Voici comment l’innovation chinoise va changer le monde et l’industrie de la photographie

photo1

Je discute parfois avec un lecteur du blog. Cela se fait sans aucune animosité. Nos échange sont très civilisées. Notre dernière discussion portait sur la Chine et son évolution, qui se fait selon moi à vitesse grand V, et ce, même en photographie. Puis j’ai trouvé quelques articles sur internet nous expliquant comment la Chine est en train de changer le monde. Voici un résumé de ces articles.

La Chine changera le monde et c’est une évidence !

Des rues de Shanghai aux incubateurs technologiques de Shenzhen, en passant par les start-up de Pékin, l’innovation en Chine se développe à un rythme jamais vu auparavant. Le gouvernement chinois a l’intention de transformer la nation en un leader mondial de la science et de la technologie, et a stimulé le financement de la recherche et du développement dans tout le pays. Les universités et les instituts chinois entreprennent des recherches de pointe sur des technologies allant du big data à la biochimie, de la nanotechnologie à la robotique, tout en s’associant à des parcs scientifiques pour commercialiser ces innovations. Les entrepreneurs chinois sont de plus en plus des pionniers de l’innovation, que ce soit dans les produits ou les processus d’affaires, et s’adaptent constamment aux demandes en constante évolution du marché de la consommation chinoise.

En effet, au cours des 20 dernières années, la Chine a connu une croissance incroyable. C’est maintenant la deuxième plus grande économie du monde. Malgré son ralentissement récent, elle continue d’être l’une des économies les plus dynamiques du monde. Plusieurs experts s’attendent à ce que ce pays dépasse les États-Unis en tant que première puissance économique mondiale et cela dans environ 20 ans.

6 façons dont la Chine est en train de changer le monde

1. Le gaz de schiste

Le boom massif du gaz de schiste en Chine pourrait faire plonger les prix du gaz, ce qui pourrait faire dérailler le boom énergétique américain. Plus tôt cette année, PetroChina a annoncé une découverte de gaz de schiste dans la province méridionale du Sichuan, et à la fin de l’année dernière, China National Petroleum Corp., une société publique, a annoncé la découverte de réserves de gaz de schiste dans au moins 20 sites, chacun pouvant produire plus de 10 000 mètres cubes de gaz par jour. On estime que la Chine possède 1 300 billions de pieds cubes de gaz de schiste récupérable, les plus grandes réserves connues, et c’est sans compter les 827 billions de pieds cubes aux États-Unis. Cela pourrait changer la donne parce qu’il pourrait faire disparaître le besoin d’un pipeline que les Canadiens espéraient construire pour envoyer à la Chine son excès de gaz, ce qui pourrait faire chuter les prix du gaz et tuer le boom énergétique américain, selon Andrew Snyder chez Resource Investor.

2. Les terres rares

La domination de la Chine sur les terres rares perturbe la chaîne d’approvisionnement des produits de haute technologie. La Chine représente 97% de la production mondiale de 17 métaux des terres rares et a renforcé les restrictions à l’exportation (en augmentant les taxes et en abaissant les quotas). Cette décision a incité l’UE, les États-Unis et le Japon à déposer une plainte auprès de l’OMC. Les terres rares sont cruciales pour les secteurs de la haute technologie et de la défense, et les restrictions chinoises ont fait grimper les coûts des métaux et les coûts de production. Les critiques disent que la décision de la Chine de limiter les exportations des métaux eux-mêmes, mais pas les produits contenants ces métaux, montre que les restrictions sont plus un mouvement pour forcer les fabricants à déplacer leurs usines vers la Chine.

3. Le capitalisme d’État

D’autres pays en développement adoptent le modèle chinois du capitalisme d’État, qui constitue une menace pour le capitalisme occidental. La Chine est l’enfant du capitalisme d’État – une forme de capitalisme dans laquelle l’État possède des entreprises ou agit avec des entreprises pour entreprendre des activités économiques. Il est généralement caractérisé par un grand nombre d’entreprises publiques. Le capitalisme d’État tel que vu en Chine commence à constituer une menace réelle pour le modèle du capitalisme occidental . Suite à la crise économique dans une grande partie du monde développé, un nombre croissant de pays en développement surveillent ce qui constitue un meilleur modèle de gouvernance. Ceux qui critiquent l’incapacité du capitalisme d’État à stimuler l’innovation ne tiennent pas compte des économies telles que le Brésil et l’Inde qui ont démontré le potentiel d’innovation du capitalisme d’État.

