la CIPA : Les chiffres de novembre 2017 montrent le déclin continu du marché des appareils photo numériques

cipa-2018

Je le mentionne souvent; le futur appartient aux smartphones et à la photographie computationnelle, afin de produire toujours de meilleures images, et les derniers chiffres de la CiPA semblent vouloir me donner raison. En effet, L’Association japonaise des appareils photo et produits d’imagerie (CIPA) a publié ses chiffres pour novembre 2017, et ils ne sont pas très encourageants pour les photographes « sérieux ».

Le déclin continue inexorablement

En résumé: la tendance à la baisse du marché des appareils photo numériques se poursuit, avec seulement 2 166 788 unités expédiées en novembre 2017, soit environ 17% de moins que l’année précédente, alors que presque un million d’unités supplémentaires avaient été expédiées le même mois en 2015.

cipa-chiffre-novembre-2017

La situation est très similaire lorsque l’on regarde séparément les appareils à objectif interchangeable. Avec un peu plus d’un million d’expéditions, le total en novembre est d’environ 20% inférieur au même mois des deux années précédentes.

En raison de la montée des smartphones de l’appareil d’imagerie de référence pour les utilisateurs occasionnels, le marché des appareils photo numériques avec objectifs intégrés a chuté également. À 1 163 523 unités expédiées, ce segment du marché a maintenant, au moins en terme d’expéditions, presque rétréci au même niveau que celui du segment des appareils photo à objectifs interchangeables.

La baisse d’une année sur l’autre en novembre n’est pas aussi spectaculaire pour les reflex numériques et les systèmes d’imagerie, mais par rapport à il y a deux ans, le nombre d’appareils numériques équipés d’optiques intégrées a réduit de près de 50%.

cipa-7-2018

À l’exception des tremblements de terre et autres catastrophes naturelles dans les régions de fabrication des appareils d’imagerie, le mois de novembre a tendance à être l’un des mois les plus forts des ventes au détail, ce qui rend ce rapport encore plus décevant. Espérons que les chiffres de décembre fourniront une bonne raison d’être plus optimiste quand ils seront publiés le mois prochain.

Conclusion

Pour ma part je ne suis pas étonné par ces chiffres. Les photographes « sérieux » devraient plutôt revoir leur approche de la photo. Les smartphones sont des appareils mieux adaptés pour les photos « de tous les jours », et pour plusieurs personnes, ils s’en contentent allègrement. L’unique espoir pour la photo est celui qui fait le moins parler de lui; cette fameuse photographie computationnelle qui ne cesse de progresser au détriment des appareils photo « traditionnels ». Mais lorsque je publie des articles sur cette nouvelle approche de la photographie, je ne reçois que des haussements d’épaules ou des commentaires me disant que cette expression n’est pas belle.

Si les gens ne suivent pas l’évolution de la photo, les chiffres de la CiPA continueront à décevoir. Il faudra bien un jour que les photographes en viennent à l’évidence que la photographie telle que nous la connaissons est dans une impasse. La photographie computationnelle sera l’avenir de la photo, et ce, qu’ils soient d’accord ou non.

En effet, comment peut-on ignorer des découvertes comme des optiques plus minces et moins chères, des capteurs dotés de dots qui sont plus sensibles à la lumière et qui seront utilisés dans les smartphones, des algorithmes qui transforment les photos en ce que vous voulez quasi instantanément, et la liste serait très longue. Faites de la recherche sur Google avec ces mots-clés « computational photography ». Vous serez étonné de ce que vous trouverez. La photo telle que nous la connaissons est en train de mourir une autre forme la remplacera – c’est aussi simple que cela !

