Portraits intimes des abeilles d’Amérique du Nord

1

Nous le savons tous, les abeilles sont indispensables dans la nature. Elles permettent la pollinisation des fleurs. En allant chercher le nectar qui se trouve au fond de celles-ci, l’abeille en frôle le stigmate et les étamines. C’est ainsi qu’elle transfère le pollen d’une fleur à l’autre.

Des chercheurs de l’US Geologocal Survey (USGS) ont tiré parti des technologies de photographie mises au point par l’armée américaine pour photographier des abeilles indigènes de l’Amérique du Nord.

4 000 espèces

Il y a 4 000 espèces d’abeilles vivant au nord du Mexique. Seules 40 d’entre elles sont des espèces introduites. La plupart sont indigènes. Ces espèces passent inaperçues car ils ne piquent pas. Elles vaquent tranquillement à leurs occupations dans les jardins, près des dunes de sable, ou en bordure des parcs.

L’équipe a commencé à inventorier toutes les espèces d’abeilles en Amérique du Nord en 2001. C’est en partie parce que ces insectes sont très importants pour l’industrie agricole. Presque tous les fruits et légumes que nous mangeons nécessitent l’intervention de ces insectes pollinisateurs. L’autre raison est que ces insectes sont une composante importante du paysage. Il est important de savoir comment se portent les populations d’abeilles en milieu urbain.

Le Focus Stacking

C’est le biologiste Tony Gutierrez, mandaté par l’armée américaine, qui a élaboré un système de caméras en 2008 qui permet aux soldats basés dans des pays éloignés, de prendre des photos ultra-détaillées des insectes piqueurs.

Pour arriver à réaliser ces photos, Gutierrez a utilisé la technique du « focus stacking » qui est un procédé consistant à combiner plusieurs images dont le plan focal varie, pour donner une image avec une grande profondeur de champ.

Voici quelques photos prises par l’équipe.

8-hylaeus-modestus-1600

7-jewel-tones-1600

6-bumblebee-1600

4-augochloropsis-sumptuosa-bee-1600

3-honeybee-head-1600

2-golden-dusting-1600

1-carpenter-bee-1600

L’équipe poursuit ses études sachant que ces insectes sont menacés. En effet, les colonies d’abeilles connaissent des taux de mortalité inédits, notamment en raison des insecticides et parasites. Par exemple en France, selon des données recueillies dans une vingtaine de départements, la mortalité des abeilles, a atteint 50 à 80% dans de nombreuses zones des grandes régions de production comme Provence-Alpes Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

[via]