4. La monnaie chinoise

La monnaie chinoise est en concurrence pour devenir une monnaie de réserve, ce qui pourrait menacer le dollar américain. La Chine prend des mesures pour rendre sa monnaie entièrement convertible d’ici 2015, et beaucoup s’attendent à ce qu’elle devienne une monnaie de réserve majeure dans la prochaine décennie. De nombreux pays ont déjà diversifié leurs réserves de change pour inclure le renminbi. Le gourou des matières premières Jim Rogers dit qu’avoir une monnaie non convertible est très stupide. Si le renminbi devait devenir une monnaie de réserve, cela remettrait en cause le rôle du billet vert dans le commerce et la fixation des prix de produits tels que les marchandises qui sont négociées sur le marché mondial. Cela permettrait également à la Chine d’emprunter à un taux moins élevé.

5. La plus grande économie du monde

La Chine sera bientôt la plus grande économie du monde. Les experts ne peuvent qu’imaginer ce que cela signifie pour les pays voisins et les autres grandes économies du monde. La Chine devrait remplacer les États-Unis en tant que première économie mondiale au cours des 15 prochaines années. L’essor économique de la Chine et ce que certains considèrent comme le déclin économique de l’Amérique a stimulé les discussions sur l’émergence de la Chine comme une superpuissance qui remplacerait les États-Unis. Alors que les réactions mondiales à la montée de l’économie chinoise ont été positives. La réponse à la puissance militaire chinoise croissante a été considérée avec méfiance. Dans la région, le pouvoir grandissant de la Chine aurait des répercussions sur les nations avec lesquelles elle a des différends territoriaux.

6. L’industrie automobile

L’axe de l’industrie automobile se déplace des États-Unis vers la Chine, où la croissance est astronomique. La Chine est le plus grand marché d’automobiles du monde. Un rapport d’IHS Automotive prévoit que les ventes annuelles d’automobiles en Chine augmenteront de 74% pour atteindre plus de 30,6 millions d’ici 2020. L’industrie automobile se concentre sur les États-Unis et la Chine avec des constructeurs automobiles et des fournisseurs qui se positionnent pour remporter la première place du géant asiatique. L’importance de la Chine pour le marché automobile américain est évidente compte tenu de la plainte déposée par l’OMC contre la Chine pour avoir imposé des droits sur plus de 3 milliards de dollars d’envois de véhicules américains principalement fabriqués par General Motors et Chrysler Group. Cela pourrait être un coup dur pour l’industrie automobile américaine qui récupère enfin après des années de dur labeur à reconstruire ce qui reste de cette industrie aux États-Unis.

Et la photo dans tout cela ?

David Selby de Lighting Rumours, a été invité il y a quelque temps, au siège social de Godox Photo Equipment Co.. Il nous raconte son expérience: Le directeur général de Godox, Eugene Zeng, qui nous servait du thé chinois traditionnel dans son bureau de feng shui, a raconté comment il a repris la société au bord de la faillite, mais depuis lors il a connu une croissance rapide et est devenu le premier producteur de flashs de Shenzhen et l’un des plus grands en Chine. Si leurs installations sont si grandes, comment se fait-il que nous entendions si peu parler de la marque ? La réponse fut « le service après-vente », selon le directeur Zeng. Alors que Godox se concentre sur le marché domestique chinois (ce qui n’est pas rien, compte tenu de la population du pays qui compte 1.3 milliards d’individus), ils disent qu’ils ne veulent pas se développer sur les marchés étrangers sans être en mesure de fournir un bon service client et réparer quelque chose qui prend du temps à faire correctement.

godox-factory_03

Cependant, vous verrez toujours des produits Godox vendus à l’étranger dans certains endroits, généralement sous une marque différente pour leurs clients OEM. Par exemple, en Allemagne, le Godox Leadpower LP-750 est renommé par Walimex, et en Pologne par Quantuum. En Chine, c’est une autre histoire, puisque tous les produits Godox vendus sont sous la marque Godox, ce qui fait que la société est apparemment très connue dans la communauté photographique chinoise. Dans le passé, vous avez peut-être vu des produits Godox sur le marché qui ressemblaient à n’importe quel autre engin chinois bon marché, mais depuis que l’entreprise a été restructurée, nous avons vu un nouveau logo et une image de marque plus moderne.

