dave-paquet-photographe

Cette semaine nous débutons une nouvelle chronique qui vous fera découvrir des photographes du Québec. Pourquoi le Québec ? Parce que c’est un pays que j’aime profondément. Cette semaine nous vous présentons une entrevue avec le photographe Dave Paquet.

Comment réussis-tu à mettre en valeur ton sujet de la façon que tu veux?

Et bien étant dans le domaine hôtelier depuis presque 20 ans déjà, ma qualité première est de comprendre et ressentir ce que mes clients pensent et ressentent et ce qu’ils désirent. Alors je fais la même chose avec le ou les sujets avec qui je fais affaire.

Quel photographe t’inspire, et comment a-t-il influencé ta façon de penser ou de photographier?

Mon photographe préféré? C’est facile, un jour je cherchais des références en terme de photo automobile sur Google et j’ai tapé « Car Photography » et boom! Tel un génie, il est apparu devant mes yeux, il était partout peu importe ce que je tapais et qui avait rapport avec les voitures il était là. Un style raffiné, sombre, obscur et avec quelque chose dont je ne comprenais pas, mais je savais que j’aimais son style dès mon premier regard.

Philippines_2016-e1473952124732

Aucun tutoriel n’était disponible sur le NET ce qui rendait cette aventure encore plus intéressante, trouver tous les trucs et astuces pour démystifier ce style m’ont donné une nouvelle passion, celle de la photographie. Ayant découvert une partie de ces trucs, j’ai acheté mon premier flash « strobe » pour essayer l’une de ces techniques qu’il utilise pour les voitures, appelé « detailed shots » Pour cette technique il s’agit d’y aller à pleine puissance et de fermer le diaphragme de l’objectif au maximum pour y révéler tous les contrastes et l’énergie qui en émane. N’ayant recourt qu’à un seul flash à ce moment, car très dispendieux, j’ai innové en combinant une série de « detailed shot » pour créer des images jamais réalisées auparavant.

Durant ma première année d’apprentissage, ce dernier, Mr Tim Wallace me fera grimper sur la deuxième marche du podium dans un concours international nommé « I shot it ». Être jugé par son idole me donna des frissons et bien de l’intérêt pour ce que je fais maintenant, laissez-moi vous le dire. J’ai bien d’autres inspirations, mais Sir Wallace restera toujours le premier qui suscita mon intérêt le plus grand pour la photographie.

Qu’est-ce que tu veux faire ressentir dans tes photographies et comment fais-tu pour y arriver?

Étant quelqu’un de patient dans mon travail, j’aime prendre le temps d’en apprendre sur la personne avec qui je m’entretiens, connaître ses forces ou encore ses faiblesses, ce qui me donne toute la place désirée pour faire ressortir toute la plage émotionnelle de mon sujet. L’important c’est de bien connaître son sujet et la clientèle pour qui la photo est destinée. L’émotion et le désir font partie des critères que j’aime donner à mes photos, peu importe qu’elles soient faciles ou difficiles à réaliser.

Quels technologies, logiciels et équipements utilises-tu pour mettre en valeur tes photos pendant et après une séance?

Au départ, mon équipement ne contenait que des flashs manuels de marque « Alien Bees » très puissant dont un que j’utilise encore aujourd’hui mon x3200 de 1300 watts l’un des plus puissants encore sur le marché, qui donne un style bien différent quand on l’utilise à son plein potentiel. Pour l’appareil, je suis avec Nikon, présentement en plein format avec un D610, toujours trépied autour de mes épaules pour faire des photos en multiexpositions, car elle nous donne plus de latitude au niveau de la dynamique des détails.

jpeg_Mart-e1473952171119

Côté lentilles, et bien 3 lentilles qui couvrent bien l’ensemble des types de photographie, telle une 70-200mm 2.8 de Sigma pour le portrait principalement, une 50 mm 1.8 de Nikon et ma nouvelle arme la superbe 20mm 1.4 art grand-angle de Sigma encore, une pure merveille en terme de grand-angle, à cette dernière on y ajoute des filtres sur un système bien spécial qui nous donne la chance de pouvoir faire de très longues expositions mêmes en plein jour.

Dan_2014_jpeg-e1473952194523

Pour balancer le tout maintenant, j’ai recours à de nouveaux flashs modernes (TTL) de type (Flashpoint) très légers et portatifs pour faire de la photo de mariage, mais seulement quand les standards de qualités que je me suis fixés seront atteints, soit en 2017. Pour les logiciels, et bien, nos bons vieux classiques Lightroom et Photoshop sont mes meilleurs amis.

Qu’est-ce qui te motives de continuer à prendre de bonnes photos, économiquement, politiquement, intellectuellement ou émotionnellement?

Et bien, j’ai délaissé la musique lors de mes 21 ans, alors que j’étais à mon apogée dans cette dernière, alors aujourd’hui à l’aube de mes 40 ans, je crois que c’est le temps de continuer le travail artistique que j’aimais tant. Je le fais depuis presque quatre ans déjà et j’adore ce que je fais, je veux en faire de plus en plus et être ma source principale de revenus d’ici peu.

Marie_chevaux-e1473952152106

Apportez du bonheur chez les gens je le fais depuis 20 ans dans un domaine très demandant, j’ai cette expérience avec le public que plusieurs n’ont pas, comprendre, interagir, se soucier de l’autre, être à l’écoute des attentes… je ne fais que transposer tout ceci à la photographie pour en tirer le maximum de son potentiel. J’aime être différent, me distinguer des autres par un style instinctif.

Vous pouvez suivre le travail de Dave Paquet en visitant sa page Facebook.

source : pige québec

crédit photo : Dave Paquet

 

jupiter2000Photographe
Cette semaine nous débutons une nouvelle chronique qui vous fera découvrir des photographes du Québec. Pourquoi le Québec ? Parce que c'est un pays que j'aime profondément. Cette semaine nous vous présentons une entrevue avec le photographe Dave Paquet. Comment réussis-tu à mettre en valeur ton sujet de la façon...