Mr JanGear : Les affûts flottants pour les photographes animaliers professionnels

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-011

Plusieurs photographes animaliers, utilisent pour prendre leurs photos de puissants téléobjectifs, comme le Canon EF 800mm f/5.6L IS USM ou le 600 mm f/4L IS II avec le multiplicateur de focal 1.4x monté derrière. Par exemple, un objectif 70-200 f/2.8 avec un multiplicateur de focal 1.4x devient un 98- 280 f/4. De cette façon, les photographes animaliers, peuvent prendre d’excellentes photos, tout en demeurant loin des animaux notamment des oiseaux vivant dans des étendues d’humides.

Les avantages des affûts flottants

Mais le problème avec ces téléobjectifs, c’est que les photos ne sont pas prises à la hauteur des animaux. Pour contourner ce problème, plusieurs photographes professionnels de la faune ont recours à un affût flottant. Cet accessoire permet de réaliser des photos dans des zones humides en marchant dans l’eau avec l’appareil fixé sur une rotule. Il est évidemment recouvert par une tente pour ne pas être visible par les animaux. Le photographe animalier, Amar Guillen, nous explique les avantages d’utiliser cet accessoire:

L’affût flottant offre la possibilité de photographier les sujets à hauteur des yeux. Il évite l’effet de plongée visible lorsque la photo est réalisée depuis une berge. Les clichés ont beaucoup d’impact et une très grande force dans les compositions.

De plus, les affûts flottants sont mobiles. Ils permettent donc de s’approcher au plus près des oiseaux, des insectes et des animaux vivants dans de vastes étendues naturels. Les photographes peuvent ainsi varier leurs cadrages en réalisant des plans larges ou des plans plus serrés, comme le feraient des photographes de portrait.

L’affût flottant de Mr JanGear

Pour obtenir des photos différentes sans cet effet de plongée, les affûts deviennent des outils inestimables, notamment ceux de Mr JanGear. Ils sont faciles à transporter dans des endroits éloignés et ils pèsent moins de 6 kilos. Monsieur Guilien a testé un des affûts de cette entreprise. Il nous dit ce qu’il en pense.

Nouveau dossier72

Le package est impeccable

Nos deux premiers affûts flottants ont été livrés chacun dans un sac épais. Nous avons été tout d’abord très surpris car un équipement complet ne pèse que 3 kilogrammes. Nous sommes très loin des 20 kilogrammes de l’affût artisanal que nous utilisions auparavant. Une fois déballé, l’affût se présente sous la forme d’une partie gonflable, d’une plaque en époxy pour fixer la rotule, d’une tente ou de deux arceaux. L’ensemble peut très bien tenir dans une valise de voyage de taille moyenne. Voilà qui nous ouvre des portes intéressantes pour de futurs voyages en Roumanie, en Ukraine ou dans des régions avec de belles zones humides.

Le boudin est gonflé à l’aide d’une pompe en deux minutes. Un clapet anti retour de qualité l’empêche de se dégonfler. La plaque d’époxy qui supportera la rotule nous demandera 7 minutes pour être montée. Le système basé sur des bouts imputrescibles est absolument ingénieux. Les arceaux sont montés en moins d’une minute. La tente quant à elle est fixée sur les arceaux en trois minutes.

Finalement l’affût flottant est assemblé en 12 minutes. La surprise est de taille car l’assemblage de l’affût artisanal nous demandait plus de temps. L’ensemble est très esthétique. La taille est petite. Le tissu composant le dôme est d’excellent qualité. Il résistera aux épines des ronces et la couleur ne passera pas de sitôt avec le soleil.

La légèreté est impressionnante

L’affût a été monté sur la terre ferme de la berge d’un étang. Nous le saisissons à l’aide de deux poignées intérieures pour le mettre à l’eau. Nous avons fixé notre rotule pendulaire dont le poids est deux kilogrammes. L’ensemble est absolument léger. Nous pouvons nous déplacer facilement en marchant. Dorénavant, nous pourrons sortir où nous voulons dans les étangs. En cas d’orage, nous pourrons sortir immédiatement et revenir à notre voiture sans avoir à traverser l’étang dans l’affût. C’est un avantage important en termes de sécurité.
Troisième constat : nous sommes vraiment au ras de l’eau

Une fois l’appareil photo fixé sur la rotule pendulaire, nous constatons que nous sommes beaucoup plus bas que les précédents affûts que nous utilisions. Nous sommes quasiment au ras de l’eau. Nous étions déjà satisfaits de la précédente solution mais cette fois nous serons vraiment à la hauteur des yeux des animaux notamment les canards et les grèbes. Même pour des photographes dont la taille est de plus de 1,80 mètre, la prise de vue est assez facile.

Les premiers déplacements dans l’étang sont impressionnants car l’affût se manœuvre facilement. Il ne créé pas de vagues. Il est parfaitement silencieux. Notre seul regret est qu’il ne possède pas une petite boîte pour ranger les clés de la voiture. Mais ce problème sera résolu dans les prochains jours avec l’utilisation d’un petit sac étanche fixé sur un arceau.

