Le Sony A7R III : Les appareils photo sans miroir intéressent-ils les photographes ?

a7R-III-2017

Le nouveau « mirrorless » de Sony; l’A7R III, est moins populaire que le Nikon D850. C’est que nous révèle le site internet Sony Alpha Rumors. Plus précisément, les pré-commandes ne sont mêmes pas proches du nombre de pré-commandes du Nikon D850, 24 premières heures après que Sony l’ait annoncé. Voici ce que l’équipe qui gère ce site nous révèle:

Après avoir parlé à plusieurs détaillants, on m’a dit que le nombre de pré-commandes du Sony a7r III dans les premières 24 heures après son dévoilement, n’est même pas proche du nombre des pré-commandes générées le premier jour par le Nikon D850.

Bien sûr, ce n’est pas basé sur des données scientifiques, sauf que les appareils photo reflex numériques ne vont pas disparaître de sitôt, car l’appareil photo reflex Nikon D850 est vendu environ 3 296 $, tandis que le dernier modèle sans miroir, le Sony a7r III, est de 100 $ moins cher – 3 198 $

J’ai publié un article il y a quelques jours, dans lequel le photographe Tony Northrup affirmait que « les différences entre la nouvelle version et la précédente, ne sont pas suffisantes pour justifier l’achat de l’A7R III. »

Mais pour ma part, je me questionne autrement: Les appareils photo sans miroir intéressent-ils les photographes ? Car je crois que les pré-commandes sont un bon indicateur de la popularité de ce « mirrorless », puisque Sony est le seul fabricant à offrir des sans miroir plein format. À moins que les photographes ne soient pas intéressés par la troisième itération de ce boîtier, car les différences entre l’ancien et le nouveau modèle ne seraient suffisantes pour justifier l’achat du Mark III – comme l’affirme Northrup.

Un sans miroir ou un reflex numérique ?

Toutefois, la raison pourrait être plus profonde, et c’est ce que je crois: un photographe qui veut entrer dans le monde de la photographie et qui recherche un appareil photo décent, comment s’y prendra-t-il ? Il y a quelques années, il était facile de répondre à cette question; vous deviez acheter un reflex numérique. Mais en 2009, Olympus a lancé son premier appareil photo sans miroir, le Pen E-P1, et tout a changé.

Comme les reflex numériques, les boîtiers sans miroir vous permettent de changer d’objectif (comme leur nom l’indique), ils ne disposent pas d’un système de miroirs complexe comme les appareils photo reflex numériques.

Cela signifie qu’ils peuvent en principe être plus petits, plus légers et mécaniquement plus simples. Cependant, les « mirrorless » ont pris un peu temps avant de convaincre les professionnels sur les mérites de ne pas avoir de miroir. En l’absence de miroir, il n’y a pas de viseur optique; la visée repose essentiellement sur l’écran arrière ou sur un viseur électroniques (EVF). De plus, la qualité de l’image, les caractéristiques et la manipulation ont suscité des inquiétudes auprès de cette clientèle.

Peut-être que la plus importante raison qui explique le peu d’engouement pour ces appareils photo, par rapport aux systèmes reflex établis, est la gamme d’optiques de ces systèmes sans miroir, qui n’est pas aussi étendue. Mais c’est de moins en moins vrai pour Sony, qui sort de nouveaux objectifs assez souvent.

Avec une série de nouveaux appareils photo sans miroir et la gamme d’optiques grandissante, les boîtiers sans miroir sont-ils assez populaires pour être des rivaux aux reflex ou, plus exactement, sont-ils meilleurs que les reflex ? Pour vous aider à y voir plus clair, voici les principales différences entre ces systèmes, et ce qu’elles signifient pour les photographes.

La grosseur et le poids

  • Les reflex: sont plus gros et encombrants, bien que cela puisse être utile pour les grosses optiques (et les grosses mains)
  • Les « mirrorless » : sont plus petits et plus légers, mais dans certains cas, les objectifs peuvent être aussi gros qu’un reflex numérique.

La petite taille est l’une des justifications que nous entendons le plus souvent de la part des fabricants des sans miroir, mais cela ne fonctionne pas toujours de cette façon car ce que vous devez réellement prendre en compte, c’est la taille du boîtier de l’appareil photo et la combinaison des optiques.

Ceci est un problème pour les boîtiers sans miroir avec des capteurs plein format ou APS-C, parce que vous pouvez obtenir un joli corps mince, mais un gros objectif lourd en encombrant sur le devant. Certains modèles sont désormais équipés d’un objectif rétractable, mais cela n’est d’aucune utilité lorsque vous devez changer d’objectif. De plus, c’est surtout vrai pour les compacts comme le RX100 de Sony.

