Un photojournaliste canadien refoulé aux frontières des États-Unis sans explication !

photojournalisme-003

Pour le photojournaliste primé Ed Ou, son voyage le premier octobre aux États-Unis a commencé comme toute autre affectation. Mais alors qu’il se préparait à couvrir les manifestations de Standing Rock pour la SRC (La télévision d’état au Canada), il n’a jamais dépassé les frontières américaines.

Ou est un photojournaliste habitué à couvrir des évènements internationaux. Selon le Columbia Journalism Review, il a été détenu ou arrêté en Turquie, en Égypte, en Somalie, à Djibouti et au Bahreïn. Mais il ne s’attendait jamais à ce même traitement aux États-Unis, le pays des libertés individuelles. Lors de son arrivée à la frontière, il a été détenu et interrogé pendant plus de 6 heures, ses documents ont été photocopiés ou confisqués. Un peu plus tard, il a appris qu’il se trouvait sur une liste de « personne d’intérêt ».

L’ACLU (The American Civil Liberties Union), qui aidé Ou avec la direction des douanes et des frontières, a qualifié la perquisition « d’injustifiée et d’illégale ». Elle a demandé au gouvernement des États-Unis de détruire toute copie des données de Ou, d’expliquer pourquoi il a été arrêté, et de s’assurer que le photojournaliste n’aura plus à subir un tel traitement à l’avenir.

Le pays des libertés serait-il en train de devenir un état policier? À la lumière de ces évènements nous sommes en droit de le croire, car rappelons que Ed Ou n’a aucun casier judiciaire. Mais les véritables raisons de son arrestation viennent du fait qu’il voulait couvrir les manifestations de Standing Rock. Selon science et avenir :

Le combat mené par les Amérindiens dans la réserve de Standing Rock pour empêcher la construction de l’oléoduc DAPL, a pris une telle ampleur que des milliers de vétérans viendront assumer la sécurité des manifestants le 4 décembre 2016. […] Gaz lacrymogènes, jets d’eau glacée, lâcher de chiens sauvages sur les manifestants, arrestations et humiliations.

Voilà un bel exemple donné par ce pays démocratique où trop souvent l’argent l’emporte sur les droits et le respect des libertés des individus.

[via]

2 commentaires

    1. Je crois que Trump « détruira » son pays ou le fera reculer de plus décennie. C’est un mégalomane dangereux.