Les lucarnes sont parfaitement bien étudiées pour voir les animaux sans être vu. Un petit filet protège le photographe. Cette lucarne peut être fermée à l’aide d’une petite pièce de tissu qui se scratche avec de velcros. Dans nos anciens affûts nous étions obligés d’utiliser des épingles à nourrice pour fixer les protections. Tout a été bien pensé.

Nous sommes vraiment au ras de l’eau

Une fois l’appareil photo fixé sur la rotule pendulaire, nous constatons que nous sommes beaucoup plus bas que les précédents affûts que nous utilisions. Nous sommes quasiment au ras de l’eau. Nous étions déjà satisfaits de la précédente solution mais cette fois nous serons vraiment à la hauteur des yeux des animaux notamment les canards et les grèbes. Même pour des photographes dont la taille est de plus de 1,80 mètre, la prise de vue est assez facile.

Les premiers déplacements dans l’étang sont impressionnants car l’affût se manœuvre facilement. Il ne créé pas de vagues. Il est parfaitement silencieux. Notre seul regret est qu’il ne possède pas une petite boîte pour ranger les clés de la voiture. Mais ce problème sera résolu dans les prochains jours avec l’utilisation d’un petit sac étanche fixé sur un arceau.

Les lucarnes sont parfaitement bien étudiées pour voir les animaux sans être vu. Un petit filet protège le photographe. Cette lucarne peut être fermée à l’aide d’une petite pièce de tissu qui se scratche avec de velcros. Dans nos anciens affûts nous étions obligés d’utiliser des épingles à nourrice pour fixer les protections. Tout a été bien pensé.

Il peut être utilisé dans le vent ou la pluie

Durant nos semaines de prises de vues, nous avons été soumis à de nombreux aléas climatiques. Certains jours, nous avons eu beaucoup de vent. La forme en dôme de l’affût permet de bien résister. Même s’il est très léger, notre affût flottant ne s’est jamais envolé. Nous n’avons eu aucun problème à résister contre le vent.

D’autres jours, nous avons eu de la pluie. Nous n’avons jamais eu d’eau dans l’affût car la forme en dôme évacue immédiatement l’eau qui ne peut pas stagner sur la toile. Enfin, et c’est la majeure partie du temps, nous avons connu des jours ensoleillés avec même de très grosses chaleurs. Les fenêtres ont été très bien pensées car en les ouvrant toutes nous avons pu provoquer de légers courants d’air très rafraîchissants. Finalement, l’affût flottant de Mr Jean Gear a été parfait dans toutes les conditions climatiques que nous avons rencontrées.

Photographier dans 5 centimètres d’eau

Les affûts artisanaux que nous avons utilisés pendant des années étaient construits avec des pains de polystyrène très volumineux. La partie immergée de l’affût était d’environ de 15 à 20 centimètres. Il était quasiment impossible de se mouvoir lorsque la profondeur de l’eau devenait inférieure à 20 centimètres. De plus le poids nous empêchait de les transporter facilement sur une vasière.

Notre grande et agréable surprise a été de pouvoir évolué avec les affûts de Mr Jean Gear sur des zones nous avions à peine 5 centimètres d’eau. En effet, cette année la sécheresse a été importante et de nombreux étangs ont vu leur niveau d’eau baisser de manière drastique. Parfois, nous avons dû nous déplacer à genoux sur certaines vasières intéressantes pour la photo.

Ce fut un avantage énorme. Nous avons pu nous approcher de limicoles comme les vanneaux huppés et réaliser des photos exceptionnelles. C’est une approche que nous n’aurions pas pu effectuer avec les anciens affûts.

Les affûts flottants de « Mr Jan Gear » sont solides

Pour terminer cette revue de l’utilisation des affûts flottants de « Mr Jan Gear », nous devons reconnaître que malgré le faible poids et la construction avec des boudins gonflages, nous avons été surpris par la robustesse et la solidité des matériaux utilisés. Nous n’avons aucun problème pendant toutes ces semaines d’utilisation intense.

Conclusion

Les affûts flottants de « Mr Jan Gear » sont devenus des accessoires indispensables pour nous. Ils sont rapides à monter, faciles à utiliser, très manœuvrables, s’adaptent à toutes les conditions météorologiques, solides et robustes. La cerise sur le gâteau est qu’ils sont peu encombrants et peuvent facilement tenir dans une valise de taille moyenne. Nous sommes totalement satisfaits de notre choix. Nous attendons impatiemment les prochaines sessions photos dans les étangs.

Voici quelques photos depuis un affût flottant

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-12

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-11

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-10

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-09

bien-choisir-un-affut-flottant-amar-guillen-photographe-07

Au sujet de l’auteur

Amar Guillen est un photographe animalier professionnel passionné par les beautés de la nature. Il a choisi de devenir photographe professionnel pour partager et témoigner des émotions qu’il ressent quand il observe la nature. Il fait équipe avec sa femme Isabelle Guillen. Vous pouvez découvrir son travail en visitant sa page Facebook, sur Twitter, ou son site internet. Ce texte a été publié initialement ici et est publié avec le consentement de l’auteur.

crédit photo : Amar et Isabelle Guillen