Scott Kelby : La vraie raison des déboires de la dernière mise à jour de Lightroom

lightroom_45341

Le photographe Scott Kelby nous donne son opinion concernant cette histoire avec Lighroom qui a fait grand bruit dans le monde de la photographie il y a quelques jours.

Plusieurs utilisateurs se demandent quelle pourrait bien être la cause des déboires de la dernière version de Lightroom, qui a provoqué un tollé de protestations de la part de plusieurs photographes.

En bref, pour les versions précédentes de Lightroom, Adobe offrait une version téléchargeable gratuite de la bêta publique quelques mois avant la sortie de la version définitive. De cette façon, les utilisateurs pouvaient donner leurs commentaires rapidement à l’équipe sur les nouvelles fonctionnalités et l’expérience utilisateur globale.

Cette approche contribuait vraiment à obtenir au final un logiciel répondant aux exigences des photographes, parce qu’Adobe écoutait attentivement les commentaires des testeurs. Lightroom ne serait pas devenu le programme qu’il est aujourd’hui sans ces échanges constructifs dans le passé.

Adobe a cessé de publier des versions bêta et d’écouter les commentaires des testeurs, en adoptant plutôt une approche que nous pourrions appeler « nous savons ce qui est mieux pour vous » . Si Adobe avait écouté au préalable les commentaires des utilisateurs, nous n’aurions jamais connu une telle situation.

En conclusion

Voilà comment une entreprise qui était à l’écoute des besoins de ses clients, a fini par offrir un logiciel qui répond de moins en moins aux exigences des photographes et qui doucement, perd un peu de sa popularité.

Adobe fait malheureusement comme bien d’autres grandes entreprises; quand elles savent qu’elles sont en position de quasi-monopole, que les autres solutions disponibles sur le marché ne sont pas très populaires ou pas très connues pour diverses raisons, il devient alors tentant de passer outre les doléances des clients, en prenant des décisions qui ne sont pas toujours à l’avantage des utilisateurs.

[via]

Un commentaire

  1. Comme quoi, on ne vantera jamais assez les mérites de la concurrence (saine) ! Je souscris à la conclusion: Adobe s’est éloigné de ses clients.