godox-factory_18

Selon M. Zeng, les entreprises ne peuvent espérer croître lorsqu’elles sont en concurrence uniquement sur les prix, car toute entreprise ayant de «faibles marges bénéficiaires» ne peut pas se permettre d’être innovante. Il explique comment les moules personnalisés pour l’une de leurs nouvelles lignes de produits coûtent des millions de renminbi (des centaines de milliers de livres sterling) quelque chose pour lequel les entreprises « ordinaires » n’auraient tout simplement pas les moyens de s’offrir.

godox-factory_23

En contournant le département d’ingénierie de l’entreprise, nous avons essayé d’examiner quelques produits top secret. Pas de photos autorisées ici, malheureusement, regardez uniquement. Pour faire comprendre son point de vue, M. Zeng fait remarquer que «c’est là que l’argent va», se référant aux piles de composants à moitié assemblées . Par conséquent, la poursuite de cette croissance doit être d’offrir « qualité et fonctionnalités » aux clients pour faire de grandes marges bénéficiaires qui apportent du capital pour la prochaine génération de modèles. Est-ce que cela veut dire que les autres entreprises chinoises se trompent ? Et la réponse du patron de Godox fut : « Juste différentes façons de faire des affaires. »

Le cas de Shenyang Zhongyi Optical and Electronic

Voici une autre entreprise chinoise qui en photographie est en train de se faire une place. Au cours des dernières années, Zhongyi Optics a lancé plusieurs optiques dans sa série « Speedmaster » Mitakon à mise au point manuelle à des prix très raisonnables. Par exemple l’objectif 35 mm f/0,95 Mark II est offert pour plusieurs montures, notamment Fujifilm, EOS-M et Sony E. Le site internet Fstopper a récemment procédé à un test. Voici leur conclusion : »Dans l’ensemble, cet objectif fait ce qu’il est supposé de faire. C’est un objectif exceptionnellement lumineux avec un beau rendu lorsque le diaphragme est grand ouvert. […] Si vous cherchez une profondeur de champ très étroite et un objectif amusant à utiliser; c’est l’optique que vous devez choisir. Ce que j’ai aimé : une raisonnablement bonne restitution des fins détails, un bokeh agréable à sa pleine ouverture, bien construit. Ce que je n’ai pas aimé : l’anneau d’ouverture glisse trop souvent, le pare-soleil n’est pas inclus, l’anneau d’ouverture sans clics audibles, le flare peut être difficile à gérer.

Comme vous pouvez le constater, la conclusion de ce test est « globalement positive ». Sur le site internet Zhongyi Optical c’est écrit dans la section about: « Shenyang Zhongyi Optical and Electronic Company (ZY Optics) est un leader chinois des fabricants d’objectifs et d’adaptateurs d’appareils photo. Nous fabriquons et distribuons actuellement des optiques et des adaptateurs turbo sous les marques «Mitakon» et «Zhongyi». En plus de notre propre marque Mitakon, nous concevons et fabriquons actuellement des objectifs pour diverses marques renommées d’optiques d’appareils photo dans le monde. Nous pouvons concevoir et créer des objectifs basés sur le prix et les spécifications demandés par nos clients. »

Conclusion

Ceux qui croient que la Chine est un pays sans importance, que toutes les grandes innovations proviennent des États-Unis ou des pays en Occident et que les Chinois fabriquent des produits « bas de gamme », se trompent et ce, même en photographie. Godox et Shenyang Zhongyi Optical sont de bons exemples.

De plus, saviez-vous que les terres rares sont utilisées dans les appareils photo ? Ces minéraux possèdent des propriétés chimiques servant à fabriquer entre autres des ordinateurs, des écrans, du matériel audio, des caméras, des appareils photo, des pièces automobiles, des ampoules ou des piles. La Chine estime quant à elle détenir seulement 30 % des réserves mondiales de terres rares, bien qu’elle fournisse 97 % des besoins de l’industrie et se penche sur les techniques de recyclage de ces terres rares dans les déchets électroniques. La production mondiale d’oxydes de terres rares de la Chine s’est élevée à environ 130 000 tonnes en 2010, constituant un quasi-monopole mondial.

447px-Rareearth_production-fr.svg Répartition de la production mondiale de terres rares de 1950 à 2000.