[via Mirrorless rumorsDPReview]

20 commentaires

  1. Personnellement je ne hausse pas les épaules.
    Je me contente d’aller voir les photos prises par les meilleurs smartphones actuelles.
    Par rapport à la photo que je pratique actuellement, je trouve ce que j’ai sous le nez vraiment médiocre.
    Acceptable pour échanger par internet mais pas plus. Les visages sont comme de la cire même à bas iso, le bruit est rapidement horrible, les focales sont ultra limitées. Bref, on pourra me montrer n’importe quelle pub pour smartphone, ce sont les photos qui comptent. Et rajouter des pixels n’y changera rien (faut bien vendre de la nouveauté).
    Je ne critique pas ceux qui aiment prendre des photos avec leur tel. J’ai un iPhone 6s et c’est correct pour s’envoyer qqs clichés. Ça s’arrête là.
    Dans 10 ans on verra où on en est, mais entre un smartphone et un réflexe, aujourd’hui c’est incomparable si on cherche la qualité. La pub pour le Sony Xperia dit que les pros pourront l’utiliser comme 2ème boîtier.
    Ben on verra. 🙂

    La nouveauté fait s’éflammer les gens. Tenez par exemple la pub pour le dernier Panasonic gh9. La pub dit que les pros peuvent oublier les réflexes. Dpreview l’a emmené à un match de basket, ben… bref. Vous lirez la suite.

    1. Je suis d’accord avec vous, mais les chiffres de la CIPA montrent clairement le déclin des reflex. Je ne dis pas que les smartphones sont meilleurs, mais la solution pour remettre sur les rails la photo à long terme, ce trouve du côté de la photographie computationnelle.

  2. je poussoie Pat; même constat de mon côté. Je suis équipé d’un smartphone Lulmia 950XL, et malgré son capteur encore largement à le hauteur des meilleurs productions actuelles, je ne prends pas de plaisir à développer ses clichés (même en RAW) . L’ évolution est rapide, bien plus que celle des canikon, et peut-être qu’un jour les smartphones cannibaliseront l’ industrie des boitiers « pro ».

    1. C’est ce que je crois, mais tout cela se fera progressivement, sinon c’est la mort des appareils photo traditionnels. Les chiffres de la CIPA le montrent bien.

  3. Arghh non, pas computationnelle… 🙂

    Sinon, je suis d’accord sur le fond, mais je vais mettre mon ptit grain de sel.

    Je crois que pour l’avenir, les smartphones vont prendre facilement la place des compacts de base (c’est même déjà le cas). Je pense que seul les appareils à capteur plus qualitatif peuvent encore attirer les personnes. Genre Compact haut de gamme, Hybride et Reflex.

    Mais c’est aussi normal que les ventes baissent. Simplement parce que depuis cinq ans, les appareils photos ont atteint un niveau de qualité qui est largement suffisant. On a plus besoin de changer d’appareil comme avant. Les appareils ont atteint un palier de qualité et l’évolution n’apporte plus grand chose. Et c’est plutôt une bonne chose (pour le portefeuille). Par contre c’est moins bien pour les fabriquants.

    Le dernier matériel qui progresse beaucoup en photo c’est les smartphones et c’est peut-être pour ça qu’ils ont plus d’impact sur les ventes.
    Mais bientôt, les smartphones aussi vont atteindre un palier. Ils sont déjà sur le point de rattraper les ordinateurs avec un niveau de performance proche. Et vu que les ordinateurs ont aussi atteint un palier depuis 10 ans, les smartphones y sont presque.

    1. Bien que vous n’aimiez cette expression, pourtant c’est grâce à cette « nouvelle forme de photographie » que les appareils photo dépasseront ce que vous appelez des « paliers ». Ces limites en réalité n’existent pas, car elles sont le résultat d’une approche traditionnelle de la photo. la photographie computationnelle permettra de nous libérer de ces paliers.

      1. Je ne parle pas de palier dont il faut se libérer. Je parle de palier ou la qualité obtenue est tellement suffisante qu’il n’y a plus besoin de changer son appareil photo. Si l’appareil photo répond à 99% à votre besoin, plus la peine de le changer par un nouveau. L’évolution n’a plus d’intérêt. Plus besoin de monter en mégapixel, il y en a déjà trop, La dynamique est suffisante, les objectifs nickels…

        1. Je comprends votre définition de « palier », mais l’évolution de la technologie permet de faire mieux, alors pourquoi s’en priver ? Vous dites « Si l’appareil photo répond à 99% à votre besoin[…]. » C’est ce que disaient les photographes professionnels avec les films analogiques. Ils croyaient que le film répondait à 99% de leurs besoins, pourtant, le film a pratiquement disparu au profit du numérique. C’est qui arrivera, je crois, dans le futur. Les photographes rigoleront de nos apn, lesquels ne répondront plus à leurs besoins. L’évolution est un phénomène qui n’a aucune limite, la seule limite est celle que nous nous imposons.

