NIMA : L’intelligence artificielle de Google peut vous aider à choisir vos meilleures photos

photo-google-2017

Si pour la nouvelle année qui débutera dans quelques jours, vous avez pris la résolution de participer à des concours sur la photographie, la technologie Nima de Google, pourrait vous aider à choisir celles qui ont le plus de chances de gagner.

Nima

En effet, Google a présenté le 18 décembre sa nouvelle technologie basée sur l’I.A., qui permet d’évaluer une photo sur plan esthétique et technique. Google nous explique :

La quantification de la qualité d’une image et de l’esthétique a été un problème de longue date dans le traitement des images et la vision par ordinateur. Alors que l’évaluation de la qualité technique traite de la mesure des dégradations au niveau des pixels telles que le bruit, le flou, les artefacts de compression, etc., l’évaluation esthétique capture les caractéristiques sémantiques associées aux émotions et à la beauté des images. Récemment, des réseaux de neurones « convolutionnels » profonds (CNN) formés avec des données étiquetées par des humains ont été utilisés pour aborder la nature subjective de la qualité d’une image pour des genres spécifiques de photos, comme les paysages.

La quantification subjective humaine n’est pas fiable, car elle peut être limitée, et elle classe généralement les images en deux catégories de qualité; faible et haute. Notre méthode prédit la distribution des évaluations. Cela conduit à une prédiction de qualité plus précise avec une corrélation plus élevée aux images générales.

Dans « NIMA: Neural Image Assessment », nous introduisons un CNN profond qui est formé pour prédire quelles images un utilisateur typique qualifierait de beau (techniquement) ou attrayant (esthétiquement). NIMA s’appuie sur des réseaux de reconnaissance d’objets profonds à la pointe de la technologie, en s’appuyant sur leur capacité à comprendre les catégories d’objets malgré de nombreuses variations. Notre réseau peut être utilisé pour non seulement marquer les images de manière fiable et avec une haute corrélation avec la perception subjective humaine, mais il est aussi utile pour diverses tâches subjectives et intensives comme le retouche photo intelligente, l’optimisation de la qualité visuelle ou la minimisation d’erreurs visuelles perçues dans une image.

Dans notre approche, au lieu de classer les images selon un score faible / élevé, la technologie NIMA produit une distribution des évaluations pour une image donnée sur une échelle de 1 à 10. Il s’avère être un meilleur prédicteur des préférences humaines par rapport aux autres approches.

Voici des exemples de quantifications basés sur des scores de 1 à 10 aux décimales près :

image3-001

Alors si pour la nouvelle année, vous avez décidé de participer à des concours, ne demander pas l’avis de vos amis ou personnes chères sur la qualité esthétique et techniques de votre photo, Nima le fera pour vous, et cela objectivement !

[via Google]

7 commentaires

  1. Et c’est bien la le problème, le juge d’un concours le fait avec toute sa subjectivité, pas seulement le jugement technique et esthétique, mais aussi l’émotion et/ou les associations culturelles et mémorielles personnelles ou collectives qu’une photo suscite, impossible à évaluer par un simple critère technique…

  2. S’il vous plait, merci de cesser d’utiliser les termes stupides d’intelligence « artificielle » , de « neurones je ne sais quoi » et autres inepties… :
    Toute cette technologie n’ est que de la programmation humaine destinée à faire fonctionner plus ou moins bien des machines.
    Quant à la notion d’esthétisme programmée par « big Gogol », si elle se rapproche de ce que la majorité des gens aime: je ne donne pas chère du futur de l’humanité !

    1. Ne me disputez pas ce n’est pas gentil, ces termes stupides viennent de Google. Moi je ne fais que relayer l’information.

    2. Ce coup là Jupiter2000 a parfaitement raison sur les termes (alors que je râle avec la photo computationnelle 🙂 ).

      On parle bien d’intelligence artificielle avec des réseaux neuronaux. Il s’agit d’un type spécifique de « moteur informatique » qui va apprendre des informations qu’on lui donne, un peu à la manière du fonctionnement des neurones. Et justement, on arrive à pouvoir reproduire des jugements subjectifs (et esthétique) car il se base sur tout une énorme base de jugements existants. Bien sûr, il est préférable que les jugements utilisés soit de qualité sinon ça gache le travail 🙂

      Pour une explication simple : https://www.youtube.com/watch?v=trWrEWfhTVg&t=4s

      1. D’ailleurs, on peut se poser des questions sur la qualité du travail, car sur les photos montrées je n’aurais pas systématiquement choisis les photos avec le plus de clarté (surtout la maison).
        Mais n’oublions pas que ce genre d’IA apprend tout le temps, elle va donc s’améliorer…

  3. pour ma part, je pense que l’on peut commencer de parler d’intelligence artificielle, dans la mesure ou les machines commences à remplacer les hommes, que ce soit google avec ses critères programmés, les voitures autonomes, ou les ordinateurs qui apprennent de manière autonomnes… (type Siri).

    bien sur, tout n’est que programmation et calculs, et il n’y a aura jamais un côté artistique dans le choix d’un ordinateur, mais ça serait un tort de dire que ça n’existe pas…

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_artificielle