Un dernier exemple. Tim Cook qui a été invité à l’émission américaine 60 Minutes en 2015, s’est fait interroger par le journaliste sur les raisons qui poussaient Apple à faire produire ses iPhone, en Chine, et ce n’est pas parce que les travailleurs sont moins bien payés comme les gens croient. Voici la réponse de Tim Cook : « à cause des compétences. ». Le journaliste avait répliqué : « les Chinois sont plus compétents que les travailleurs américains ? Que les travailleurs allemands? » « Oui », lui avait répondu Tim Cook. Puis il avait tenté de se justifier: « la Chine a mis un énorme accent sur la fabrication et dans ce que nous appellerions, vous et moi des compétences professionnelles. Au fil du temps, les États-Unis ont commencé à cesser d’avoir autant de compétences professionnelles. Puis le journaliste lui avait demandé : »Parce qu’ils ont enseigné ces compétences dans leurs écoles ? » et Tom Cook avait répliqué : « C’est parce que c’était un objectif pour eux – c’est l’objet de leur système éducatif et c’est la réalité.

En terminant, ceux qui se demandent pourquoi je semble faire une obsession au sujet des produits chinois, je leur réponds; je ne fais pas une obsession, je n’apprécie tout simplement pas la façon dont les gens jugent les produits chinois, car comme tous les pays émergent, il faut du temps pour réussir à créer de bons produits. Alors ceux qui dénigrent les produits chinois feraient mieux de réviser leurs opinions au lieu de chercher à discréditer ce que fait la Chine. Dans les années à venir, le boom économique qui se produit en ce moment dans ce pays, ne tardera pas à avoir des répercussions dans toutes les sphères d’activité des pays occidentaux. La photo ne sera qu’une autre étape dans la domination mondiale de la Chine et cela est en train de se produire maintenant !

[via BusinessInsider / Lighting Rumours]

9 commentaires

  1. J’ai lu les 6 points et dans ma tête le titre a changer : « la Chine va bousiller le monde ».

    Pas plus que nous, sans doute… mais eux ils nous font peur, puisque c’est pas nous.
    Lol

  2. J’ai fait l’acquisition d’un flash cobra Godox pour évaluer la qualité de ces produits et j’ai trouvé effectivement un produit bien fabriqué au fonctionnement impeccable et une compatibilité parfaite sur les boitiers Nikon. Il faut donc regarder les produits chinois différemment, tout n’est pas « cheap », mal fabriqué et avec des matériaux de faible qualité !

  3. ce ne sont que des accessoires, ils font des pieds, saccoches, émetteurs-récepteurs, etc…
    mais en photo/vidéo pure, ils ont tout à faire et ça prendra du temps, ne serait-ce que pour qu’une marque s’installe et soit reconnue par les utilisateurs…

  4. Le problème n’est pas de savoir si les Chinois (ou d’autres) sont capables de faire de bons produits ou bien de faire des produits innovants, car à ces deux questions, on peut répondre oui sans trop prendre de risques tout en sachant qu’ils leur faudra, comme d’autres avant eux, encore un peu de temps (pas beaucoup) pour atteindre systématiquement le niveau de technologie et de fiabilité des produits des principaux pays en matière industrielle.

    Le vrai problème est de savoir si les pays économiquement évolués (comme la France) vont continuer de voir leur industrie (et par voie de conséquence leur Recherche & Développement) disparaître au profit de pays comme la Chine.

    Car, comme je le disais dans un précédent commentaire, les Chinois, qui sont tout sauf idiots et incapables, après avoir pendant des années fabriqué à très bas coût des produits industriels (au départ, technologiquement limités) pour le compte de grands groupes occidentaux, ont accumulé avec le temps, outre un savoir faire évident, des quantités faramineuses de dollars et se sont mis à investir massivement dans leur propre production, sous leurs propres marques.

    Bref, de petits employés, ils sont passés concurrents.

    Mais tout cela n’a été (et ne continue toujours d’être) possible que par la déréglementation, au niveau mondial, des échanges commerciaux et de la circulation des mouvements de capitaux DÉCIDÉE ET MISE EN ŒUVRE à partir des années 80 PAR LES DIRIGEANTS DES PAYS INDUSTRIELS OCCIDENTAUX EUX-MÊMES pour complaire à la volonté de rentabilité maximale des actionnaires des grands groupes industriels et de la finance de ces pays.

