L’été des Indiens au Québec : Un moment bénit pour les photographes

pexels-photo

Tous les Québécois connaissent l’expression « l’été indien », car elle nous rappelle que l’hiver est à nos portes et que l’été se terminera bientôt. Mais avant que l’hiver recouvre les terres d’un manteau blanc, l’automne prépare la nature à une période de dormance qui se manifeste par un spectacle d’une infinie beauté; c’est ce que l’on appelle au Québec « l’été des Indiens ». Durant cette courte période les arbres arborent des couleurs spectaculaires allant aux rouges écarlates aux jaunes flamboyants. Ces couleurs offrent un spectacle qu’aucun photographe ne devrait rater.

Si vous habitez dans la belle province, vous serez à même d’admirer ces couleurs que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. En fait, ce n’est pas tout à fait exact, ces couleurs proviennent essentiellement des érables à sucre. Ces derniers, lorsque l’automne arrive, perdent leur chlorophylle, qui permet d’absorber la lumière du soleil et de la convertir en énergie. Donc si vous habitez dans une région de la planète où poussent des érables, vous aurez droit au même spectacle.

Si l’automne au Québec est si spectaculaire, c’est que l’érable y est très abondant. Une montagne entière peut être recouverte de ces arbres appartenant à la famille des sapindacées. Voici comment vous préparer à photographier l’été des Indiens, cette courte période qui nous annonce l’arrivée prochaine de l’hiver. Mais avant d’aborder « l’aspect photographique » de cette période, voici quelques détails et informations concernant l’été des Indiens.

Les critères qui annoncent l’été des Indiens

En plus d’une chaleur anormalement supérieure le jour, lors de l’été des indiens, l’atmosphère est légèrement brumeuse avec peu de vent. Le baromètre est à la hausse et les nuits sont claires et fraîches. Une masse d’air polaire mouvante se transforme en un système anticyclone (haute pression) le plus souvent stagnant, qui a pour effet de provoquer le brouillard et une grande oscillation de la température entre le jour et la nuit.

Pourquoi nomme-t-on cette période l’été des Indiens ?

En fait , il y a plusieurs théories.Certaines affirment que cette expression nous vient des Algonquins, qui sont un peuple autochtone vivant en Amérique du nord, qui croyaient que cette soudaine hausse des températures était causée par un vent chaud envoyé par leur dieu Cautantowwi.

Toutefois, l’origine la plus probable remonte aux premiers colons de la Nouvelle-Angleterre. L’expression « été des indiens » a atteint l’Angleterre au 19ème siècle, pendant l’apogée du Raj britannique en Inde qui se produisit de 1858 à 1947. Cela a conduit à la croyance erronée que le terme se référait au sous-continent indien. En fait, les Indiens en question étaient les Amérindiens, et le terme a commencé à être utilisé à la fin du 18ème siècle.

L’expression « été indien » a été trouvée la première fois dans le livre « Letters From an American Farmer » d’un soldat franco-américain qui devint un fermier en 1778. Dans cet ouvrage il disait que :

Il y a souvent un gel intense qui annonce la venue d’une couche de neige, quoiqu’elle soit souvent précédée d’un court intervalle de douceur, appelé l’été indien.

Il y a eu plusieurs autres références à ce terme dans la littérature américaine au cours des cent années qui suivirent l’arrivée des colons Britanniques. Dans les années 1830, cette expression a commencé à être utilisé au sens figuré, pour désigner toute floraison tardive après une période de déclin, notamment en 1834 par John Greenleaf Whittier dans l’un de ses poèmes. Quant au lien avec cette période et les indiens, personne ne sait exactement d’où cela provient. Une théorie présuppose que cette période de redoux était causée par les feux de prairie délibérément allumés par les tribus amérindiennes. C’était également la période où les Premières Nations récoltaient ce qu’ils avaient semé durant l’été. Ce phénomène était également plus fréquent dans ce qui était alors les territoires indiens de l’Amérique du Nord.

shoshoni_tipis16

Un autre théorie veut que les premiers raids sur les colonies européennes par certaines tribus indiennes, se terminaient généralement en automne. Comme vous pouvez le constater, personne ne sait exactement d’où vient cette expression, mais le plus important à savoir c’est qu’elle annonce l’arrivée d’une période de redoux tant apprécié par les Québécois avant que les rudesses de l’hiver s’installent.