Les boîtiers de Panasonic et d’Olympus ont un avantage ici. Le format du capteur Micro 4/3 est plus petit (ce que de nombreux photographes n’aiment pas), mais cela signifie que les objectifs sont plus petits et plus légers, offrant au final, un système beaucoup plus compact.

Il est intéressant de noter que certains boîtiers sans miroir haut de gamme prennent de plus en plus de place et se vendent mieux que les reflex, parce que les fabricants réagissent aux commentaires des photographes qui veulent des appareils plus petits, tandis que les ventres des reflex numériques d’entrée de gamme rétrécissent.

Les objectifs

  • Les reflex: Canon et Nikon ont une gamme d’objectifs massives pour chaque situation, tandis que Sony est loin derrière (bien que leurs optiques soient de très bonne qualité).
  • Les « mirroless » : Olympus, Panasonic et Fujifilm ont de bonnes gammes d’objectifs, mais elles n’égalent pas celles de Canon et Nikon.

Si vous recherchez à avoir un grand choix d’optiques, alors un reflex Canon ou Nikon est probablement le meilleur choix – ils ont tous les deux une large gamme d’objectifs pour convenir à toutes les situations.

Les boîtiers sans miroir gagnent du terrain cependant. Parce qu’Olympus et Panasonic utilisent le même support d’objectif et a été mis en place depuis plus longtemps que Sony – en résumé, la gamme des objectifs Micro 4/3 est la plus complète.

Les viseurs

  • Les reflex: plusieurs préfèrent encore une vue « optique » pour sa clarté, son aspect naturel et son affichage sans décalage.
  • Les « mirrorless » : d’autres préfèrent voir une interprétation numérique de la scène que le boîtier va capturer.

Tous les reflex numériques, même les moins chers, sont équipés d’un viseur optique, car ils font partie intégrante de la conception du reflex numérique. Cependant, un grand nombre de systèmes compacts n’ont pas de viseur du tout, vous devez donc utiliser l’écran LCD arrière pour composer vos photos, ce qui ne fonctionne pas toujours très bien lorsque la lumière est vive.

Les systèmes sans miroir avec viseur coûtent plus cher, et ce sont des viseurs électroniques plutôt qu’optiques – elles affichent l’image directement à partir de la lecture du capteur et non via un système optique (un miroir).

Les viseurs électroniques avancent à pas de géant, de sorte que les derniers affichent rarement une pixellisation ou une «granularité», bien qu’il puisse souvent y avoir un léger «décalage» visible si vous déplacez l’appareil photo rapidement.

L’avantage des viseurs électroniques est qu’ils peuvent afficher beaucoup plus d’informations qu’un viseur optique, par exemple des histogrammes des images en direct. Ils peuvent également simuler l’image numérique que l’appareil photo va capturer, de sorte que vous n’obtenez pas de mauvaises surprises lorsque vous examinez votre image.

Cette simulation n’est cependant pas toujours parfaite, et de nombreux photographes préfèrent voir le monde de leurs propres yeux lorsqu’ils composent leurs images et vérifient la version numérique sur l’écran LCD juste après sa capture. Au final, cela dépendra de vos préférences personnelles.

Conclusion

Nous pourrions énumérer plusieurs autres différentes, comme la rapidité de l’AF, le monde vidéo, la qualité d’image, l’autonomie de la batterie, le prix, mais nous pourrions conclure en affirmant que la seule façon de décider lequel de ces systèmes vous convient le mieux, est d’essayer les deux, et ce, en dépit de toutes ces différences techniques.

Vous préférez peut-être le toucher gras et trapu et le viseur optique d’un reflex numérique, ou vous préférez peut-être les petits boîtiers et la sensation plus précise d’un appareil photo plus petit. Cela dépendra de ce que l’appareil photo peut offrir – mais surtout, prêter une attention particulièrement aux optiques offertes et aux accessoires disponibles.

Pour les novices et ceux qui ont un budget limité, un reflex numérique bon marché vous en offrira plus qu’un appareil photo sans miroir bon marché. En résumé, il y a de moins en moins de raisons techniques pour qu’un reflex numérique soit considéré comme la meilleure option pour les photographes.

Donc les « mirrorles », intéressent les photographes, mais pour plusieurs raisons (évoquées dans ce texte), ils demeurent moins populaires et moins intéressants (pour le moment) que les reflex. Mais cette situation pourrait changer dans les années à venir, surtout depuis que des rumeurs circulent sur le Web concernant d’éventuels « mirrorless » plus ambitieux, qui seraient produits par Canon et Nikon et que Sony offrirait une gamme d’optiques plus étendue. Voici un tableau montrant la tendance des ventes de ces deux systèmes :

DSLR-vs.-mirrorless-cameras-produced-based-on-CIPA-data

Les sans miroir deviendront-ils les appareils photo les plus utilisés par les photographes ? 2018 sera décisif pour les reflex et les « mirrorless »; depuis 2013, les ventes périclitent du côté des reflex, alors celles des sans miroir sont plutôt stables, comme en témoigne le tableau ci-dessus, venant de Nikon Rumors, et pour 2017, cette tendance n’a pas vraiment changée. En mars 2017, plus de 50% des ILC vendus dans le monde étaient des sans miroir, selon les données de la CIPA.

