Les « Metalens » pourraient révolutionner les optiques telles que nous les connaissons

metalens-2018

Jusqu’à présent, les objectifs en métal plat qui pouvaient concentrer la lumière à l’aide de « nanopillars » étaient un domaine d’étude limité en photographie. Bien que ces objectifs plats soient 100 000 fois plus minces que le verre, ils ne peuvent fonctionner qu’avec une gamme limitée de couleurs, ce qui rend improbable qu’elles apparaissent très bientôt à la place des optiques traditionnelles.

Les « Metalens »

Mais tout a changé cette semaine, lorsqu’une équipe de la Faculté de génie et des sciences appliquées de l’université de Harvard ait annoncé qu’elle avait réussi à développer les premiers métaux permettant de concentrer toute la lumière visible, y compris la lumière blanche qui est le « spectre » de la lumière visible. C’est une percée majeure, et un grand bond en avant par rapport à l’annonce faite par la même équipe en février dernier, qui avait réussi à concentrer les couleurs allant du bleu au vert.

Cette découverte a été publiée dans la revue Nature Technotechnology, où l’équipe décrit une « Metalens » qui utilise « un réseau « nanofin » de dioxyde de titane pour focaliser de manière égale les longueurs d’onde de la lumière tout en éliminer les aberrations chromatiques ». En d’autres termes, lorsqu’un objectif traditionnel a besoin de plusieurs éléments de verre incurvés de différentes épaisseurs, pour concentrer le spectre entier de la lumière visible sur un seul point, ce « métal plat » fait exactement la même chose mais en utilisant des « nanostructures ».

Les détails de la conception de cette optique sont un peu compliqués à expliquer, mais les résultats sont faciles à comprendre. Federico Capasso, un des chercheurs qui a développé ces « Metalens » nous explique :

Les « Metalens » sont minces, faciles à fabriquer et rentables. Cette percée étend ces avantages à travers toute la gamme visible de la lumière. C’est la prochaine grande révolution.

La prochaine étape pour l’équipe est de produire un objectif plus grand; ils visent 1cm de diamètre. Dans le même temps, l’université de Harvard a déjà autorisé une start-up à utiliser sa découverte pour le développement commercial de sa technologie. Donc un produit qui utilise ces « Metalens » pourrait ne pas être aussi loin que nous pourrions l’imaginer.

metalens-5-2018

Pour plus de détails ou pour lire ce document, vous pouvez visiter le site internet du SEAS (School of Engineering and Applied Sciences) ou pour le document complet sur le site de Nature Nanotechnology.

crédit photo : Harvard SEAS

[via DPreview I Nature Nanotechnology]

2 commentaires

  1. Je pense qu’on a encore un peu de marge. Les titres s’emballent un peu, genre « un iPhone aussi fin qu’une carte de crédit ». Il faut qu’ils développent aussi de nouvelles batteries du coup ^^.
    Idem pour la taille du capteur qui pourrait diminuer. Sauf qu’aujourdhui plus on le diminue plus il est mauvais.
    Bref, sûrement prometteur mais il va falloir du temps avant de voir un objectif pour plein format avec cette technologie la.