tant qu’utilisateur augmentaient de façon exponentielle au fur et à mesure de l’apparition de nouveaux modèles. Maintenant, mon lourd appareil photo est devenu un complément. Pouvant transporter mon appareil photo dans ma poche j’ai compris soudainement que je pouvais faire d’excellentes photos n’importe quand, n’importe où, sans stress de porter un sac rempli d’objectif, de cartes et de piles. En outre, les gens se sentent moins intimidés lorsque vous leur demandez de prendre une photo avec votre téléphone. J’aimais plusieurs fonctionnalités, et bien sûr j’aimais les images qui en résultaient.

Time : Comment utilisez-vous un iPhone pour photographier ces 46 sujets pour le TIME ?

Luisa : Vous voyez habituellement des photographes utilisant beaucoup de systèmes d’éclairage. Pour moi, c’est difficile d’être inspiré par un portrait de quelqu’un qui semble inaccessible. Donc les images sont faites en lumière naturelle, en utilisant uniquement un réflecteur si cela s’avère nécessaire. J’aime la façon dont ces images sont faites. Tout est très simple. Avec une telle configuration, en tant que photographe, vous vous sentez extrêmement léger et libre. C’est presque comme si je pouvais faire des photos avec ma main. Il n’y a aucun gadget compliqué, juste le sujet et moi. J’essaie toujours d’imaginer ces portraits comme des peintures. Je suis fasciné par le visage des femmes et leurs histoires. Je suis intéressé par la façon dont la vie et le temps marquent leurs visages, pas seulement des marques physiques, mais aussi des traces plus « spirituelles ».

Time : Comment les sujets ont-ils réagi en vous voyant utiliser un iPhone pour ce projet de 46 personnalités ?

Luisa : La photographie des gens dans la rue et mes amis avec l’iPhone sont une chose. La photographie de femmes puissantes et célèbres est différente. Au début, c’était difficile. Les sujets ont été surpris de voir quelqu’un comme moi. Je me sentais comme s’ils espéraient voir quelqu’un de plus âgé, avec quelques assistants et de nombreux appareils photo et configurations d’éclairage. Mais nous n’avions pas beaucoup de temps avec les sujets, car ils ont des horaires extrêmement chargés, de sorte que les photographies devaient être prises rapidement. La prise de vue la plus courte fut faite en 2 minutes, alors que la plus longue a été réalisée en 20 minutes. Mais pour la plupart, tout a été fait en cinq ou dix minutes.

Luisa Dörr, right, photographs secretary Hillary Rodham Clinton, in Chappaqua, New York on Sept. 5, 2017..v1Luisa Dörr et Hillary Rodham Clinton

Time : Quel iPhone avez-vous utilisé pour ce projet ?

Luisa : J’ai utilisé mon iPhone 5 pour la première session de portrait de Mary Barra, puis j’ai changé pour l’iPhone 6, puis le 6S Plus. Au cours du projet, l’iPhone 7 a été rendu disponible, donc j’ai pu photographier les 36 derniers sujets avec l’iPhone 7.

Time : Quels sont les paramètres de votre iPhone?

Luisa : J’utilise tout simplement la caméra de mon téléphone, parce que pour ce projet, nous travaillions avec la lumière naturelle, c’était compliqué de modifier les paramètres, car nous avions très peu de contrôles sur la lumière. Pendant le projet, j’ai commencé à utiliser le HDR automatique. Pour le portrait de Janet Yellen, par exemple, avec le HDR, je peux avoir des détails sur son visage et dans le ciel.

Time : Quelle est la clé pour réussir sur Instagram ?

Luisa : Vous devez avoir un point de vue ou un but cohérent. Dans mon cas, je photographiais toujours des filles. En 2014, je suis devenu l’un des utilisateurs suggérés par la plate-forme pendant une semaine environ et j’ai pu développer mon public. Les algorithmes d’Instagram peuvent suggérer des utilisateurs qui correspondent à votre goût. Je publie une ou deux photos par semaine. La clé d’Instagram est une répétition, malheureusement. Si vous faites de la condition physique, vous devez montrer vos photos d’exercice physique. Si vous faites de la nourriture, vous devez montrer vos photos de nourriture. C’est la clé pour être populaire sur Instagram.

[via]

3 commentaires

  1. On peut faire de la photo avec un iPhone, avec un reflex, avec un compact, avec un jetable… ça reste de la photo, il y aura certainement des contraintes techniques avec le matériel utilisé ainsi que des résultats qualitatifs différents…

    Il me semble avoir lu que déjà les journalistes ne venaient plus avec un photographe mais prenaient les photos eux–mêmes avec leurs smartphones, donc, oui, les changements dans la photographie existent réellement et c’est en train de se passer en ce moment dans certains domaines…

    Heureusement quand même, que pour le moment, les smartphones, ne peuvent égaler des appareils professionnels, il reste donc un marché pour que les deux cohabitent pour le moment…

    1. Je crois que bientôt les smartphones égaleront en qualité d’image un compact expert, comme Sony RX100. Mais pour le moment, leurs capteurs sont trop petits. Les fabricants devront trouver un truc pour avoir de meilleures images avec un smartphone. Peut-être dans 2 ou 3 ans.

  2. l’informatique de plus en plus pointu sur les smartphones va se combiner au capteur, donc, oui, ça reste possible…
    tout va bouger d’ici quelques années, mais il faudra que les constructeurs prennent des risques technologiques pour proposer de nouvelles choses… il y a une sorte de maturité sur les reflex et ça stagne, même si à chaque fois, c’est toujours un petit plus, ça ne suffira plus pour que les gens renouvellent leurs boitiers…

Laisser un commentaire