nouveau guide : "La vérité sur les belles photos" (gratuit)

Photographier le guêpier : tout savoir !

photographier guepier

Table des matières

Caché dans les feuillages, à observer un guêpier faire sa petite vie… Avez-vous déjà tenté l’expérience ? Je vous raconte pourquoi c’est si passionnant et comment mettre toutes les chances de votre côté pour photographier les guêpiers. 

C’est quoi le guêpier ? 

Le guêpier d’Europe est un oiseau migrateur protégé qui reste en France quelques mois dans l’année pour se reproduire. C’est un oiseau assez rare, que je considère comme l’un des plus beaux de France. Il est très intéressant à observer, je l’adore ! 

Le guêpier est un chasseur hors pair, un expert de la voltige. Sa vue exceptionnelle lui permet de repérer une guêpe à 100 m, d’où son nom de guêpier. Mais attention, il ne mange pas que des guêpes, il attrape tous les insectes volants ! 

Et l’avantage pour les photographes, c’est qu’il revient toujours sur son perchoir avec son insecte dans le bec. On sait d’où il part, et d’où il arrive ! Pratique pour prendre de superbes photos, n’est-ce pas ? 

C’est plus challengeant de le photographier en plein vol (c’est un vrai avion de chasse !), mais quel plaisir d’avoir ce type de photo et d’observer cet oiseau dans son environnement. C’est vraiment un oiseau très photogénique ! 

Où trouver le guêpier ? 

La première chose à retenir, c’est que les guêpiers n’aiment pas la compagnie humaine. Ils préfèrent rester au calme, loin de nous ! Ils vont donc avoir besoin d’un terrier pour se reproduire, idéalement dans une falaise abrupte avec une terre friable. 

Et c’est là que vous allez les trouver ! S’il y a une rivière pas loin, c’est encore mieux. 

Toute une colonie de guêpiers s’y trouve, c’est une vraie société. À chaque fois, je suis impressionné ! Ces colonies font tout ensemble : elles volent, vivent et chassent. Tout le monde a un rôle attitré. Le plus important, c’est le guetteur. Au moindre danger (un humain qui s’approche ou un rapace), il lance un cri d’alerte et tous les guêpiers partent se cacher ! 

Quelques chiffres : 

  • 80 % des guêpiers reviennent sur le site de nidification de l’année précédente. 
  • 8 % des guêpiers sont nichés en solitaire. 

Quand photographier les guêpiers ? 

À partir de mi-avril, vous pouvez commencer à photographier les guêpiers. Au début ils dorment en haut des arbres. 

Vers la fin du mois d’avril, ils commencent à se faire un nid dans le terrier. C’est la partie la plus facile à photographier ! Comme la colonie ne se déplace plus et reste au même endroit, pile à notre hauteur, c’est beaucoup plus pratique. 

Mais attention, ça ne s’improvise pas de photographier des guêpiers ! Si vous les dérangez, vous n’en verrez aucun. Ça m’est déjà arrivé il y a quelques années, et je peux vous dire qu’on est déçu quand on a passé de longues heures à suffoquer dans son affût. Pour éviter ça, je vous conseille d’y aller avec un professionnel qui vous donnera tous les conseils nécessaires, dans le plus grand respect de l’oiseau. 

Les meilleurs moments pour photographier les guêpiers 

La bataille de perchoir

La première phase importante chez les guêpiers, c’est la bataille de perchoir. Elle débute la dernière semaine du mois d’avril et dure toute la première semaine du mois de mai. Pendant ce laps de temps, les guêpiers s’attribuent une partie d’une branche pour en faire leur territoire. Et ça donne lieu à des chamailleries très intéressantes à photographier ! 

L’accouplement

Dès que les guêpiers ont défini leurs territoires, il est temps de s’accoupler ! Cette phase s’observe de mi-mai jusqu’au début du mois de juin

Si vous voyez 2 guêpiers collés l’un à l’autre, aucun doute, c’est un couple ! Sinon, il y a toujours un espace de quelques centimètres entre eux. 

Certaines scènes peuvent donner des photos très originales : 

  • La femelle qui refuse le mâle.
  • Deux mâles qui se battent pour une femelle. 

De quoi ravir les photographes animaliers ! 

L’installation dans le terrier  

Une fois que le couple est formé, les guêpiers vont avoir du boulot : ils doivent maintenant creuser le terrier à tour de rôle. Cette phase s’observe tout le mois de mai. 

Si vous avez de la chance, vous verrez peut-être un guêpier plein de poussière et de toile d’araignée posé sur une branche (ça arrive lorsqu’ils nettoient les terriers). C’est très rigolo à observer ! 