  4. J’ai un iPhone 8, avec un appareil photo dessus qui est vraiment surprenant de qualité, il n’a rien à voir avec mes anciens iPhone, la progression est bien réelle… Et elle peut (ou pourra dans le futur) suffire à beaucoup de gens et amateurs, c’est pratique, léger, facile et on l’a dans sa poche tout le temps…

    les ventes d’appareils continueront à baisser inexorablement…

    Maintenant, pour ceux qui pratiquent la photo de façon professionnelle et qui gagnent leurs vies avec ce métier de photographe, ça ne sera pas suffisant et ceci je pense même dans l’avenir. Le risque, c’est que si les constructeurs ne vendent qu’aux pros et les amateurs abandonnent le marché des reflex, tout le marché de la photo va dégringoler…

    1. C’est la raison pour laquelle je parle dans mon texte de la photographie computationnelle. Via cette nouvelle approche de la photo, les smartphones égaleront les meilleurs reflex ou les sans miroir FF. Ce n’est qu’une question de temps et d’ouverture d’esprit, car j’ai cru percevoir une forme de conservatisme en photo que je ne comprends pas. À l’époque des films 35mm, Fuji et Kodak avaient mis le paquet pour produire de meilleurs photos. Pourtant l’évolution du marché de la photo les a fait chuter.

      Nous avons le choix, regarder le train passer en croyant qu’il n’est plus possible de produire de meilleurs « machines à faire des photos », ou embarquer dans le train pour découvrir une nouvelle forme de photographie. Pour ma part, j’ai choisi d’embarquer et de suivre l’évolution de la photo, et je laisse aux autres leurs certitudes.

  5. même si vous avez raison, pour le moment et à l’heure actuelle, les reflex ont un net avantage, on peut s’intéresser à ces nouvelles technologies, mais ça reste encore du futur, si un jour les smartphones font jeu égal avec les reflex, c’est certain que le marché bougera, … mais en attendant ? on peut suivre l’évolution, mais les reflex sont encore nos boitiers de prédilections tant que l’on propose pas autre chose…
    vu comment ça évolue, vous avez peut-être raison sur le fond, mais après, ça reste de la théorie, pour la pratique, il faut juste attendre les évolutions et s’y intéresser…

    autre chose, si vous avez raison, on peut presque déjà dire que le métier de photographe n’aura pas beaucoup d’avenir dans le futur… tout le monde sera photographe… sic !!

    1. Ce serait malhonnête de ma part de ne pas reconnaître que vous avez raison. Mais le futur, qui n’est pas si loin, vous fera changer votre vision des choses. Je lis régulièrement des articles en anglais sur la PC. et les gens seront bientôt étonnés. Pas demain, ni dans un mois, mais dans 4 à 5 ans. C’est inévitable et même souhaitable.

  6. Quand on a inventé l’ampoule électrique, beaucoup on prédit la mort de la bougie.
    Quand on a inventé la voiture, beaucoup on prédit la mort de l’industrie du cheval.
    Quand le mp3 est sorti, beaucoup on prédit la mort du CD.

    Dans les faits, toutes ces industries ont pris une belle claque. Effectivement.
    Mais aucune n’est morte. Pire, chacune de ces inventions a fait gagner du temps, de l’argent et de la praticité a tout le monde au détriment de « l’essence » des choses.

    Lorsque vous voulez un dîner romantique, vous prenez une ampoule ou une jolie lumière naturelle de bougie?
    Lorsque vous voulez une ballade rafraîchissante en pleine nature, vous prenez un 4×4 (qui fait du bruit et qui pollue) ou un cheval?
    Lorsque vous voulez profiter d’une belle symphonie, vous lancer un mp3 ou un CD (a défaut d’un vrai concert)?

