Le Sony a7R III : Voici pourquoi le problème de « star eater » ne sera jamais corrigé

5

Nous savons tous que les appareils photo de Sony ont un problème de « star eater ». Ce défaut fait en sorte qu’en astrophotographie, des étoiles semblent disparaître de l’image, comme si elles avaient été « mangées » – d’où le nom de « star eater ». Le site internet Photo Rumors a publié un article fort intéressant expliquant que ce problème ne sera jamais résolu.

Le « star eater » des appareils photo de Sony

Jim Kasson a publié un nouveau rapport confirmant que le nouvel appareil photo sans miroir a7R III de Sony « mange encore des étoiles ». Dpreview a maintenant un outil de comparaison qui montre clairement le problème. Mais ce problème de « mangeurs d’étoiles » de Sony n’est pas quelque chose qui peut être résolu pour les raisons suivantes:

1. La taille

La conception / taille plus petite du Sony a7R III (et des autres boîtiers de la série A) entraîne un niveau de chaleur interne plus élevé, ce qui signifie qu’une réduction du bruit plus agressive est nécessaire dans toute la gamme ISO, mais il est particulièrement important lors d’expositions longues, car l’effet accumulé du capteur activé fait en sorte que la chaleur fausse le rapport signal / bruit et produit des images plus bruyantes.

Ceci est beaucoup plus évident dans les appareils de plus haute résolution comme les a7R II et III parce que le traitement des données plus intense génère plus de chaleur et l’électronique d’un capteur de plus haute résolution signifie plus de bruit dans le rapport signal / bruit.

Afin de résoudre ce problème, une réduction de bruit plus agressive doit être appliquée à des valeurs ISO de plus de 3200, ce qui provoque la suppression des étoiles au niveau des pixels. De plus, le nombre de pixels ne produit pas des étoiles de taille réelle, le seuil est en fait de 4 pixels qui constitue un bloc RGB de la matrice de Bayer, car les informations de couleur sont nécessaires pour ajuster le bruit, donc les étoiles d’environ 4 pixels ou moins sont supprimées.

2. Le module AF

Le module AF de détection de phase intégré dans le capteur d’imagerie génère un bruit sombre dans la lecture du capteur, ce qui est particulièrement visible à des valeurs ISO de plus de 3200. De plus, même si le système PDAF n’est pas actif lors de la capture d’une photo, l’électronique est passivement en mode « veille » et génère un bruit sombre supplémentaire. Pour cette raison, les zones de points chauds PDAF suivent un algorithme de réduction du bruit différent du reste du capteur et en tiennent compte afin de fournir une gradation uniforme et un même un modèle de bruit.

3. Une limitation matérielle

Donc, actuellement, à cause des limitations matérielles, il n’y a aucun moyen de résoudre ce problème. Ce n’est pas un problème technique ou venant du micrologiciel; c’est juste une limitation du matériel. Toutes les corrections qui seraient appliquées via le micrologiciel finiraient par produire un bruit encore plus élevé, ce qui, selon les ingénieurs de Sony, serait un problème pire pour les utilisateurs, donc il ne semble pas y avoir de réelle solution au « star eater ».

En résumé, les utilisateurs des appareils photo de Sony, sont aux prises avec un problème inhérent à tous les petits boîtiers doté de capteurs plein format. Ces derniers étant trop grands et les boîtiers étant trop petits, il n’y a pas suffisamment de place pour dissiper la chaleur. D’ailleurs, ce n’est pas un problème qui affecte exclusivement les « mirrorless » de Sony.

4. Les reflex

En parcourant le web, je suis tombé sur un forum sur la photo. Un des utilisateurs explique qu’un DSLR (reflex) laissé dans une voiture à 75 ° Celsius, perd une partie de ses performances ISO en bruit thermique à cause du capteur d’image qui est devenu trop chaud, car le capteur d’image est un périphérique analogique, pas un périphérique numérique.

La puissance électrique appliquée au capteur d’image est convertie en chaleur par la résistance inhérente à des millions de transistors qui sont intégrés au capteur d’image. Chaque pixel est constitué d’un groupe d’environ 6 transistors. Ainsi, un capteur d’image CMOS de 16 mégapixels a presque 100 000 000 transistors, sans compter les transistors dans les amplificateurs de signal et le convertisseur a / n qui résident également sur la puce du capteur d’image.

la chaleur affecte également la vie de l’obturateur et de la batterie. L’obturateur Étant mécanique, certains lubrifiants sont utilisés dans son fonctionnement. La chaleur rend les lubrifiants plus visqueux et ils ne lubrifient plus aussi efficacement. Ainsi, bien qu’il n’y ait pas d’effets à court terme, la chaleur provoque des conséquences à long terme.

5. Conclusion

Par conséquent, ceux qui se croient protégés parce qu’ils utilisent un reflex, font également face à un problème lié à la chaleur, car celui-ci affecte les composants de toutes les sortes d’appareils photo. Mais dans le cas de Sony cela est encore plus évident à cause de leurs petits boîtiers qui n’arrivent pas à dissiper la chaleur aussi bien qu’un gros appareil photo comme un reflex. Même les plus petits capteurs, comme les micro 4/3 peuvent produire trop chaleur, comme en fait foi cette vidéo dans laquelle un ingénieur a conçu un dissipateur de chaleur géant pour son Panasonic GF7, après avoir eu des problèmes de chaleur qui éteignaient son appareil photo :

[via Photo Rumors]

3 commentaires

  1. Bonjour,

    je suis bien d’accord avec vous pour le sujet de fond au sujet des hybrides sony plein format et de la compacité de l’appareil qui ne permettrait pas un refroidissement idéal lors d’un passage électrique plus intense sur les cellules photosensibles.
    Je trouve ça tout à fait compréhensible sur des A7RII et III .
    Mais alors, expliquez-moi pourquoi les A7SII par exemple de 12 mpix de même génération que les A7RII de 42 mpix sont affectés exactement du même problème ?

    Dans le fond l’explication sur la surchauffe des composants est tout à fait plausible et probable sur des capteurs de 42mpix, mais elle ne tient pas sur des capteurs de 12 mpix de même génération.

    Bonne lecture,

    Xavier

  2. Juste pour information, le Sony A7R ii a commencé le star eating après un update du firmware…
    Avant, l’APN ne le faisait pas… donc je pense que Photorumors se trompe et qu’il y a possibilité de corriger le problème de manière logicielle.
    Et quand on parle de chaleur dissipée en pose longue notamment astrophotographie, on parle photo la nuit donc les températures sont très, très loin des 75°C! Il fait plutôt 12 ou 13 degrés.