    Et cette déréglementation généralisée et à marche forcée a été « vendue » aux citoyens des pays occidentaux en question par leurs dirigeants politiques (qui roulent en fait pour…) et par les grands médias (qui sont tous contrôlés par…) comme étant la fameuse « mondialisation inévitable »…

    La suite, on l’a déjà vue : dans un premier temps, ce sont des pans entiers de notre industrie qui sont partis se relocaliser en Chine (et ailleurs) pour le plus grand bénéfice des actionnaires cités plus haut et pour le malheur des salariés de nos usines délocalisées.

    L’étape suivante est celle évoquée dans l’article, mais je pense qu’elle n’est pas forcément conforme à ce qu’avaient imaginé au départ les requins des grandes firmes industrielles et de la finance occidentales lorsqu’ils ont mis en place cette déréglementation/mondialisation pour satisfaire leurs instables appétits de dividendes, et qui pensaient peut-être que la Chine (comme d’autres) resterait pendant très longtemps une simple usine bon marché à leur service…

    Alors la question qu’il faut se poser est de savoir si nos dirigeants vont continuer à laisser les choses en l’état pour permettre à quelques financiers à l’esprit malade de satisfaire leurs ambitions à très court terme.

    Si c’est le cas, les Chinois (et d’autres) vont maintenant disposer de toutes les cartes (R&D et capacités industrielles, coûts de production ultra-bas, règles commerciales internationales) pour finir de liquider en peu de temps ce qui reste de notre industrie et donc aussi de notre R&D.

    Et lorsque nous auront en France 25 % de chômeurs et plus de pouvoir d’achat, ça nous fera une belle jambe de savoir si les produits chinois sont meilleurs ou pas que leurs concurrents japonais (ou français d’à l’époque)…

  5. Pour l’anecdote, j’ai acheté au printemps de cette année 3 flashs Bowens XMT (qui sont l’équivalent en mieux, question batterie, des Profoto B1) après avoir revendu un kit Profoto B2 dont les batteries se vidaient bien trop vite.

    Avant ça, j’avais acheté puis revendu un flash Phottix Indra 500 dont la batterie a rendu l’âme juste après la période de garantie (j’avais été séduit pas le concept double alimentation secteur/batterie).

    Tout ça pour dire que j’étais très content lorsque j’ai reçu mes Bowens XMT (qui sont d’excellent produits) jusqu’à ce que j’apprenne cet été ce dont vous avez parlé ici, à savoir que le fond d’investissement qui avait récemment racheté Bowens, la marque britannique de flashs, et Calumet, le distributeur de matériel photo/vidéo (britannique lui aussi et présent dans 3 autres pays européens), liquidait la marque de flashs (plus de 90 ans d’existence…) considérée comme trop peu rentable à pas pérenne face à la concurrence chinoise, notamment.

    Comme vous l’avez également et tout récemment relaté, c’est maintenant la marque allemande de flashs Multiblitz qui a annoncé son dépôt de bilan après 7 décennies d’activité.

    Beaucoup de gens en France répètent ce qu’ils entendent en boucle dans les grands médias (tous aux mains de la finance), à savoir que les problèmes économiques et industriels de notre pays viendraient de l’incapacité des Français et de leurs entreprises à s’adapter, se réformer, se remettre en question, vivre avec leur époque, etc, tandis que les autres pays surferaient avec délice et bonheur sur la vague de la mondialisation heureuse qui leur apporterait la prospérité et un avenir radieux.

    La réalité est bien différente et pour peu qu’on accepte de regarder les choses en face, on constate que personne ne pourra longtemps lutter avec des pays qui ont acquis (grâce à nos délocalisations) un vrai savoir faire industriel et qui pratiquent en même temps un dumping social (mais aussi écologique) contre lequel nous ne pouvons pas lutter, sauf à revenir sur certaines déréglementations commerciales ou bien… à aligner nos rémunérations salariales, nos conditions de travail, nos normes sécuritaires et écologiques sur celles des chinois et de quelques autres (comme la Roumanie, par exemple, qui ne produit pas de matériel photo mais d’autres produits industriels, qui a déjà les salaires les plus bas de l’Union européenne mais qui vient encore de baisser ces salaires de 20 % !).

    Alors pour revenir à nos problèmes de photographe, que doit-on faire maintenant avant de s’équiper ?
    Se demander qui sera le prochain de nos habituels fabricants qui mettra la clé sous la porte et se demander s’il ne vaut pas mieux investir tout de suite et exclusivement dans des marques chinoises que la « mondialisation (soit-disant) inévitable » ne peut que renforcer de jour en jour ?

    C’est gai…