Les indices que l’été des Indiens arrive

L’été des Indiens se manifeste généralement par une période de redoux vers la fin de septembre jusqu’à la mi-novembre, lequel peut durer entre 3 et 15 jours en moyenne. Certains météorologistes croient que cette période serait associée à l’apparition d’ El Niño qui est une bande d’eau chaude de l’océan qui se développe dans le centre-est équatorial du Pacifique. Plus ce phénomène serait fort et plus l’été des Indiens serait doux.

Des couleurs féériques

Tous les pays connaissent cette saison qu’est l’automne, mais contrairement à certains pays dont les feuilles des arbres deviennent brunes, au Québec de par la présence des érables, surtout les érables à sucre, l’automne est une saison magnifique que tous adeptes de belles images devraient un jour pouvoir photographier. En effet, peu d’endroits dans le monde peuvent se vanter d’avoir quatre saisons vraiment distinctes. Le Québec est l’un de ces endroits. L’automne est en soi une activité pour les photographes. Les arbres se parent alors de couleurs éclatantes. Dans le nord de cette province, les montagnes, qui sont pour la plupart inhabitées, deviennent de magnifiques bouquets multicolores qui s’étendent à l’infini vers l’horizon.

pexels-photo-25155

L’apogée des couleurs se situe entre la fin septembre et la mi-octobre, mais si les photographes ne veulent rien manquer du spectacle que nous offre la nature, ils devraient préparer leur voyage dès la mi-septembre. C’est dans les régions au sud du fleuve Saint-Laurent, où la présence d’érables est très abondante, où vous pourrez le mieux profiter de cette période. Mais contrairement à ce que les gens croient, les couleurs des arbres ne sont pas causées par la température mais plutôt par la diminution de la lumière lorsque la période d’ensoleillement commence à devenir plus court et que les nuits plus froides arrivent rapidement.

Les températures sont-elles si différentes ?

Pour une personne venant de l’Europe, les températures de l’automne peuvent surprendre. En effet, alors qu’en France les températures sont réchauffé par des vents de sud-ouest et par le courant marin dirigé du sud-ouest au nord-est, le Québec connaît de brusques changements qui peuvent passer de 5 degrés Celsius par exemple à – 10 en quelques heures. Cette chute brutale se manifeste souvent à l’automne. C’est la raison pour laquelle l’été des Indiens est si populaire dans cette région de la planète car elle donne une légère pause aux habitants avant l’arrivée de l’hiver et de ses froids extrêmes.

pexels-photoaS

L’été des Indiens est donc un moment privilégié durant lequel la faune se prépare à la rudesse de l’hiver, tout en offrant un spectacle d’une beauté inégalée. Si vous décidez de visiter le Québec durant cette période, vous devrez apporter avec vous des vêtements qui vous protègeront de ces brusques changements de température. Car n’oubliez pas que, bien que l’été des indiens offre des températures plus clémentes, les nuits peuvent être assez froides, surtout pour un habitant du vieux continent.

L’équipement photo

Nous abordons ici le plus important, à savoir l’équipement photographique. Si vous ne voulez pas vous retrouver devant des paysages de rêves sans possibilités de bien les photographier, vous devez partir avec un équipement approprié mais sans que celui-ci ne soit trop encombrant. Les paysages étant souvent grandioses, un grand-angle s’avère fort utile. De plus puisque les journées sont plus courtes lors de cette période, utiliser un objectif lumineux vous permettra de prendre en photo des paysages tard le soir. Un grand-angle comme le Sigma 17-50mm f/2.8 EX DC OS HSM est un bon choix. Tout en offrant une ouverture constante, son diaphragme de 7 lamelles produit de jolies bokehs. De plus sa focale variable vous permet de voyager léger. Cette optique est vendu environ 340 € sur Amazon et elle est offerte pour les montures Nikon, Canon, Pentax et Sony.

preparer-son-sac-photo-de-voyage-materiel-a-emporter

Une autre optique qui vous sera utile est un zoom, car dans ces lieux loin des grandes villes, il n’est pas rare de rencontrer des orignaux, des outardes, et même parfois des ours. Le Sigma 120-300mm F2.8 DG OS HSM est un bon petit zoom qui vous permettra de photographier la faune sans avoir à vous approcher de trop près. Bien que son prix puisse faire frémir, il offre d’excellentes performances et produits des images d’une netteté inégalée. Vous le trouverez sur Amazon pour environ 2 800 € pour les montures Canon et Nikon.

