Canon EOS R3 : Test complet Labo & Terrain

Test Canon R3

Ce test du Canon EOS R3 a probablement été le plus difficile à réaliser : conditions de lumière horrible, pluie battante pendant plusieurs heures, skatepark, descente de VTT, motocross, animalier, match de handball… Je l’ai mis à l’épreuve dans toutes les situations possibles, et je me suis régalé ! Avant d’attaquer le test, un grand merci à Anthony Ahunon et son fils Wilfried qui se sont démenés dans des conditions épiques, ainsi qu’aux riders et aux joueurs de hand qui m’ont permis de faire plein de photos uniques. Vous allez voir, ce Canon EOS R3 n’est pas comme les autres ! 🔥

Les caractéristiques du Canon EOS R3 

Le Canon R3 intègre le premier capteur empilé Canon, une technologie de capteur ultra rapide qui permet de proposer une rafale de 30 i/s, couplée à un AF ultra performant et de la 4K 120 FPS

À noter : c’est un appareil spécialisé, plutôt orienté sport, journalisme, mariage ou animalier. 

Fiche technique 

  • Capteur : capteur empilé plein format de 24,1 Mpx
  • Viseur : électronique, OLED de 5,76 M points 
  • Écran : LCD, tactile sur rotule, 4,15 M points 
  • Taille de l’écran : 3,2 pouces
  • Sensibilité ISO : 100-102400 ISO 
  • Autonomie : 860 photos en LCD, 620 photos avec le viseur, 3 h de 4K 25 FPS 
  • Mode vidéo : 6K 60 i/s, 4K 120 i/s
  • Stabilisation : oui, sur 5 axes (IBIS) 
  • Tropicalisation : oui, résistant à la poussière et à l’humidité 
  • Dimensions : 150 x 142,6 x 87,2 mm 
  • Poids : 1015 g 
  • Prix : 5 999 € 

Construction physique

Le Canon EOS R3 se présente sous forme de monobloc, ce qui lui donne un confort d’utilisation inégalable, aussi bien en portrait qu’en paysage. Comme les commandes sont redondantes, elles sont très agréables à utiliser par un pro qui va passer sa journée avec. 

Il est vrai qu’un boîtier type monobloc est plus gros que le boîtier du Canon R5 ou R6, mais Canon a soigné le poids : 1 kg seulement. Il ne faut pas rester avec la vieille image du 1Dx qui pesait 1,4 kg. Finalement, ce Canon R3 fait à peine 260 g de plus que le Canon R5. Canon a vraiment réussi à trouver le compromis parfait entre confort d’utilisation type monobloc et poids contenu.

De plus, la préhension est très agréable. On sent qu’elle est héritée d’une dizaine d’années d’expérience chez Canon, tout est très bien placé. J’aime bien le fait que Canon propose toujours une ergonomie différente selon les catégories de boîtiers.

En toute honnêteté, c’est aussi le plus beau boîtier que j’ai jamais vu. Son revêtement en nid d’abeille est du plus bel effet, c’est absolument magnifique ! C’est vraiment un boîtier taillé pour les pros. 

Grand viseur futuriste avec Eye Control AF

Taille du viseur

Dès que vous mettez votre œil dans le viseur, la magie opère ! Canon vous propose une innovation historique : le contrôle de l’AF par l’œil. L’essayer, c’est l’adopter. Après une journée d’utilisation, vous avez l’impression de revenir à la préhistoire quand vous utilisez un autre appareil. 

Habituellement, on utilise un joystick pour déplacer le collimateur. Canon propose d’ailleurs le joystick que je préfère, rapide et fiable. Sur le R3, vous avez également un bouton AF-ON appelé contrôleur intelligent. C’est en fait un lecteur infrarouge qui lit la position du doigt pour déplacer le collimateur à toute vitesse. Une autre manière de faire la mise au point ! Mais vous allez voir, rien ne vaut cette nouvelle fonction d’Eye Control AF. 

Gadget ou révolution ? 

Contrôle de l’AF avec l’œil sur le Canon R3

Un autofocus qui se fait naturellement selon l’endroit où vous regardez dans le viseur, c’est magique non ? Canon l’a fait ! 

Au départ, j’étais sceptique. Mais après 10 minutes d’utilisation sur le terrain, il faut bien avouer que j’étais conquis. En plus, je porte des lunettes et c’est totalement compatible. 

Le fonctionnement est très simple : 

  • vous regardez dans le viseur, 
  • une cible orange apparait (elle représente l’endroit où vous êtes en train de regarder), 
  • vous appuyez sur le collimateur à mi-course, 
  • l’AF se fait à l’endroit que vous regardez,
  • le suivi AF commence. 

Et tant que vous n’avez pas relâché le déclencheur, le suivi se fait et le contrôle par l’œil est désactivé. Dès que vous relâchez, la cible orange réapparait et vous pouvez recommencer un tracking à l’endroit que vous regardez. 

Petit exemple : je me suis entraîné sur des perroquets à passer de l’un à l’autre aussi vite que possible, et ça fonctionne à 1 000 % ! Je ne vois pas quel autre moyen plus rapide que mon œil je pourrais utiliser ! 

Alors, gadget ou révolution ? Après une semaine d’utilisation intense, mon verdict est sans appel : c’est une révolution ! 🤩 Je ne veux plus jamais utiliser autre chose. 

Tout est beaucoup plus fluide (y compris pendant un match de hand quand la balle passe de joueur en joueur). Il me suffit de suivre avec mon regard pour accrocher l’AF. Le gain de temps et la rapidité que ça procure est saisissante ! Désolé Sony, vous êtes encore à la préhistoire avec le A1 et le Z9… 

Sachez simplement que ce système demande malgré tout un certain entrainement. Il faut bien calibrer votre œil au préalable (la position est exigeante, il faut être bien au centre et regarder bien droit). Sinon, la cible orange risque d’être complètement décalée et ça vous fera perdre du temps ! C’est vraiment le point le plus contraignant. Mais après une semaine d’utilisation, j’ai trouvé que j’avais de moins en moins de problèmes à faire les réglages. Une question d’habitude j’imagine ! 

L’intelligence artificielle

Évidemment, le Canon R3 est bourré d’intelligence artificielle. Lorsque vous suivez une moto, il est capable de la détecter tout seul, de reconnaitre que c’est une moto, de trouver la partie la plus intéressante (le casque souvent), puis de trouver l’œil… Et tout seul ! 

Autre exemple : si vous visez le buste d’une personne, il va remonter automatiquement sur son visage. 

Pour moi, c’est une fonction essentielle. Le contrôle à l’œil a beau très bien marcher, ce n’est pas toujours d’une précision chirurgicale. Mais grâce à ce système, vous n’avez plus de souci à vous faire. Le boîtier va trouver lui-même la partie la plus importante du sujet que vous accrochez. 

La seule question importante à mes yeux, c’est : est-ce que ça permet de prendre des photos qu’on aurait loupées sinon ? 

Pour moi la réponse est OUI. Vous regardez et vous déclenchez, c’est ultra réactif et utile dans bien des situations. Bref, pour une première version, c’est déjà très au point. 

Les nouveautés introduites par le Canon R3

Parmi les petites nouveautés, sachez que le Canon R3 intègre d’autres options intéressantes :

  • Un GPS, une fonction qui devrait être la norme tant c’est pratique (il n’impacte pas trop l’autonomie). 
  • Des boutons rétro-éclairés, mais seulement sur la partie gauche (les moins utiles du boîtier), un peu dommage. 
  • Un port CF-Express type B et un port SD UHS-II (j’aurais préféré 2 ports CF-Express type B plutôt que de mélanger deux formats différents). 

Un système autofocus ultra efficace

Au-delà du contrôle de l’AF par l’œil, il faut aussi parler de la réactivité de l’autofocus. Il est intimement lité au viseur, mais Canon a poussé encore plus loin son système AF en intégrant deux nouveautés par rapport au Canon R5 et R6 : 

  • Suivi de tous les types de collimateur : la fonction de suivi se distingue maintenant du type de collimateur choisir. On peut donc prendre un collimateur unique ou une zone et activer le suivi, ce qui était impossible sur le R5 et le R6. 
  • 3 collimateurs flexibles : vous pouvez adapter la taille de la zone pour qu’elle corresponde à votre sujet (très pratique quand j’attendais qu’un VTT lancé à pleine vitesse surgisse). 

Avec tout ça, l’AF fait très bien son boulot. Toutes les photos sont nettes, c’est diablement efficace ! 

En plus, le Canon R3 est le premier appareil Canon qui intègre les conséquences de la pandémie : le deep Learning a été entrainé pour reconnaître les visages et les yeux même si le sujet porte un masque. Très pratique pour les journalistes de rue !

Pour le reste, on retrouve le tracking habituel avec la détection des visages et des animaux (chien, chat ou oiseau). Ça fonctionne toujours aussi bien, sans être supérieur à ce que faisaient déjà le R5 et le R6. Un autre mode a été rajouté : le suivi des véhicules. Le Canon R3 est capable de détecter tout seul une voiture et une moto (principalement des voitures ou motos de course). Si vous êtes un photographe de sport, ça va énormément vous faciliter le travail ! 

Pour résumer : l’AF du Canon R3 a connu beaucoup d’innovations (contrôleurs infrarouges, AF piloté par l’œil, détection des véhicules…) et son ergonomie est aussi efficace en photo qu’en vidéo. Notez simplement que le pilotage par l’œil est désactivé en vidéo. Même les habitués du Sony A1 vont trouver cet AF innovant !

Rafale à 30 i/s, marketing ou réalité ? 

Le Canon R3 est un monstre ! Sa spécification principale, c’est sa rafale à 30 i/s. Comme j’ai appris à me méfier du marketing (la cadence du Sony A1 n’est par exemple pas toujours tenue), j’ai voulu vérifier. 

Résultats ? En extérieur, dans la majorité des cas, la cadence de 30 FPS est tenue ! Et ce, avec toutes les optiques, y compris les moteurs AF STM comme sur le RF 50 mm f1.8. Je n’ai pas pu vérifier sur les optiques EF, mais Canon m’affirme que ça fonctionne aussi et que la cadence d’image est la même. 

En intérieur dans des conditions difficiles, je suis descendu en moyenne à 25 i/s. Pour moi, la promesse est toujours bien tenue ! 

Mais concrètement, à quoi ça sert une rafale de 30 i/s ? Sur de la photo de sport, ça va vous permettre de choisir exactement la photo que vous voulez, à la fraction de seconde près. 

Petite précision : les photos sont en RAW 14 bits, y compris à 30 i/s (sur le Canon R5 et R6, vous basculez en 12 bits). C’est important à savoir parce que ça influence directement la dynamique du capteur. 

Dégradation de la dynamique 

Sur ce schéma de PhotonsToPhotos concernant le R5, on voit nettement que la dynamique est optimale en obturateur mécanique, mais qu’elle est déjà dégradée en rafale rapide (et encore plus en obturateur électronique). 

Analyse des performances optiques

Montée en ISO 

La montée en ISO est excellente, meilleure que sur un R5 ou R6. Sur un plan à ISO 12 800, la différence est énorme avec le R5. J’en profite aussi pour signaler que sur ce plan, le R3 est capable de faire la mise au point dans le quasi noir, alors que R5 et le R6 n’y arrivent jamais. 

Voici un autre exemple de la réduction du bruit lors de la montée en ISO. Grâce au capteur empilé, le R3 offre des résultats excellents. Les fichiers restent propres, même à 12 800 ISO. Mention spéciale pour la colorimétrie qui reste vraiment stable, même sur une valeur élevée à 25 600 ISO. 

Dynamique 

J’ai aussi mesuré la dynamique (en CLog3 notamment) et elle se situe aux alentours de 11,2 stops. Pour moi, il dispose de la meilleure dynamique (même si le gain de 0,2 stop est marginal). Sa grande force, c’est surtout de proposer une dynamique qui reste stable. Que vous soyez en obturateur mécanique, électronique, ou en rafale de 30 i/s, vous avez toujours la meilleure dynamique de 12 stops utilisable. C’est ce qui se fait de mieux sur le marché de la photo !

Malgré tout, ce chiffre n’est pas si important puisqu’il peut varier selon les protocoles et les valeurs utilisés. Pour ma part, j’utilise le même protocole et le même matériel que CineD et Gerald Undone

En revanche, la dynamique en vidéo n’est pas exceptionnelle : la concurrence offre un stop supplémentaire. Mais finalement, je suis presque content de lui trouver un défaut ! Jusqu’à présent, c’était vraiment un sans-faute. 

Stabilisation

Le Canon R3 intègre un capteur stabilisé qui offre des résultats similaires aux performances du Canon R5 et R6. C’est simple, c’est le meilleur niveau de stabilisation existant sur le marché. Vous avez 3 niveaux possibles : 

  • Stabilisation mécanique seule 
  • Stabilisation mécanique + numérique 
  • Stabilisation mécanique + numérique optimisée (un crop important s’applique). 

C’est de l’excellent boulot ! Il y a juste un effet de wobling assez important en ultra grand-angle. Mais dès que vous zoomez, ça disparait complètement. 

Obturation

L’obturation se fait jusqu’à 1/64 s. Et comme Canon propose une gamme d’optiques f/1.2, c’est pas de refus ! C’est notamment ce qui vous éviter de mettre des filtres ND en plein jour. Shooter à 1/64, c’est quand même un luxe appréciable. 

Sur le R5 et R6, le système anti-scintillement (flickering) ne marche qu’en obturation mécanique. Avec le Canon R3, c’est bien compatible avec l’obturation électronique. 

Vous avez également un mode flickering haute fréquence qui a été ajouté. C’est ce qui permet de trouver la vitesse à laquelle il y aura le plus de scintillement. Il peut fonctionner en manuel (comme sur le Sony A1), mais vous allez vous retrouver avec des vitesses un peu bizarres du style 1/112,7 s. 

Mais là où le R3 va plus loin, c’est qu’il dispose d’un mode automatique qui trouve tout tout seul comme un grand. Il va détecter de lui-même quelle est la fréquence de scintillement, afin d’adapter la vitesse. Et ça, c’est le niveau d’au-dessus ! 😉

Le problème du scintillement, c’est qu’il cause du banding. Lors du match de hand, j’étais avec Brice (retrouvez-le sur sa chaîne Une bolée d’air). Il était équipé de son Canon R6 avec sa rafale à 20 fps. Devinez-quoi ? Elle était inutilisable, il y avait des bandes partout ! De mon côté, je n’ai pas du tout été embêté avec le Canon R3. Tout ça, c’est lié à la vitesse de lecture du capteur. Plus le capteur est lu vite, moins on est touché par ce problème de banding. 

Rolling shutter

En photo, le rolling shutter du capteur est à 1/200e. Seul le Sony A1 fait un poil mieux avec 1/210e, mais c’est bien plus intéressant que les A9 ou tous les autres appareils photo ! C’est quasiment ce qui se fait de mieux sur le marché. Il est largement supérieur au Canon R5 et R6,  tout en assurant une meilleure qualité, pas de limite de temps et pas de surchauffe. J’ai qu’un mot à dire : bravo !  

C’est aussi la vitesse du rolling shutter qui explique pourquoi je n’ai jamais eu le moindre problème de banding, même pendant un shooting de nuit dans un skatepark indoor mal éclairé. 

Je pense que les constructeurs sont enfin arrivés à faire passer l’obturateur électronique dans un monde où c’est bien mieux d’utiliser un obturateur électronique qu’un mécanique. Petite confidence : j’ai toujours utilisé l’obturateur électronique (sauf dans quelques tests) et j’ai eu zéro problème. 

On note cependant des variations de colorimétrie, un phénomène qu’on retrouvait aussi sur le A1. 

Tropicalisation 

Pour tout vous dire, c’est la meilleure du marché ! J’ai shooté sous la pluie pendant presque 3 jours, j’étais trempé jusqu’aux os… Mon Ninja V a rendu l’âme, mais le Canon R3 a survécu ! Même avec un Canon R5 ou R6, je n’aurais pas osé les exposer à autant de pluie. 

Colorimétrie 

Impossible de finir cette partie photo sans mentionner la colorimétrie. Les photos ont un petit supplément d’âme et un rendu magnifique qui ne s’explique pas. Ce sont vraiment mes couleurs préférées du marché de la photo ! 

Un mode vidéo tout aussi performant

Passons maintenant à la partie vidéo. Le Canon EOS R3 vous propose de filmer en 6K RAW, ou de faire des ralentis en 4K jusqu’à 120 fps

Mais vous le savez, toutes les qualités de 4K ne se valent pas. Typiquement, le R5 propose une 4K basse qualité et haute qualité. Eh bien ici, sachez que la qualité de la 4K du R3 égale (voire dépasse un peu) la qualité de la 4k 25p haute qualité du R5. On est donc sur la meilleure qualité possible ! 

Évidemment, vous avez aussi le 4:2:2 10 bits mais uniquement en Clog3. Sans log, vous restez en 4:2:0 8 bits, c’est quand même un peu rageant. 

Habituellement, tous les appareils voient leur qualité diminuer dès que la cadence d’image augmente. Ce n’est pas le cas sur ce Canon R3. Quand vous passez de la 4K 25 FPS à 50 FPS, la qualité est nettement supérieure sur le R3. Il en va de même de la 4k 120 FPS qui reste super propre, bien plus que celle du R5. Bref, la qualité de la vidéo est garantie, quelle que soit la cadence d’images que vous allez choisir ! 

L’autre gros avantage, c’est qu’il n’y a plus de limite de temps de 30 minutes ! Tout est en interne (vous n’avez plus besoin de moniteur externe) et c’est sans surchauffe en 4K 25 fps. Vous pouvez filmer pendant 6 h en 4K 50 fps. C’est vraiment difficile de le faire surchauffer, vous allez certainement remplir le stockage avant. Pensez simplement à l’alimenter en USB-C. 

En revanche, c’est impossible de dépasser les 15 minutes en 4K 120 fps. Le témoin de surchauffe s’allume et l’appareil s’éteint. 

Le bilan du test du Canon EOS R3 

Difficile de conclure ce test et de faire le tour d’un appareil aussi riche de fonctions. Il y a encore plein de sujets dont je n’ai pas parlé : 

  • Mode naturel HDR sur le viseur qui offre le confort d’une visée optique, 
  • Écran sur rotule suffisamment grand et lumineux, 
  • Meilleur tactile du marché, 
  • Menus Canon ergonomiques, aérés et simples à utiliser,
  • Connectivité réseau (port Ethernet et Wifi). 

Toute l’ADN Canon se retrouve dans ce EOS R3, c’est une pure réussite ! 

Ce qu’il faut retenir, c’est simplement que le Canon EOS R3 vous propose le top niveau en photo et en vidéo. C’est un appareil spécialisé qui fait parfaitement son travail. Jusqu’à présent, c’est le meilleur appareil photo de sport que j’ai pu tester. Animalier, presse, mariage… Il peut tout faire et va certainement devenir l’appareil de beaucoup de créateurs comme l’a été le 1Dx. 

Grâce aux innovations apportées par Canon, les résultats sont juste dingues ! Et que dire de cet autofocus piloté par l’œil ? Futuriste, efficace, révolutionnaire… Je valide à 100 %. 

Est-ce que j’aurais préféré la même chose sur un capteur de 50 Mpx ? Absolument, ça aurait rendu l’appareil encore plus polyvalent. Mais c’est probablement pour un futur boîtier, il faut juste patienter un peu… 

Un grand merci à Canon France pour le prêt et au magasin IPLN.Fr pour l’avoir organisé. Pour soutenir mon travail, vous pouvez acheter ce Canon EOS R3 avec mon code créateur. Et si l’univers Canon vous intéresse, on se retrouve sur mon groupe Facebook Canon Hybride Entraide !

DAMIEN BERNAL

Sur le même sujet ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :