nouveau guide : "La vérité sur les belles photos" (gratuit)

Quel trépied photo choisir ? Le guide complet pour s’y retrouver

choisir trépieds

Table des matières

L’accessoire numéro 1 du photographe, c’est bien le trépied photo ! Que vous fassiez de la randonnée, de la photo animalière, du portrait ou de l’astrophotographie, vous allez forcément en avoir besoin. Le plus difficile, c’est de trouver le modèle adapté à vos besoins. Si vous êtes perdu, j’ai ce qu’il vous faut ! Voici un guide complet pour savoir quel trépied photo choisir : alu vs carbone, type de rotule, hauteur, prix, charge maximale… On fait le point sur tous les critères à vérifier pour trouver le meilleur trépied et la rotule adaptée. Retrouvez également en fin d’article tous les modèles que je vous conseille. 

À quoi sert un trépied photo ?

Un accessoire indispensable 

Commençons par la base, pourquoi utiliser un trépied en photographie ? Très rapidement, voici ses deux fonctions principales : 

  • Stabiliser votre appareil photo (eh oui, un être humain ne peut pas être parfaitement immobile !) ; 
  • Vous offrir plus de liberté. Avec un trépied, vous pouvez poser votre appareil pour prendre un selfie, préparer votre composition et vaquer à vos occupations jusqu’au bon moment, faire des poses longues… 

Le trépied c’est la base pour un photographe (débutant, amateur ou professionnel) !

Anatomie d’un trépied 

Et maintenant, quelques notions techniques. Un trépied possède trois parties distinctes (de haut en bas) : 

  • La rotule : celle qui accueille l’appareil photo et qui est chargée de le mouvoir. C’est une pièce interchangeable qui se visse. Selon votre besoin, vous pouvez utiliser différents types de rotules (je les détaille dans la suite de l’article). 
  • La colonne centrale : tige sur laquelle est installée la rotule. Elle peut se déployer pour gagner en hauteur. Certains trépieds n’en ont pas.
  • Les 3 jambes : celles qui garantissent la stabilité de votre appareil.

L’erreur à ne pas faire avant d’acheter son trépied photo 

Il y a tellement de choix de trépieds que c’est facile de se laisser tenter par le premier modèle venu. Mais attention, ne faites pas l’erreur classique du débutant : ne prenez surtout pas de trépied d’entrée de gamme à 50-60 € !

Pourquoi ? Parce que ces trépieds premier prix vont vous faire galérer ! Ils sont en plastique (ou en alu de mauvaise qualité), sont trop légers et souvent trop souples. 

Vous allez vous retrouver avec un trépied qui tremble, qui se manipule difficilement et qui vieillit mal. En plus, certains modèles ont parfois une rotule fixée non interchangeable. Vous n’allez pas pouvoir la changer selon votre besoin du moment, et il faudra tout racheter… Pas très pratique. Au final, acheter pas cher revient parfois beaucoup plus cher ! 

Exit le trépied d’entrée de gamme, voici tous mes conseils pour choisir le meilleur trépied photo !

8 critères à prendre en compte pour choisir un trépied 

Tous les choix à faire concernant un trépied photo sont liés à une seule chose : la stabilité. Mais comme le diable se cache dans les détails, il y a plein de paramètres à prendre en compte… Je vous explique tout ce qu’il faut regarder pour ne pas vous tromper. 

1 – La matière : alu ou carbone ? 

Les trépieds sont en général conçus soit en carbone, soit en alu : 

  • L’aluminium : c’est moins cher et ça offre une belle rigidité. C’est un beau matériel qui vieillit très bien. 
  • Le carbone : c’est plus cher que l’alu, mais c’est mieux (moins lourd, plus stable, meilleure résistance aux tremblements…). 

En bref, l’aluminium c’est très bien, mais le carbone fait tout mieux. Plein de marques proposent des trépieds en carbone. Difficile de toutes les citer, mais voici les principales : Manfrotto, Vanguard, Benro, Peak Design, Sirui

2 – La hauteur

Quelle hauteur doit faire un trépied photo ? D’abord, sachez qu’il faut tenir compte de la hauteur pliée et de la hauteur dépliée (sans colonne et avec colonne). Selon votre taille, tous les trépieds ne vous conviendront pas. Si vous êtes grand et que vous devez vous courber pour regarder dans le viseur de votre appareil photo, c’est pas super confortable… 

Pensez donc à vérifier que la hauteur dépliée de votre trépied est suffisante. Le plus dur, c’est de trouver le compromis parfait entre l’encombrement et le confort que ça vous offre sur le terrain. 

3 – Le nombre de sections 

Pour un même trépied, vous allez devoir aussi choisir le nombre de sections. Personnellement, j’aime bien les trépieds avec 4 à 5 sections. C’est le compromis idéal entre stabilité et encombrement. 

4 – La charge maximale admissible 

Je vous conseille de toujours doubler la charge maximale. Par exemple, si votre matériel pèse 5 kg, il vaut mieux prendre un trépied prévu pour 10 kg. Et là, pas de miracle ! La charge admissible dépend surtout du diamètre des jambes. Plus le diamètre est large, plus le trépied peut supporter de poids. Malheureusement, un trépied charge lourde est souvent plus encombrant que les autres…

5 – La colonne centrale 

La colonne centrale, c’est un vaste débat… On trouve de plus en plus de trépieds qui n’en ont pas (notamment pour éviter les tremblements). Si vous allez shooter dans une rivière ou en Islande avec de grosses rafales de vent, oubliez la colonne centrale ! 

Pour ma part, je continue d’aimer les colonnes centrales et de les utiliser (elles permettent d’aller plus haut !). Et comme les hybrides ont maintenant des capteurs stabilisés, ça compense un peu les légères vibrations occasionnées par la colonne. 

Différence d’encombrement avec 2 trépieds qui montent à la même hauteur (l’un sans colonne centrale, l’autre avec colonne)

En plus, la différence d’encombrement entre un trépied avec colonne centrale et un trépied sans n’est pas si énorme. Encore un choix difficile à faire, qui va dépendre de vos habitudes de shooting.

Si vous êtes un photographe de montagne qui shoote dans des conditions très venteuses, ne vous embêtez pas à transporter un trépied avec colonne centrale. Dans 9 cas sur 10, vous n’allez pas pouvoir l’utiliser ! 

En bout de colonne centrale, il y a généralement un crochet pour vous permettre de pendre un sac et d’alourdir votre trépied. Mais attention, c’est pas l’idée du siècle d’avoir un sac qui se balance sur le crochet et qui produit encore plus de vibrations ! 

Petite astuce : j’utilise des piquets de tente et un câble que je tends bien entre les crochets. Avec ça, le trépied est bien stable et y a rien qui bouge !

6 – Les jambes inclinables 

Un bon trépied doit pouvoir s’adapter à toutes les situations ! Vous devez vérifier que les jambes sont inclinables, et surtout, si elles sont indépendantes. Il vous faut quelque chose de parfaitement flexible (une jambe du trépied sur le trottoir, les deux autres sur un muret par exemple). 

Il y a même certains trépieds qui peuvent inverser la colonne ou la déporter. Ce n’est pas quelque chose que j’utilise mais ça peut servir suivant votre utilisation ! Le problème, c’est que ça va alourdir le trépied et le rendre plus cher… 

7 – La hauteur minimale 

On a beaucoup parlé de hauteur maximale mais il faut aussi regarder la hauteur minimale ! Si vous voulez faire de la macro (un champignon en forêt par exemple) et que votre trépied ne peut descendre qu’à 50 cm minimum, vous allez être embêté… Alors pensez à vérifier la hauteur minimale avant d’acheter votre pied photo. 

8 – Le transport du trépied 

Dernière chose à prendre en compte : le transport doit être le plus simple possible ! À vous de voir si vous préférez porter votre trépied en bandoulière ou sur votre dos. Certains trépieds sont compatibles avec une sangle, d’autres non. Par exemple, les trépieds Leofoto ont tous une sangle universelle qui s’enlève très facilement. 

Finalement, tout ça doit vous aider à vous poser les bonnes questions et à définir quel est votre besoin. Mais il y a tellement de trépieds qui sont bons dans un domaine qu’il faut forcément faire des compromis ! 

Comment choisir sa rotule photo ? 

Avec les rotules (ou tête de trépied), vous avez l’embarras du choix ! Comme je vous l’expliquais plus haut, il vaut mieux éviter les trépieds entrée de gamme avec rotule fixe. L’idéal, c’est de les acheter séparément. Une rotule, c’est comme un trépied : c’est un investissement long terme (elle se garde longtemps !). 

Pour faire les bons choix, voici les différents types de rotules selon leurs usages.

Rotule ball, le choix standard 

Légère et compacte, la rotule ball a l’avantage d’être très rapide à utiliser. Il suffit d’actionner le verrou pour déverrouiller l’appareil et le bouger dans tous les sens. Mais attention, n’oubliez pas surtout de la verrouiller (sinon l’appareil tombe, il n’y a pas de sécurité) ! 

Son défaut ? Ce n’est pas la plus précise. Vous ne pouvez pas positionner votre appareil au degré près avec ce type de rotule. 

De plus, elle ne sépare pas les axes. Vous pouvez bouger dans tous les sens, mais impossible de faire un mouvement parfait de haut en bas ou de gauche à droite. Ça va forcément bouger un peu ! 

Selon moi, c’est vraiment un excellent compromis pour du voyage (uniquement en photo, elle n’est pas du tout adaptée à de la vidéo). 

Rotule 3D 

Avec une rotule 3D, vous avez 3 manettes par axe : 

  • Une pour déplacer l’appareil de gauche à droite 
  • Une autre pour aller de haut en bas 
  • Une autre pour changer l’inclinaison 

Chaque axe est indépendant. Vous allez donc pouvoir faire des réglages précis et plus fluides en vidéo. 

Ses inconvénients : 

  • Elle est plus lente à régler qu’une rotule ball (pour suivre un oiseau, c’est pas terrible) ; 
  • Elle est plus encombrante (exception pour la nouvelle rotule 3D Leofoto qui est incroyablement légère et compacte, j’étais bluffé !). 

En général, c’est une rotule que j’utilise surtout dans des situations de studio ou pour des tests. En voyage, j’évite (sauf avec la rotule Leofoto qui pourrait convenir tellement elle est compacte). 

Rotule vidéo

En vidéo, on privilégie en général les mouvements fluides. La rotule vidéo comprend donc une longue tige pour faire des mouvements bien contrôlés, sans saccade. Elle permet d’avoir une grande amplitude et d’aller tout doucement quand vous suivez un sujet. Sur des plans vidéos, ça fait vraiment la différence par rapport aux autres rotules ! 

Rotule pendulaire pour l’animalier 

En animalier, c’est la rotule pendulaire la star ! Son avantage, c’est qu’elle peut porter un objectif énorme tout en offrant une totale liberté de mouvement. 

Vous allez pouvoir bouger rapidement l’appareil dans tous les sens et le relâcher sans qu’il tombe. Si un oiseau passe, vous pouvez tout de suite le suivre et réussir vos photos (avec une rotule ball, vous seriez encore en train de déverrouiller la rotule…). 

J’utilise une rotule pendulaire de chez Manfrotto, mais je suis bluffé par celle de Leofoto que j’ai très envie de m’acheter… 

Les points à contrôler sur une rotule 

L’axe de rotation

Sur la plupart des trépieds, vous allez trouver un axe de rotation en dessous de la rotule ball. L’équilibre n’est pas le même, surtout quand vous faites un panorama (vous n’allez pas réussir à rester très droit). 

Le mieux, c’est d’avoir un axe de rotation qui se trouve au-dessus de la boule. Vous allez pouvoir bouger dans tous les sens comme avec une rotule ball classique, mais en panoramique, ça change vraiment la donne ! 

Le mode portrait 

Pensez aussi à vérifier si votre rotule s’adapte facilement en mode portrait. La Peak Design, c’est la pire… L’amplitude est extrêmement faible et il faut passer au-dessus de plein de clips pour se mettre en mode portrait. Un enfer, je déteste faire cette manip’ avec ce modèle ! 

Le plateau rapide 

Et pour finir, une bonne rotule s’accompagne toujours d’un plateau rapide. Toutes les marques ont leurs plateaux, mais il n’y a qu’un seul type de plateau qui est universel : le plateau rapide Arca-Swiss. C’est ce que j’utilise et ce que 90 % des marques proposent. 

Quel trépied photo choisir ? Mes recommandations de modèles

Passons au concret avec toutes les marques que je vous conseille ! Du trépied à moins de 1 kg, au trépied standard en passant par le meilleur trépied et le trépied pour conditions extrêmes, voici mes modèles préférés. 

Disclaimer sponsorisation : cet article n’est pas sponsorisé. Je ne conserve aucun trépied, on m’a simplement prêté les trépieds Leofoto pour les tester et illustrer la vidéo et l’article. Il y a d’autres marques présentes dans ce comparatif, je suis 100 % libre de vous dire quel trépied je préfère ! 

Mon avis sur la marque Leofoto 

J’ai découvert la marque récemment et c’est pour moi un choix très malin à faire. Si vous recherchez le meilleur rapport qualité/prix, je vous les conseille les yeux fermés ! 

Leurs points forts ? 

  • Trépieds 100 % carbone 
  • Garantie 10 ans avec SAV facilement accessible en France 
  • Marque très bien distribuée auprès des magasins photo français 

Rien à avoir avec des trépieds pas cher qu’on peut trouver sur Amazon… 

Un trépied photo léger : Leofoto Ranger SC-224C

Le modèle parfait pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête avec le poids ! 

