Pourquoi la qualité de la 4K varie ? Tous les paramètres à connaître

Qualité 4K

La qualité de la 4K est primordiale pour les adeptes de vidéos. Mais attention, il ne suffit pas de se fier au logo 4K ! Eh oui, la qualité ne sera pas la même d’un boîtier à l’autre. Les constructeurs utilisent plusieurs méthodes : Full read out, Cropping, Pixel binning, Line skipping, Downsamping ou Oversampling… Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi ça modifie la qualité de la vidéo ? Quels critères faut-il prendre en compte pour avoir de bonnes performances ? Je vous explique tout ! 

Mes explications en vidéo pour mieux comprendre

Les différentes technologies de 4K

Aujourd’hui, les constructeurs ont un énorme problème : les appareils font aussi bien de la photo que de la vidéo, et trouver l’équilibre entre les deux n’est pas facile ! Certains appareils sont plutôt orientés photo grâce à un nombre élevé de mégapixels (45 Mpx ou 61 Mpx notamment), alors que d’autres sont plus performants en vidéo. Bien évidemment, ils peuvent faire les deux, mais il y a toujours des compromis. Alors quand on voit l’étiquette 4K, on est souvent rassuré. Et pourtant, ça ne suffit pas pour connaître la qualité exacte que vous allez obtenir ! Voici les avantages et les inconvénients des méthodes employées par les constructeurs. 

Le cropping 

Cette technologie est celle qui vous offre la moins bonne qualité. En effet, elle consiste à recadrer l’image en n’utilisant qu’une petite portion du capteur lorsque vous filmez. Par exemple, si vous utilisez un objectif grand-angle, vous allez vous retrouver avec un zoom énorme. Résultat, les artefacts et le moiré seront beaucoup plus visibles. 

Un exemple d’artefact

Le Line Skipping 

Avec cette méthode, le grand capteur est conservé, mais une ligne sur deux va être lue. C’est ce que font la plupart des appareils avec beaucoup de mégapixels comme le Nikon Z7, le Sony A7R IV ou le Panasonic S1R. 

Pour faire de la 4K, sachez qu’il ne faut que 12 Mpx. S’il y en a plus, votre appareil va devoir tout ramener à 12 Mpx. Mais quand vous avez 41 Mpx ou 61 Mpx, ce n’est pas évident de revenir à ces 12 Mpx ! Avec le Line Skipping, vous allez obtenir une image beaucoup moins détaillée et un effet de moiré et d’artefact augmenté. En plus, l’aliasing est beaucoup plus présent puisque ces appareils photo ne possèdent pas de filtre anti-aliasing afin d’optimiser le piqué. Les photos sont plus nettes, mais en contrepartie, les artefacts sont moins bien gérés en vidéo. 

Pour profiter d’une belle qualité de 4K, cette technologie n’est pas vraiment celle qu’il faut privilégier. Mais malheureusement, vous n’avez pas trop le choix si vous avez un appareil de 45 ou 61 Mpx. Les constructeurs peuvent difficilement faire mieux ! 

Le Pixel Binning 

Avec le Pixel Binning, les pixels sont combinés. C’est un choix un peu plus ingénieux puisque vous ne perdez pas autant de détails. La gestion du bruit et des artefacts est également mieux maîtrisée, mais ce n’est toujours pas la solution miracle ! En effet, votre appareil va rapidement surchauffer à cause du processeur qui est sollicité pour combiner les pixels. 

L’OverSampling ou le DownSampling

Ces deux termes veulent dire la même chose, et il s’agit là de la meilleure méthode choisie par les constructeurs. Elle consiste à prendre une résolution plus grande, puis de la ramener en 4K. Il n’y a que comme ça qu’on obtient la qualité de 4K la plus performante. Par exemple, le Sony A7 III va lire tous les 24 Mpx de son capteur, sans sauter de lignes. C’est donc de la 6K qui va être transformée en 4K. Le Canon R5 utilise la même méthode avec son capteur de 45 Mpx qui est capable de faire de la 8K. Mais pour produire de la 4K (qui nécessite uniquement 12 Mpx, je vous le rappelle), il faut que l’appareil transforme la 8K en 4K haute qualité. Et avec tout ça, le processeur va énormément chauffer ! C’est le principal inconvénient de cette technologie. Comme je vous le disais, il y a toujours des compromis à faire. 

