Un fournisseur d’Apple accusé de violation de la sécurité de ses employés et des heures supplémentaires

apple_campus_2_sept_13.0

Apple se retrouve encore une fois dans l’eau chaude. Après l’histoire des iPhones intentionnellement ralentis, le géant de Cupertino aurait encore de la difficulté à améliorer les conditions de travail chez ses fournisseurs. China Labour Watch et Bloomberg rapportent que Catcher, un fournisseur clé pour les iPhone, MacBook et autres produits d’Apple, fait subir aux travailleurs des conditions de sécurité difficiles et des conditions de travail injustes dans une usine de Suqian.

Apple et les conditions de travail en Chine

Selon les observateurs et les discussions avec les travailleurs, les machines ne sont pas seulement bruyantes, mais il y aussi du liquide de pulvérisation et des particules métalliques qui frappent fréquemment les visages des travailleurs (dont seulement certains ont accès à des lunettes et des gants de sécurité). Les travailleurs souffrent de problèmes de santé tels que des problèmes de vision, et de décoloration de la peau. En outre, l’installation évacuerait les eaux usées qui violent les niveaux de sécurité locaux, et les travailleurs retourneraient dans des dortoirs froids sans eau chaude ni douches intégrées.

CLW ajoute que les exigences de travail vont à l’encontre des lois locales. Le personnel de l’usine est légalement censé travailler 40 heures par semaine, mais il est obligé de travailler 10 heures par jour pendant 6 jours par semaine. La méthode de planification permet également à Catcher d’éviter de payer le double pour les heures supplémentaires, comme l’exige la loi. L’entraînement est souvent limité à 4 heures alors qu’il est censé durer 24 heures. Même quitter l’usine serait difficile, selon le rapport. Les travailleurs contractuels peuvent avoir à attendre des semaines pour recevoir leur salaire, et la société contractante refuse souvent d’accepter des démissions.

Apple et Catcher déclarent avoir enquêté sur les affirmations de CLW, mais n’ont (évidemment) trouvé aucune preuve suggérant que les conditions de travail aient enfreint le code de conduite d’Apple. Pourtant, selon les multiples rapports d’activité illégale et des antécédents de violation des lois du travail de Catcher, ces rapports seraient vrais, mais Apple chercherait à nier l’évidence.

Que cette histoire soit vraie ou non, les résultats mettent en évidence les problèmes qu’Apple et l’industrie de la technologie dans son ensemble ont à maintenir des conditions de travail raisonnables. Ils dépendent souvent de vastes réseaux de fournisseurs pour fabriquer les pièces qui entrent dans leurs produits, et ces fournisseurs se sentent souvent obligés de faire tout ce qu’il faut pour respecter les quotas de production imposés notamment par Apple.

Cela signifie généralement l’embauche de travailleurs temporaires prêts à endurer des heures brutales et des conditions dangereuses pour gagner un revenu qu’ils n’auraient jamais en Chine rurale. Et tandis que la robotique pourrait aider, elle laisserait aussi beaucoup de gens au chômage. Des entreprises comme Apple peuvent renforcer leurs contrôles du travail, mais à vouloir trop en mettre dans ses poches, produit des résultats qui touchent d’humbles travailleurs à la recherche d’une meilleure qualité de vie. Mais qui s’en soucie ? Certainement pas Apple et son campus qui a coûté 5 milliards US !

[via Engadget]

2 commentaires

  1. Je ne sais pas si l’ herbe est beaucoup plus verte chez les autres constructeurs….mais en ce moment La pomme n’est plus très jaune.