11 commentaires

  1. Franchement, j’ai du mal a comprendre qui utilise les sony A7/A9.

    Je dois être idiot mais je trouve les objectifs incroyablement cher sans être d’une qualité extraordinaire (un Sigma/tamron fait mieux pour deux fois moins cher)…

    J’ai hésité a tester ce A7R III mais j’ai renoncé en étudiant les objectifs. 2000€ pour un 24-70 2.8 ? 3000€ pour un 70-200 2.8 ? 2000€ pour un 85mm 1.4 ?

    Beaucoup d’objectifs a F/4 vendu au prix des objectifs 2.8 sur reflex … Fuji me semble plus 10x plus cohérent en rapport qualité/prix.

    J’adorerai pouvoir en discuter avec quelqu’un qui n’est pas de mon avis 🙂

    Vu de chez moi, j’ai l’impression que ça touche que des Pro qui veulent a tout prix se débarrasser des énormes reflex …

  2. Pour répondre à Damien, peut-être que ça interesse les photographes qui ne veulent pas de 24-70 2.8 et 70-200 2.8. Il y a d’autres optiques (j’espère). Certains photographes ne jurent que par les focales fixes, et d’un zoom accessible.
    Il y a des tas de catégories de photographes. Et Sony peut répondre au besoin de certain.

    Il y a des des photographes de rue qui préfèrent Fuji. Parce que ça correspond mieux à leur travail.

    J’en connais bien un qui ne jure que par Leica, alors que s’il y a une marque que je n’envisagerai jamais c’est bien Leica 🙂

    1. Justement, j’en cherche depuis quelques temps et j’en trouve pas tellement des Sony Alpha convaincu à 200% … Je trouve quelques personnes qui ont des hybrides APS-C de chez sony mais des alphas …

      vraiment l’impression que ça s’adresse surtout aux pros exclusivement quasi.

  3. Je bosse avec un Ninon D4s et 3 optiques principales (en mariage)
    – 24 1.4 afs
    – 50 1.4 afd
    – 85 1.8 afs

    Les résultats sont très bons mais ce montage est lourd et l’af de ces optiques fixe est pas ouf.

    Je le prends à rêver pour le mariage d’un A9 avec les mêmes objectifs (meilleurs chez Sony pour le 50 et 85) et un autofocus plein cadre de folie.

    J’aimerai passer plus de temps à composer des photos Qu’à essayer de mettre mes sujets dans une cible af croisée qui va accrocher …

    Peut être que je suis à côté de la plaque je sais pas…. pour l’instant le A9 est trop cher pour que je test

  4. Moi je suis passé d’un Nikon D700 à mon Sony A7 et je ne regrette absolument pas. Mon A7 me permet de ne travailler qu’avec la gamme Samyang (ce que je n’aurait jamais pu faire avec le Nikon).
    Le rapport qualité/prix devient alors très intéressant.
    J’attends avec impatience le A7 III qui va me permettre de passer à un capteur stabilisé, déclenchement totalement silencieux et à la vidéo 1080 à minimum 120ips même si Sony aurait pu pousser sans soucis à 240ips pour des slow-motion bien plus sympathique.

  5. je crois au numérique, je pense que c’est l’avenir…
    maintenant, ça reste encore assez cher, les objectifs Sony de la gamme Master sont très bons, mais ils sont souvent plus chers que chez Canon et Nikon et n’ont pas la même notoriété en fiabilité, ni en cas de revente etc… Un autre point négatif est l’absence de SAV professionnel pour Sony alors que ça existe chez les 2 autres… Dernier point, est l’ergonomie de Sony qui est souvent décrié comme compliqué et pas intuitive, des efforts doivent être faits aussi sur ce point, les boitiers devraient être assez intuitifs sans se farcir le manuel de 500 pages…
    Les points forts, la compacité, la qualité d’image, la dynamique, l’absence de soucis de back/front focus, et j’en oublie peut-être encore…

    Un autre point important également, c’est vis à vis des clients, cela fait peut-être plus sérieux d’avoir un appareil photo d’une certaine taille que un boitier minuscule… (même si le plus petit fait des meilleurs photos).

    A suivre donc, perso, pour moi, ça sera un mirrorless…

  6. « puisque Sony est le seul fabricant à offrir des sans miroir plein format »
    cette affirmation est fausse : Leica SL, sauf miroir et plein format…….

Laisser un commentaire