Camping ou chalets

Nous abordons en terminant un aspect auquel vous devriez penser avant de partir en voyage au Québec. Il s’agit de l’équipement de camping. Dans la belle province, vous trouverez plusieurs terrains de camping, dont certains appartiennent au gouvernement alors que d’autres sont privés. Mais si vous prévoyez de passer plusieurs jours au Québec, la meilleure option ce sont des petites maisonnettes rudimentaires offertes par le gouvernement. Elles offrent un confort que vous ne retrouverez pas avec un équipement de camping traditionnel. Les plus chères sont dotées de panneaux solaires et peuvent abriter une famille entière, vous permettant ainsi d’avoir accès à un éclairage et quelques commodités durant votre séjour, car à l’automne le soleil se couche très tôt. Ces panneaux vous offrent également la possibilité de recharger les batteries de vos appareils.

161

le secret pour un voyage parfait

Vous devrez penser également avant de partir à quelques accessoires supplémentaires, comme un système de recharge adapté à votre appareil photo. Le secret en fait est de partir avec un équipement de base. Et ceci pour plusieurs raisons, notamment vous aurez peut-être à changer d’endroit afin de varier les scènes que vous prendrez en photo. Le Québec est si vaste, que se restreindre à un seul endroit n’est pas souhaitable. Si vous transportez avec vous un équipement photo trop lourd et encombrant, vous aurez du mal à changer d’itinéraire facilement. Un bon boîtier, des batteries supplémentaires, deux ou trois objectifs et un bon trépied devrait être suffisant. Si transporter avec vous un équipement plus complet ne vous effraie pas, vous pouvez ajouter un flash à DEL qui a l’avantage d’être moins énergivore que les flashs traditionnels, ainsi qu’une caméra GoPro pour filmer votre périple à travers les bois et forêts.

N’oubliez surtout pas les accessoires « de secours », notamment du ruban adhésif, des filtres polarisants et ND, des sacs en plastique, un nettoyeur pour votre capteur, un petit trépied, une tablette électronique pour voir vos photos le soir en revenant au chalet et plusieurs cartes SD. Ces chalets n’offrent pas de connexions à internet, donc si vous êtes le genre de photographes qui a l’habitude de mitrailler une scène, un bon système de sauvegarder de vos photos vous sera utile.

Des idées pour vos photos

Quant aux aspects créatifs, si vous êtes un photographe ayant déjà de solides bases en photographie, vous n’aurez aucune difficulté à tirer tout le potentiel de ces scènes de rêve; les poses longues, les filés d’une petite cascade, le reflet des couleurs dans une rivière, les étoiles de la voie lactée qui traversent les montagnes, un ours au loin qui cherche sa nourriture, toutes ces idées vous permettront de produire des photos inoubliables de l’été des Indiens.

Huron-Wendat traditional dresses and paint

Pour les plus téméraires, vous pouvez également vous rendre dans un village indien et rencontrer des gens merveilleux qui vous accueilleront avec joie afin de découvrir leurs traditions. Vous pouvez consulter le site Tourisme Autochtone, il vous indiquera les lieux et dates afin de ne pas manquer l’un de ces évènements durant votre séjour.

Conclusion

L’été des Indiens est une période de l’année au Québec qui vous offre les plus beaux paysages. Si vous prévoyez de partir en voyage au Québec durant cette période, consultez le site de la SÉPAC (Société des établissements de plein air du Québec). Près de 400 chalets de villégiature sont en location dans l’ensemble du réseau. N’oubliez surtout pas une chose; cette période peut être très courte, donc réservez tôt et renseignez-vous avant de partir. Si vous vous êtes bien préparé, vous reviendrez avec de magnifiques photos aux couleurs flamboyantes.

En terminant voici une petite vidéo réalisée par Michel Patenaude, qui vous donnera je l’espère le goût de partir à l’aventure dans cette belle région de la planète.

source : SÉPAC

crédit photo : Francis Vachon