  • Matière : Carbone 
  • Poids : 910 g 
  • Charge supportée : 6 kg 
  • Hauteur : 1,49 m
  • Hauteur pliée : 47 cm (peu encombrant) 
  • Hauteur max. : 1,7 cm
  • Hauteur min : 13 cm 
  • Prix : 219 € 
  • Colonne centrale amovible 

Sachez que ses jambes sont parfaitement inclinables (presque à la verticale). Un vrai plus par rapport à d’autres modèles à prix équivalent. Pour moi, c’est un excellent choix pour quelqu’un qui veut juste un trépied qui ne pèse pas lourd mais qui fait bien le job ! 

Un trépied photo standard : Leofoto Ranger SC-284CT

Pour un modèle standard qui conviendra à la plupart des besoins, je vous ai sélectionné celui-ci. 

  • Matière : Carbone 
  • Poids : 1,5 kg 
  • Charge supportée : 15 kg 
  • Hauteur pliée : 46 cm 
  • Hauteur max. : 1,66 m 
  • Hauteur min : 20 cm
  • Prix : 329 € 

Il reste suffisamment compact, avec une hauteur maximale très intéressante. Le prix reste doux pour un trépied de cette qualité, vous ne pouvez pas rêver mieux ! 

2 trépieds photo pour charge lourde : Summit LM-364-C et Ranger LS-365C

Pour aller plus loin, il y a ces deux-là ! Plus solides et avec une meilleure stabilité, ils sont parfaits pour des conditions plus extrêmes. 

Ranger LS-365C

  • Matière : Carbone 
  • Poids : 1,77 kg 
  • Charge supportée : 20 kg 
  • Hauteur pliée : 48 cm 
  • Hauteur max. : 1,5 m 
  • Hauteur min : 8 cm
  • Prix : 409 €
  • Pas de colonne 

Un excellent compromis pour quelqu’un qui veut du plus solide ! 

Summit LM-364-C

  • Matière : Carbone 
  • Poids : 1,9 kg 
  • Charge supportée : 30 kg 
  • Hauteur pliée : 53 cm 
  • Hauteur max. : 1,45 m 
  • Hauteur min : 9 cm
  • Prix : 659 €

Ce modèle plus extrême convient parfaitement pour des shootings en montagne ou en rivière. Avec sa charge de 30 kg, vous êtes tranquilles ! 

Trépied Rollei Compact Travel, l’ultra compact pour le voyage 

Si je devais vous recommander qu’un seul trépied pour le voyage ou la randonnée, c’est bien celui de Rollei ! Dans le sac, il prend la forme d’un objectif tout en restant parfaitement solide et stable sur le terrain. 

  • Poids : 760 g 
  • Charge supportée : 8 kg 
  • Hauteur pliée : 15 cm 
  • Hauteur max. : 47 cm 
  • Hauteur min : 12 cm
  • Prix : 59 €

J’ai le mien depuis plus de 5 ans et rien à signaler (malgré tous mes tests avec 3 appareils photo dessus) ! Quand j’ai pas envie de me prendre la tête avec un trépied, c’est celui-là que je prends avec moi. 

À ce prix-là, c’est vraiment ce qui se fait mieux sur le marché. 

Trépied Peak Design, le meilleur trépied photo pour les pros 

Sans surprise, si vous avez vu ma vidéo sur le meilleur trépied, vous savez que c’est le Peak Design que je préfère. C’est aussi le plus cher, je suis conscient qu’il n’est pas fait pour tous les budgets. À réserver plutôt pour les professionnels ! 

  • Poids : 1,27 kg 
  • Charge supportée : 15 kg 
  • Hauteur pliée : 38 cm 
  • Hauteur max. : 1,52 m 

Son rapport stabilité-encombrement-praticité est juste imbattable ! Alors c’est sûr que ça vaut 3x le prix d’un trépied Leofoto, mais ça reste le meilleur… 

Bilan de ce comparatif des trépieds photo

Parmi toutes mes recommandations, 5 choix s’offrent à vous : 

Bon courage pour choisir ! Mais ne cherchez pas à économiser 50 €, vous risquez de le regretter… Privilégiez le carbone et vérifiez la durée de la garantie.

Et surtout, n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre magasin photo, ils sont là pour vous conseiller ! Chez IPLN.fr, vous avez même un chat en ligne, pas besoin de vous déplacer 😉.

Si vous achetez chez eux, c’est l’occasion de soutenir mon travail en ajoutant mon code créateur « Damien » dans votre panier.

Et vous, lequel vous avez choisi ? 

Navigation

Catégories

5 erreurs de débutants

couverture BlogPhoto

À propos

Damien BERNAL

Je m’appelle Damien BERNAL et j’ai créé ce blog pour partager ma passion avec vous.  Sony avec sa gamme Alpha a créé un univers très riche et nous allons l’explorer ensemble. Les articles sont la pour répondre à vos questions.

Partager

Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les appareils et les objectifs Canon. 

Catégories populaires
Damien Bernal © - Tous droits réservés