Un dauphin décède parce que des touristes ont pris des selfies avec lui

dauphin_photo_1

L’être humain se comporte parfois de façon très étrange. Certains individus ne semblent pas avoir compris, qu’il faut respecter la nature, car sans elle, nous ne pourrions pas exister. Un très bon exemple ce sont les abeilles. Ces infatigables insectes pollinisateurs sont essentiels à la reproduction des plantes. Mais leur reproduction est entravée par des insecticides; ce qui est une grande menace pour la biodiversité de notre planète.

Les selfies

Depuis quelques années, nous assistons à une autre forme de stupidité, qui dans certains cas, est tout aussi dommageable envers la nature; il s’agit des selfies. Jusqu’où les gens peuvent aller pour un selfie semble être sans limite. Plus tôt ce mois-ci, un bébé dauphin était bloqué sur une plage en Espagne. Des touristes curieux ont utilisé le pauvre animal pour se prendre en photo avec lui, au lieu de contacter les autorités. Finalement, le dauphin est mort, en raison d’un niveau élevé de stress.

Un groupe de sauvetage de la faune marine Equinac a partagé la nouvelle et a fortement critiqué les gens pour leurs actes stupides. Comme l’indique Equinac, « le dauphin était effrayé et faible ». Malgré ces signes de stress, plusieurs individus en ont profité pour prendre des selfies avec l’animal. Sur les photos ci-dessous, nous ne voyons pas ces touristes prendre leurs selfies, car ce sont des photos venant de l’équipe de sauveteurs. Mais nous pouvons voir certains individus touchés l’animal. Ces photos viennent du compte d’Equinac sur Facebook:

L’un des visiteurs de la plage a finalement appelé le numéro d’urgence. Les sauveteurs d’Equinac sont arrivés 15 minutes plus tard, mais ils ne pouvaient rien faire. Au moment où ils sont arrivés, le petit mammifère était déjà mort. La cause était un arrêt cardiorespiratoire, causé par un niveau élevé de stress. Dans leur publication Facebook, les sauveteurs ont souligné que les dauphins sont une espèce protégée, et c’est une infraction pénale de les déranger.

crédit photo : Equinac

[via]