    Pas de problème si certains veulent juste appuyer sur un bouton puis passer 10 minutes a inventer un bokeh qu’un smartphone ne pourra jamais produire. Rien que l’idee de savoir que tout va devenir plus ou moins faux dans la photo computationnelle me donne envie de la fuir. Ça n’est pas l’essence de la photo, précisément (et comme dit steph ça ne fait pas un bon photographe).
    Mais comme le mp3, il y a des chances que ça s’impose « à la masse ». Ce qui s’impose n’a jamais été synonyme de qualite. Mais ça contentera la plupart…

    1. Vous avez raison, mais je vous retourne votre logique, si ça ne fait pas un bon photographe, un bon photographe avec un mauvais appareil, ne fera jamais de bonnes photos. Pourquoi croyez-vous que le marché est segmenté en apn amateur, expert et pro ? Parce que les boîtiers pro font de meilleures photos (moins de bruit, montée en ISO plus grande tout en préservant une bonne image, une meilleure plage dynamique, etc.). Mais c’est vrai qu’il faut d’abord être un bon photographe (techniques, composition, etc.). Mais l’un n’empêche pas l’autre.

  7. Je suis désolé de vous contredire, mais un appareil photographique, aussi perfectionné soit-il, qu’il soit argentique, numérique, computationnel ou autres, n’a jamais forcément fait une bonne image.L’appareil photo n’est qu’un outil dans la chaine de production d’une image.
    Ce qui compte avant tout, c’est l’oeil du photographe et sa sensibilité.
    De nombreux photographes ont réalisé des images formidables, et on se moque de la marque de leurs outils: l’important c’est ce que l’on donne à voir, l’important c’est l’image !
    Pour exemple, je pense à Bernard Plossu qui, dans ces « carnets de voyages », a réalisé de magnifiques images avec un « instamatic », je pense aussi Wim Wenders et Helmut Newton qui ont tout deux réalisé d’ inoubliables polaroids, etc, etc,…les exemples ne manquent pas.
    Les outils évoluent, et de nos jours, on peut photographier en numérique, en argentique, avec un reflex un smartphone ou un sténopé,.. peu importe, l’important c’est que chaque photographe puisse trouver l’outil qui lui convient le mieux.
    La technologie propose, l’utilisateur, même si on le manipule copieusement, dispose, ( et les chiffres n’ont d’intérêts que pour les comptables ).

    1. Donc si je comprends bien vous me donner raison. Si l’appareil photo n’est qu’un outil, un smartphone doté de puissantes fonctionnalités computationnelles est également un simple outil. Il fera donc d’aussi bonnes photos qu’un reflex plein format à 2500 € si nous avons à la fois l’oeil du photographe et un smartphone, qui n’est qu’un outil comme vous dites ?

      1. L’outil ne me pose pas de problème, si qui me gène c’est que vous semblez nous dire que le seul avenir de la photographie, c’est la technologie.
        Personnellement, je pense que l’avenir de la photographie c’est la culture, et que comme tout bon artisan, c’est l’homme qui doit maîtriser son outil, et non l’inverse.

  8. la photographie comprend trop d’éléments différents pour répondre à ça, il faut simplement avoir le matériel adéquat à ses besoins…

    je remet ce lien d’un photographe présenté ici :
    http://www.marcusdesieno.com/surveillance-landscapes/
    là, effectivement, ce n’est qu’un outil… maintenant, ça reste limité à son univers (que j’aime beaucoup), si il veut faire des photos pour L’Oréal, c’est sur que ça va pas le faire avec ce matos là…

    Tout le monde a raison dans cette discussion mais il faut élargir son champs de vision et penser que la photo peut se diversifier dans énormément de domaines…

    si on en revient au sujet principal, Jupiter a raison, la photo computationnelle sera l’avenir et même le présent je dirai, on y est déjà avec les smartphones, qui finalement sont devenus la majorité des appareils photos actuels… Mais pour le moment, ça reste que amateur…
    (par exemple, j’imagine mal un photographe faire des portraits pour un trombinoscope dans une entreprise avec son iPhone, ça friserait le ridicule, un amateur peut le faire…)

    Cependant, comme le lien ci-dessus, il y a des exceptions et tout n’est pas figé…

    1. J’aime votre commentaire, il démontre que vous avez une belle ouverture d’esprit et une grande intelligence, car je n’affirmais pas la PC serait parfaite et adaptée à tous, mais que c’est simple une nouvelle approche de la photo, et qu’il faut en tenir compte.