Le photographe David Burnett passe à Sony après 40 ans avec Canon

sony-canon-2018

En France le photojournaliste David Burnett n’est pas très connu, bien qu’il soit l’un des photographes ayant eu le plus d’impact dans le monde du photojournalisme. Par exemple, Burnett est le cofondateur de Contact Press Images. Son travail a été publié dans des magazines tels que le TIME et le LIFE. Il a remporté certaines des récompenses les plus prestigieuses de l’industrie, par exemple la médaille d’or Robert Capa, le photographe NPPA de l’année et le World Press Photo de l’année. De plus est diplômé du Colorado College. En 2006, il a exposé ses photos aux Rencontres d’Arles en France.

Passer de Canon a Sony

Pourquoi je vous parle de lui ? C’est que nous venons d’apprendre qu’il vient de passer à Sony après plus de 40 ans avec des équipements Canon. Burnett a enregistré cette vidéo de 5 minutes expliquant sa décision.

Voici un résumé de ses explications :

J’ai décidé d’échanger tout mon équipement Canon et d’utiliser le Sony. C’est leur nouvelle technologie, ces appareils photo ont beaucoup de choses pour eux que les boîtiers Canon n’ont jamais fait auparavant. J’avais utilisé des équipements Canon qui répondaient aux normes professionnelles (comme le 6D et une grande variété d’optiques) mais je sentais qu’ils n’apportaient que de petites améliorations sur leurs équipements ces dernières années.

Le Canon 1D X était très bon, mais il était trop gros pour moi. Les appareils comme l’a9 et l’a7R III prennent des photos tous les deux très rapidement (20 ips et 10 ips), ce qui peut être un réel avantage lors d’événements sportifs. J’aime faire du sport une image à la fois, mais à 20 images par seconde, il faut toujours être bien préparé, car il est très facile de rater quelque chose à 5 images par seconde.

Les fichiers sont grands et beaux. Les boitiers sont en fait un peu plus légers que ce à quoi je suis habitué et finalement, tous les photographes doivent faire face à des problèmes de poids. Après 50 ans dans ce métier, c’est quelque chose que je remarque.

Comme les appareils photo de Sony sont sans miroir, les boîtiers sont plus minces, ce qui permet d’utiliser une grande variété d’objectifs. J’ai une grande variété d’optiques Canon, comme des Tilt-Shift, des objectifs plus anciens, quelques téléobjectifs Nikon classiques, et même certains trucs bizarres comme le Helios, le Rokkors, ou un ciné de 16mm, qui offrent tous quelque chose de spécial.

La chose la plus difficile à maîtriser ce sont les menus de configuration. Ils sont un peu comme si vous aviez un bandeau sur les yeux. Mais je connais des gens qui ont travaillé pendant un certain temps avec les boîtiers Sony, et ils sont toujours sains d’esprit. Je pense donc que dans un court laps de temps, je trouverai ce qui fonctionne pour moi avec ces appareils photo.

Bien que les menus puisent prêter à confusion avec tous leurs détails, ils offrent également un ensemble très large de choix quant à la façon de configurer l’appareil photo. Il m’arrive parfois d’appuyer sur les mauvais boutons, mais c’est juste normal pour un débutant avec ces boîtiers. Finalement, l’a9 me permettra de me sentir plus à l’aise que le 6D. J’aime bien avoir un bouton (C2) qui agrandit la zone de vision d’environ 8x, donc la mise au point manuelle avec mes vieilles optiques deviendra un jeu d’enfant.

En terminant, au cas où vous vous poseriez la question: Burnett n’a jamais été sponsorisé par Nikon, Canon ou Sony dans sa carrière (ni moi d’ailleurs), mais il a tout simplement passé une semaine à travailler avec ses Sony pour mettre le nouvel a9 à l’épreuve, et il en est venu à cette conclusion (de passer de Canon à Sony).

davidburnettsonyswitchfeat-800x420

Je dois admettre que j’ai l’impression d’entrer finalement dans le 21ème siècle avec ces appareils photo », conclut-il dans la vidéo.

[via PetaPixel]

8 commentaires

  1. Le poids du matériel est un réel souci pour les photographes. Surtout avec l’âge, il est de plus plus difficile de pouvoir emmener avec soi tous les objectifs que l’on souhaite.
    La technologie mirrorless à cette avantage certain sur les gros reflex professionnels.
    Par exemple, je porte pour ma part un sac de 12kgros sur le dos. Heureusement tque les sacs spécialisés sont bien conçu pour l’ergonomie du dos.
    Avec toute la nostalgie que nous pouvone avoir envers les marques historiques, Sony a su innover fortement dans le domain et remettre en cause les paradigmes existants. C’est simplement ce que l’on appel le progrès.

    Vincent (http://initiation-photo.com)

    1. C’est pour ce souci de poids que j’utilise le plus souvent un petit APSC à la place du full-frame. Mais il fallait que je me moque un petit peu 🙂
      Bon, heureusement que l’ergonomie Sony s’est améliorée. Après, je suis réfractaire au viseur vidéo, donc, pour moi, ce n’est pas le progrès (mais c’est personnel).

  2. Pardon mais c’est un peu une blague cet article.
    Il mentionne qu’il a remplacé son 6D (que je connais bien car je l’ai eu) par un A9 et surtout que le 6d est un boîtier pro.
    C’est totalement faux. Le 6d n’a jamais été un boîtier pro. C’est un 5d3 amateurisé avec bcp moins de fonction et surtout un AF ultra simpliste.
    Il est tout sauf pro! Alors c’est sûr qu’en passant d’un 6d à 1000€ à un A9 à 5300€ il doit croire qu’il entre dans le 21e siècle…

    Ensuite il dit que les boîtiers Sony sont plus légers et que le poids compte.
    La blague. Pour utiliser ses objectifs Canon il utilise une bague d’adaptation (la metabones V pèse 300grs) et avec le poids du a7r3, on arrive à 920grs. Plus qu’un gros reflex genre 5D4.

    Bref, encore un article typiquement buzz qui fait prendre des vessies pour des lanternes. Je trouve dommage qu’il finisse sélectionné ici honnêtement.

    1. J’avais plutôt compris qu’il remplaçait un 1DX est qu’il avait envisagé un 6D pour aller plutôt vers Sony ?

  3. Ce ne sera pas le premier, ni le dernier à faire cette démarche. Les deux japonais (pré) historiques n’ont qu’à se bouger pour faire changer les choses.