Le Canon R5 propose la meilleure qualité 4K du marché, mais il en est capable pendant 20 minutes seulement. Après, vous devez attendre quasiment 2 h pour refaire 20 ou 25 minutes de vidéo. Certaines astuces vous permettent d’augmenter légèrement ce temps d’enregistrement, mais vous ne pourrez jamais filmer pendant 1 h ! 

Le Full Read Out 

Le Sony A7S III, un boîtier spécialement dédié à la vidéo (mais qui fait également de la photo), n’utilise aucune des méthodes précédentes. La qualité ne sera pas aussi fabuleuse qu’avec le DownSampling, mais vous allez pouvoir filmer pendant beaucoup plus longtemps que 20 minutes ! 

Finalement, ce boîtier fait le choix le plus malin : il mise tout sur la vidéo avec son capteur de 12 Mpx. Ce dernier simplifie énormément les calculs pour permettre à l’appareil de produire de la 4K. C’est ce qui permet d’avoir une bonne qualité, sans limites de temps d’enregistrement et sans que l’appareil surchauffe. Cette méthode est certainement celle qui convient le plus aux amateurs de vidéo. Même s’il n’y a pas la belle étiquette 8K ou 6K qui fait rêver, c’est finalement la seule qualité de 4K qui ne fait aucun compromis !

L’importance du BitRate pour déterminer la qualité de la 4K

Un autre paramètre entre en jeu lorsque vous voulez une bonne qualité de vidéo : le nombre d’images par seconde. À la base, la 4K propose du 25 i/s ou 30 i/s. Mais désormais, on aime beaucoup faire du 60 i/s, voire du 120 ou 240 i/s. C’est pour ça que le BitRate est lui aussi très important ! Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit tout simplement du taux de compression de votre image. Si vous faites du 240 i/s, votre carte SD doit être capable d’écrire 240 photos en une seconde. Et ça, ce n’est pas toujours évident ! Pour résoudre ce problème, les constructeurs ont tendance à diminuer le BitRate, et donc la qualité de votre image. 

Voici un petit exemple. Sur le Fujifilm X-T4, on a un BitRate de 400 Mbps pour 30 i/s. Selon le nombre d’images, ce BitRate va diminuer. À 120 i/s, il ne sera plus qu’à 40 Mbps. Et à 240 i/s, le BitRate passe à 20 Mbps. La différence avec le début est énorme ! Plus vous augmentez le nombre d’images (pour faire du ralenti et avoir un rendu cinématographique), plus vous perdez en qualité. 

Voilà encore un paramètre à prendre en compte si vous voulez profiter d’une bonne qualité de 4K. Il ne suffit pas d’avoir une belle qualité avec le taux d’image standard, il faut aussi que cette qualité soit maintenue quand le nombre d’images augmente ! C’est d’ailleurs ce qui m’a impressionné avec le Sony A7S III. Quelle que soit la fréquence d’image (30 FPS ou 120 FPS), la qualité reste la même et il n’y a aucun problème de surchauffe comme avec le Canon. 

Les différents critères à prendre en compte pour avoir une bonne 4K

Si vous voulez une belle qualité de 4K, il faudra aussi surveiller tous ces éléments :

  • Le codec utilisé par votre appareil qui varie d’une marque à l’autre. C’est ce qui vous permet d’encoder des données pour les décoder et lire un fichier vidéo. Certains codecs sont plus optimisés que d’autres. Ils ne demandent donc pas la même puissance à votre ordinateur. Par exemple, le codec Canon est plus difficile à manipuler que le codec de chez Fujifilm ou Sony. 
  • L’échantillonnage de la vidéo (4:2:2, 4:2:0, 4:4,4).
  • La profondeur des couleurs (8 bits ou 10 bits).
  • La possibilité de filmer en RAW voire en RAW 16 bits comme sur le A7S III.
  • La présence ou non du mode LOG (la plupart des appareils le font, mais certains sont plus adaptés que d’autres).

Enfin, ne vous fiez pas uniquement à la 4K. Voici d’autres paramètres importants pour faire de la vidéo :

  • L’écran est-il sur rotule ? 
  • Est-ce que vous allez perdre le viseur et l’écran si vous utilisez un moniteur externe (c’est notamment le cas sur le A7 III) ? 
  • Quels sont les différents types de ports présents sur votre appareil ? 

Vous l’avez compris, il y a énormément de paramètres à contrôler avant de choisir votre appareil photo destiné surtout à la vidéo. Mais désormais, vous n’oublierez pas de vérifier tout ça ! 

Sur le même sujet ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :