Comment faire un effet de filé en photo ? La méthode de A à Z avec démo

filé photo

Que ce soit en photo de sport, d’automobile, ou tout simplement pour le quotidien, il est toujours utile de savoir faire un filé en photo. C’est vraiment l’idéal pour éviter les photos banales et pour donner un effet de vitesse à votre sujet ! Avec Anthony Ahunon (un photographe de sport dédié à la moto), on vous partage tous nos conseils pour réussir un filé en photo. Pas besoin d’aller sur un circuit, vous pouvez commencer par vous entraîner avec un manège, une trottinette ou un vélo. Allez, c’est parti ! 

L’effet de filé en photo, c’est quoi exactement ? 

Le filé est une technique photo qui permet de détacher un sujet bien net sur un fond flou. Ce fond est rempli de lignes directrices qui transmettent l’impression de mouvement et de vitesse. 

Mais attention à ne pas confondre avec le bokeh ! Même si le bokeh permet d’obtenir un sujet net sur un fond flou, ce n’est pas du tout la même chose. En effet, le bokeh ne crée pas de lignes directrices qui donnent cette sensation de vitesse tant attendue. Il ne fait pas non plus disparaître les rayons d’une roue, alors que le filé oui. 

Avec le bokeh, vous avez donc une photo entièrement figée. Et l’effet de filé, c’est justement tout l’inverse. 

Le matériel nécessaire pour un effet filé en photo 

Rassurez-vous, tous les boîtiers conviennent. Canon, Fujifilm, Sony, Olympus, Nikon, Panasonic… Toutes les marques en sont capables ! Alors bien sûr, l’exercice sera plus facile avec certains boîtiers ultra haut de gamme. 

Pour l’objectif, c’est mieux d’avoir une grosse focale. Les objectifs 70-200 mm, 70-300mm, 100-400mm sont les plus recommandés. Si vous avez un 35mm, sachez que c’est également possible de faire un effet de filé (c’est juste plus compliqué). Pas besoin non plus de trépied, c’est plus facile sans ! 

Vous voyez, il ne faut pas tout un attirail. Tout le monde peut s’entraîner 😉 

Comment configurer son boîtier pour un filé ? 

Avant de commencer, voici les réglages à faire sur votre appareil : 

  • Autofocus en mode AF-C ou AI-Servo chez Canon 
  • Sensibilité AF au max 
  • Mode zone 
  • Rafale H 
  • Mode d’exposition S (ou M pour les pros) 
  • ISO auto 
  • Mode de mesure Multi 
  • Stabilisation en mode 2 (sauf chez Sony où il est possible de laisser la stabilisation du boîtier activée) 

Attention au mode rafale haute vitesse 

Les derniers hybrides disposent maintenant d’une rafale ultra rapide (H+ ou H*), mais méfiez-vous ! C’est une fausse bonne idée de l’utiliser pour un filé. Avec cette rafale, vous n’avez plus le suivi en temps réel dans votre viseur, donc c’est comme si vous visualisiez uniquement les dernières photos. Résultat, un décalage peut se créer et vous aurez encore plus de mal à synchroniser votre sujet. Il vaut mieux être raisonnable et se mettre en mode rafale H maximum

Désactiver le tracking 

Pour le tracking, c’est la même chose. Je vous conseille de l’enlever, sauf si vous avez un appareil ultra haut de gamme (Sony A1, Sony A9 ou Canon R5). 

Comme vous êtes sur un mode où vous allez tout le temps bouger et suivre votre sujet, vous n’avez pas besoin du tracking. C’est vous qui allez faire vous-même le travail en laissant le sujet dans la zone ! Ne stressez pas trop votre appareil en lui demandant trop de choses d’un coup. 

Bien régler sa vitesse d’obturation 

Le choix de la vitesse est déterminant pour réussir un filé. Plus la vitesse sera basse, plus le flou de filé sera important et la photo impressionnante. Mais attention : il sera plus difficile d’avoir un sujet bien net puisqu’il faudra une synchronisation parfaite avec votre sujet. 

L’idéal pour débuter, c’est de commencer avec une vitesse assez rapide et de la diminuer progressivement si les photos sont nettes. Rien ne sert de commencer directement à 1/13 s ! Démarrez à 1/125, puis tentez à 1/60, 1/30, et 1/13. 

Une règle qu’on retrouve souvent c’est d’estimer la vitesse du sujet et de prendre 1 sur la moitié de la vitesse. Concrètement, voilà ce que ça donne : 

  • Un sujet à 120km/h comme une voiture = 1/60s.
  • Un sujet à 50km/h de type vélo = 1/25s

Attention, plus la vitesse est lente, plus vous faites rentrer de lumière. Il faudra peut-être prévoir un filtre ND pour éviter la surexposition !

Les techniques secrètes pour réussir son filé 

Rien de compliqué, c’est surtout une méthode à appliquer à la lettre. 

Le positionnement 

On ne peut pas faire un filé en étant positionné de biais ou n’importe comment ! Le filé se crée lorsque vous êtes perpendiculaire à votre sujet. Il faut déclencher à cet instant précis et bouger le moins possible ! Avec un peu de chance, vous pouvez y arriver en déclenchant avant ou après, mais c’est beaucoup plus aléatoire et compliqué. 

La gestuelle du corps

Pour réussir son filé, c’est presque comme une chorégraphie : coudes collés contre le bassin, viseur collé à l’œil et il n’y a que le bassin qui bouge ! 

Trouver un cadrage original

Si vous connaissez le travail d’Anthony, vous savez que ses photos ont un petit truc en plus. Son secret ? Tourner légèrement l’appareil d’un quart de tour. Le cadrage est encore plus sympa et ça donne un effet de 3D assez impressionnant. 

Mais attention, n’essayez pas si vous débutez ! Le mouvement est plus difficile à faire avec l’appareil de biais. 

Les 3 étapes pour faire un effet filé en photo

Maintenant que vous connaissez la théorie, vous pouvez attaquer la pratique. Face à une scène que vous voulez photographier, adoptez toujours ces 3 réflexes : 

  1. Accroche du sujet
  2. Suivi du sujet
  3. Déclenchement en rafale (perpendiculaire !)

Et c’est tout ! Il va bien sûr vous falloir un peu d’entraînement pour y arriver, mais ça va venir 😉 

Ce qu’il faut vérifier si vous n’y arrivez pas 

Avant tout, ne vous découragez surtout pas ! C’est peut-être dû à plusieurs choses : 

  • Votre vitesse de suivi n’est pas synchronisée avec la vitesse de votre sujet, essayez d’aller plus vite ou moins vite (les hybrides peuvent induire un léger lag dans le viseur) ;
  • Votre vitesse d’obturation est soit trop lente, soit trop rapide ; 
  • Vous déclenchez juste avant d’être perpendiculaire au sujet ; 
  • Vous arrêtez de pivoter après le déclenchement alors qu’il faut continuer à pivoter et ne surtout pas s’arrêter en prenant la photo. 

Les contraintes à connaître

Sachez que vous ne pouvez pas faire un filé sur n’importe quoi et dans n’importe quelle situation. Il faut réunir plusieurs éléments : 

  • Un sujet en mouvement assez rapide (un piéton dans une rue ou un tracteur sont trop lents) ; 
  • Avoir un dégagement suffisant pour anticiper et suivre le sujet ; 
  • Pouvoir être perpendiculaire au sujet. 

Le bilan : ne pas avoir peur de s’entraîner 

Ne vous inquiétez pas, c’est normal d’avoir un taux de photos loupées très élevé quand vous commencez ce type d’exercice. Si vous avez au moins une photo réussie sur les 20 de la rafale, c’est déjà très bien ! C’est d’ailleurs le but des rafales : optimiser ses chances pour avoir LA photo parfaite. 

Mais surtout… Entraînez-vous ! Pas de secret, c’est ce qui fonctionne le mieux en photo. Vous pouvez commencer par faire vos premiers filets rien qu’avec un vélo dans une rue qui offre suffisamment de visibilité. 

Et pour aller encore plus loin, Anthony vous propose des stages photo pour apprendre à faire un filé : 3 jours sur un circuit moto avec de vrais pilotes. Mais crise sanitaire oblige, on ne connaît pas encore les dates du stage… Si vous voulez être informé dès qu’une date sort, il vous suffit d’inscrire votre email ici. Promis, il n’y aura pas de pub pour mes newsletters ou mes formations ! C’est juste pour le stage photo 😉  

Alors, est-ce vous avez déjà essayé de faire un effet filé en photo ? Partagez-moi en commentaire vos réussites ou vos échecs !  

DAMIEN BERNAL

Sur le même sujet ...

%d blogueurs aiment cette page :