PETA exige que toutes photos de primates dans des situations non naturelles soient bannies par Shutterstock

singe-2018

Après Apple qui s’est fait taper sur les doigts par plusieurs associations de protection des consommateurs, pour « pratique douteuse », c’est au tour de PETA de s’engager dans une lutte pour faire respecter les droits des singes en exigeant que Shutterstock supprime les photos de ces primates les montrant dans des situations non naturelles.

PETA secoue les consciences

En effet, suite à un récent appel de PETA, Shutterstock a décidé d’interdire toutes les photos de singes dans des situations non naturelles. Ce type de photos ne seront pas seulement interdites à Shutterstock, mais aussi à sa filiale Bigstock.

L’interdiction comprend les photos de primates dans tous les milieux qui leur sont non naturels, même les photos manipulées numériquement qui semblent anormales, ne sont pas non plus les bienvenues sur Shutterstock.

Comme l’écrit PETA, les singes utilisés en photographie sont «très jeunes et privés de tout ce qui est naturel et important pour eux, y compris le contact avec leur mère». Ils affirment que les photos d’animaux dans des conditions non naturelles peuvent nuire aux efforts de conservation. PETA souligne également que ce que nous voyons comme un « sourire » chez les chimpanzés peut être en réalité une expression faciale de la peur.

Selon les témoignages, PETA a discuté de ces problèmes avec Shutterstock. Ils ont conclu un accord sur le fait que des photos comme celles susmentionnées, ne seront plus autorisées sur ce site de photos. À partir de maintenant, Shutterstock interdira toutes les photos et vidéos qui représentent des singes dans les situations suivantes:

  • Porter des vêtements ou des accessoires, tels que des chapeaux ou des lunettes de soleil
  • Sont montrés dans un environnement de studio ou humain, tel qu’un bureau ou un cirque
  • Montrer un comportement entraîné ou non naturel, comme danser ou jouer
  • S’engager dans des interactions non naturelles avec les humains, comme se tenir par la main ou être détenu

Bien sûr, certaines photos restent autorisées. Vous pouvez toujours télécharger des photos de ces animaux dans des zoos, vivant librement dans des habitats naturels, bien que, nous puissions débattre durant de longues heures sur les zoos qui seraient «naturels» pour eux.

PETA écrit que « la décision de Shutterstock est le reflet de l’évolution des standards de l’industrie et de l’opinion publique ». Considérant que de nombreuses agences publicitaires et producteurs de télévision et de films ont cessé d’utiliser ces images, PETA espère que l’exemple de Shutterstock sera suivit par d’autres services de Stock.

Cette demande de PETA en fera peut-être sourire quelques-uns, mais pour ma part je suis entièrement d’accord avec cette organisation. Les animaux ne sont pas des « amuseurs public », ni des bêtes de cirques. Lorsque j’étais jeune, mes parents m’ont déjà amené dans un cirque, et je n’ai jamais compris ce qu’il y avait d’amusant à voir des animaux sauter dans des cerceaux ou faire les guignoles.

Ce ne sont pas des objets, mais bien des êtres vivants très évolués et nous n’avons pas le droit de les utiliser à notre guise. Regardez cette vidéo d’un éléphant qui pète les plombs et vous comprendrez ce que signifie un animal de cirque qui en marre d’être utilisé pour faire rire les gens :

Cette vidéo n’est pas de très bonne qualité car ce sont des images captées il y a plusieurs années avec de vieux smartphones, mais nous pouvons constater que tout ce que les policiers ont trouvé comme solution est de l’abattre.

[via PETA I PetaPixel]