La phase d’offrande 

Avant de pondre l’œuf dans le terrier, la femelle va avoir besoin de beaucoup de protéines pour emmagasiner des forces. C’est ce qui donne lieu à la phase d’offrande. Le mâle part chasser et revient avec des insectes dans le bec pour les donner à la femelle. Cette période dure entre 2 à 3 semaines. 

L’éclosion des œufs

De fin juin jusqu’à début juillet, les œufs commencent à éclore ! Si vous allez les photographier à cette période, vous allez voir les guêpiers chasser comme des fous pour nourrir toutes ces nouvelles bouches. C’est une période harassante pour eux, la survie des oisillons en dépend. 

Pour vous donner un ordre d’idée, voici le travail que demandent 4 à 5 oisillons : 

  • 12 repas par heure la première semaine 
  • 50 repas par heure la deuxième semaine 
  • 80 repas par heure la troisième semaine 

C’est énorme, le couple chasse quasiment jusqu’à épuisement. Certains membres de la famille peuvent aussi aider et partir chasser pour assurer la dose de repas nécessaire aux oisillons. 

Malheureusement, il arrive que des oisillons finissent par mourir de faim ou se faire écraser par les autres membres de la fratrie qui restent au-dessus du nid.

L’envol des oisillons 

Vers la fin du mois de juillet, les petits sont prêts à s’envoler ! Certains n’osent pas sauter du nid et vous pouvez voir les parents qui les narguent avec un insecte dans le bec pour les pousser à s’envoler. Très sympa à observer ! 

Crédit photo : Luka Hercigonja

À partir de début août, tous les oisillons ont quitté le nid. Ils rejoignent enfin leurs parents sur leur perchoir attitré. Ils apprennent ensuite à chasser en observant la colonie. C’est aussi le moment où la colonie n’a plus besoin de terrier, elle ne reste donc plus au même endroit. Comme ils dorment en haut des arbres et évoluent sur une zone plus large, ils deviennent plus difficiles à photographier. C’est un peu la fin de l’histoire pour les photographes, il faudra patienter jusqu’à l’année suivante ! 

La période la moins intéressante pour photographier les guêpiers 

C’est début juin, lorsque la femelle vient de pondre 4 à 6 œufs et qu’elle démarre la couvaison. À partir de ce moment-là, le couple va alterner la couvaison toutes les 2 h environ. En tant que photographe, c’est une période un peu moins fun à photographier que les batailles de perchoir ou l’accouplement ! 

La moitié de la colonie est devenue invisible, il n’y a plus de batailles ni d’offrandes… Vous pouvez juste photographier les oiseaux qui chassent. 

Comprendre la migration du guêpier 

Les guêpiers entament leur nouvelle migration vers l’Afrique à partir de mi-août. Et c’est parti pour 8 000 km, pendant lesquels ils vont franchir des cols, survoler des forêts, la mer, le désert… Bluffant ! 

Si vous avez de la chance, vous vous trouvez peut-être sur la route migratoire des guêpiers. Dans ce cas, vous pourrez voir jusqu’à 1 000 guêpiers par jour dans le ciel. Ils peuvent parcourir environ 500 km par jour et s’arrêtent toutes les 2 h pour s’alimenter. 

Voici les itinéraires qu’ils peuvent emprunter : 

Ils passent souvent par la Méditerranée, au niveau du détroit de Gibraltar. La dernière partie du voyage, c’est la traversée du Sahara, la plus difficile ! Comme il n’y a quasiment pas d’insectes, ils volent même la nuit pour arriver au sud de l’Afrique où ils resteront le reste de l’année. Pendant tout l’hiver, ils vont se nourrir de criquet et repartir pour nos contrées mi-février, avant de démarrer un nouveau cycle !

 

Et voilà pour l’histoire des guêpiers. J’espère que ça vous donnera envie de les photographier ! Si vous aimez faire de l’animalier, vous allez vous régaler. C’est une expérience incroyable que je ne peux que vous recommander. 

Pour aller plus loin : le matériel photo que je recommande en animalier. 

Navigation

Catégories

5 erreurs de débutants

couverture BlogPhoto

À propos

Damien BERNAL

Je m’appelle Damien BERNAL et j’ai créé ce blog pour partager ma passion avec vous.  Sony avec sa gamme Alpha a créé un univers très riche et nous allons l’explorer ensemble. Les articles sont la pour répondre à vos questions.

Partager

Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les appareils et les objectifs Canon. 

Catégories populaires
Damien Bernal © - Tous droits réservés