Comment planifier et faire une vidéo « timelapse » virale pour se faire connaitre et gagner de l’argent

7

Pour plusieurs photographes, la vidéo n’est pas importante, car ce qu’ils préfèrent est de produire de « bonnes photos ». Pourtant réaliser une vidéo « timelapse » de grande qualité peut leur permettre de se faire connaître. De plus, le nouveau Nikon D850, vous permet de créer des « timelapse » 8K en utilisant son capteur de 45,7 mégapixels et le temporisateur d’intervalle intégré. Donc il n’a jamais été aussi facile de créer une vidéo « timelapse ». Si vous voulez voir à quoi peut ressembler une telle vidéo réalisée avec ce reflex de Nikon, voici un exemple :

Toutefois, avec autant de films « timelapse » en cours de création, il peut être difficile de faire ressortir le vôtre et ceux qui deviennent viraux, souvent ne le font pas tous seuls. Il y a beaucoup de temps et de planification avant que la première image ne soit créée. Nathaniel Dodson de tutvid est l’un de ces photographes dont la vidéo est devenue viral. Voici son film viral « timelapse » « Philly is Ugly » :

Si vous visitez sa page sur Vimeo, vous verrez que sa vidéo a 156 000 vues. C’est donc pour lui une réussite. Voici maintenant comment il a procédé, car il est intéressant de découvrir le processus complet de la conception à la planification, au repérage, ainsi que la réalisation et la commercialisation d’une vidéo virale.

« Philly is Ugly » était un projet personnel pour Nathaniel. Il a eu l’idée de réaliser ce film « timelapse » en 2013. Mais il voulait créer quelque chose qui plairait aux résidents de la ville, ainsi qu’aux étrangers qui la regarderaient. Il voulait aussi mettre en valeur certains de ses quartiers préférés de la ville.

Après avoir fait des recherches sur des films « timelapse » en ligne, ainsi que des cartes et des photographies de la ville, Nathaniel s’est mis au travail. Il voulait que ses photos aient la bonne lumière, ce qui permettrait de déterminer à quel moment de la journée chaque segment a été réalisés. Il a passé environ trois mois à réaliser son projet, capturant environ 70 000 images de la ville, du lever au coucher du soleil.

Après que tout ait été assemblé et édité, une campagne de marketing a été mise en place. Nathanial a contacté tous les magazines, journaux, stations de radio, chaînes de télévision et blogs auxquels il pouvait penser. Il l’a également diffusé sur les réseaux sociaux, pour attirez l’attention des gens.

Un « behind the scenes » complet a également été créé pour documenter l’ensemble du processus de création de son court métrage. En trois mois, il a dépassé les 100 000 vues. Cela lui a coûté environ 2 500 $ à produire, et entre les droits de licence et les commissions qui ont découlé de son film, Nathaniel a gagné environ 60 000 $.

Donc les photographes qui croient qu’une vidéo n’a aucune utilité, sauf pour filmer la jolie voisine ou une fête entre amis, ils se trompent. Cela peut leur permettre de se faire connaître et de gagner beaucoup d’argent.

[via DIY]

4 commentaires

Laisser un commentaire