Comparatif Canon CRaw vs RAW : verrez-vous les différences ?

Canon CRAW vs RAW

L’une des forces des derniers Canon EOS R5 et Canon EOS R6, c’est la présence d’un fichier RAW compressé. Le but ? Diminuer de moitié la taille des fichiers. Sur le papier, ce format est donc très intéressant. Mais est-ce qu’on perd quelque chose ? Le format C-RAW a-t-il un impact sur la netteté, la montée en ISO, le traitement des couleurs ou la dynamique ? Focus sur ce nouveau format. 

Qu’est-ce que le format CRaw ? 

Sur les hybrides Canon, le menu « qualité d’image » vous permet de choisir entre deux formats : 

  • RAW non compressé (14 bits chez Canon) 
  • CRaw (un fichier RAW compressé en 14 bits). 

Contrairement à d’autres marques, ce fichier compressé reste en 14 bits et ne passe pas en 12 bits. Et ça, c’est important ! C’est notamment ce qui vous permet de conserver la même dynamique. 

Mais sachez que ce qui fait varier le nombre de bits, ce n’est pas le fait de passer du format RAW au CRaw. C’est le mode d’obturation qui fait varier la profondeur de couleur. Pour être en 14 bits, il faut activer le capteur mécanique ou le 1er rideau électronique. En revanche, attention au mode rafale H+ ! Avec ce mode, vous allez passer en 13 bits et perdre en dynamique. Même chose pour l’obturateur électronique, il fait passer votre fichier en 12 bits. 

Pourquoi le format CRaw est-il si intéressant ? 

Des fichiers moins lourds 

Voici un petit récapitulatif des différentes tailles de fichier sur le Canon R5 :

  • RAW 47,5 MB 
  • CRaw : 22,3 MB 
  • JPEG : 12,4 MB 
  • HEIF : 13,1 MB

Et sur le Canon R6 : 

  • RAW 22,5 MB 
  • CRaw 11,1 MB 
  • JPEG 6,5 MB 
  • HEIF 7,3 MB

Entre 47,5 Mb et 22,5 Mb, il y a quand même une belle différence. Et qui dit fichier moins lourd, dit deux fois plus d’espace pour stocker vos photos ! 

Une rafale plus longue 

Sur le Canon R5 ou le Canon R6, vous avez déjà une vitesse de rafale très longue si vous êtes en RAW non compressé. Mais quand vous passez en CRaw, elle devient quasiment illimitée. Le processeur a beau compresser le fichier, on garde quand même un gain énorme en termes de buffer. Si vous faites souvent de la photo de sport, ce format CRaw sera parfait pour vous. 

Un temps d’import similaire au format RAW 

Je me suis amusé à faire quelques comparatifs sur Lightroom et Capture One. Le but était de tester le temps de génération des aperçus. Normalement, ça aurait dû être bien plus long avec le format CRaw. Et finalement, j’ai réussi à importer 24O RAW en 47 secondes sur Lightroom, et 36 secondes en CRaw. Une agréable surprise ! Jusqu’à présent, j’avais toujours trouvé des différences évidentes entre les RAW compressés et non compressés. Mais ici, ce n’est absolument pas le cas. 

Quels sont les inconvénients du format CRaw ? 

J’ai eu beau comparer des images en format RAW ou CRaw, c’était quasiment impossible de trouver des différences. Quels que soient l’ISO, les hautes lumières, les ombres, la dynamique ou l’endroit où vous regardez dans l’image, vous allez avoir du mal à savoir quel fichier est compressé ou non. La preuve avec ces quelques images. 

Finalement, il n’y a que dans des situations bien particulières que les différences sont visibles. 

Un peu moins de netteté en astrophotographie 

À 12 800 ISO, quand on regarde dans les plus petits détails, on s’aperçoit que la netteté est un peu meilleure sur le fichier RAW que sur le CRaw. Ce n’est pas une différence si importante, mais à l’aveugle, j’arrive à trouver quel fichier est le plus net. 

Moins de saturation et de contraste au niveau des couleurs

Comme certaines couleurs sont encodées avec les mêmes bits, on a plus de profondeur sur le format RAW. Les nuances sont plus fines, le rouge est plus saturé, la luminosité et le contraste sont bien plus présents. 

Malgré tout, ces différences sont vraiment minimes. Si personne ne vous les montre, ce n’est vraiment pas évident de les voir de soi-même ! 

Des fichiers moins bien gérés sur DxO et Topaz DeNoise

Format RAW à gauche et CRaw à droite 

Ces deux logiciels servent à retrouver 2 ou 3 stops au niveau de la réduction du bruit. Cette fois-ci, l’écart entre le fichier RAW et CRaw est significatif. Je ne sais pas si cette différence est liée à Topaz ou DxO qui gèrent mal le format CRaw, mais le résultat est beaucoup plus qualitatif lorsque je pars d’un fichier RAW. 

Mais c’est logique puisque la compression fait qu’on perd encore plus d’informations. Sur ce point, le RAW garde un vrai avantage ! 

Quand est-ce que je vous conseille d’utiliser le format C-RAW ? 

Pour faire court, le format CRaw peut être utilisé dans 99,9 % des situations. Le gain qu’il apporte est largement supérieur aux infimes inconvénients qu’il induit. Et encore, ces défauts ne sont visibles que dans des situations bien particulières. 

Mais si vous faites de l’astrophotographie ou un shooting pendant l’heure bleue, il vaut mieux utiliser le format RAW. Même chose si vous travaillez à haut ISO et que vous savez qu’il faudra faire une réduction poussée du bruit. 

En bref, c’est une énorme réussite de la part de Canon. C’est bien la première fois que le résultat est aussi propre entre un format RAW normal et un format RAW compressé. Avoir plus de 50 % de gain de place et quasiment aucune perte, c’est presque un miracle ! 

Et vous, est-ce que vous avez déjà vu des différences entre ces deux formats ? N’hésitez pas à partager votre expérience et à rejoindre notre communauté de propriétaires Canon

DAMIEN BERNAL

Sur le même sujet ...

%d blogueurs aiment cette page :