Cet ours polaire affamé a brisé le cœur d’un photographe qui travaille pour le National Geographic

ours-polaire-national-geographic-2017

Le photographe de la National Geographic, Paul Nicklen, visitait les îles de Baffin au Canada cet été lorsqu’il a découvert un spectacle navrant: un ours polaire affamé. Nicklen a capturé ces images de l’ours qui se trainait à la recherche de nourriture :

« La vidéo nous montre un ours polaire qui s’accroche à la vie. Ses poils blancs recouvrant mollement son corps osseux», écrit le National Geographic. L’une des pattes arrière de l’ours se traîne derrière lui, probablement à cause d’une atrophie musculaire. À la recherche de nourriture, l’ours polaire fouille lentement dans une poubelle à proximité, utilisée de façon saisonnière par les pêcheurs inuits. Il ne trouve rien et s’effondre résigné sur le sol.

Nicklen était sur l’île avec un groupe de cinéastes de la Sea Legacy, qui vise à créer des visuels à fort impact pour convaincre les gens de protéger les océans de la Terre.

Bien qu’il ait vu plus de 3 000 ours dans la nature au cours de sa carrière de biologiste et de photographe animalier, Nicklen n’avait jamais rien vu de semblable. « L’ours polaire émacié […] était l’une des scènes les plus déchirantes qu’il n’a jamais vu », explique le National Geographic.

« Nous étions là à pleurer en train de filmer avec des larmes qui coulaient sur nos joues », explique Nicklen. Le National Geographic et lui disent que cette vidéo illustre à quoi ressemble les changements climatiques, car la diminution de la glace de l’Arctique, rend plus difficile la recherche de nourriture pour les ours polaires.

« Quand les scientifiques disent que les ours vont disparaître, je veux que les gens réalisent à quoi ça ressemble », nous explique le photographe. « Les ours vont mourir de faim. Voilà à quoi ressemble un ours affamé.  »

Le World Wildlife Fund a rapporté en 2002 que les changements climatiques pourraient causer la disparition et la mise en péril de l’ours blanc. Cette année, l’étude géologique américaine a confirmé que la fonte des glaces de l’Arctique, constitue une menace existentielle pour les ours polaires.

[via PetaPixel]

13 commentaires

    1. Non, mais selon la loi, personne ne doit les nourrir, car sinon ils peuvent développer une dépendance envers les humains.

  1. Tout ça c’est notre faute à tous. J’aimerais qu’on les aident. On a trop de phoque depuis que la chasse est fermé…je crois que le cheptel est à 6 ou 8 million. On pourrait bien leur en envoyer par avion…

  2. Non assistance aux animaux en danger , j’appelle cela de la cruauté.
    Qui nous dit ce qu’à fait le photographe?
    Les inuits dans tous ça que font-il et les vétérinaires ils n’en ont pas?

  3. Il y avait un photographe à ce moment là, malheureusement, les ours polaires sont voués à la disparition, la calotte glaciaire fondant à vitesse grand V à l’échelle du temps planétaire, ils n’auront plus de territoire ou loger et seront tués par les humains lorsqu’ils se rapprocheront trop des maisons…

    Je lis dans les commentaires que le photographe aurait pu aider cet ours, peut-être ou peut-être pas, je ne sais pas, de toute façon, la faute en incombe à l’humanité toute entière, l’homme est un grand prédateur et un grand destructeur pour les autres et au final pour lui-même…

    J’imagine que dans le futur , on regrettera de n’avoir pu protéger ces animaux lorsqu’ils auront disparus mais il sera trop tard…

    1. Selon Stephen Hawking, l’espèce humaine est en danger car la catastrophe est imminente. C’est peut-être de cette façon que les gens se réveilleront.

  4. des lois comme ça je les emmerde. Qui peut regarder, photographier et filmer ce spectacle sans porter secours à un animal? C’est comme regarder quelqu’un se noyer sans intervenir ou laisser une femme se faire violer dans le metro sans broncher.
    Gagner de l’argent avec ce genre de photo c’est légal mais aider les animaux est un crime?
    Ben qu’il les garde ses photos choquantes.

  5. Rien que de regarder la photo, ça me fend le coeur, alors le film…Pas question…Heureusement que je n’y étais pas …

  6. Michka est passé de glace à trépas.
    Tes griffes brunes ont rougi du sang qui s’est tari,
    Ta fourrure plume a glissé, tes os se sont arqués,
    Tes yeux éteints à hauteur d’herbe asséchée.
    Pardon Michka.